Aquò d'Aqui


            partager partager

Aquelei servicis qu'aparan la santat dei banhaires



L'eau de mer des plages Mar Vivo, Balaguier, la Vernette ou les Sablettes, est prélevée chaque semaine. Et toute pollution entraîne une interdiction de baignade. En situation de crise, la décision peut être prise en quatre heures pas plus, par le maire. Les agents du service communal d’hygiène et de santé, eux, ne se reposeront pas beaucoup entre mai et septembre.



Huit plages surveillées (photo MN)
Huit plages surveillées (photo MN)
La bèla idèa vos auriá pres de vos banhar a la mar la setmana dau 15 de junh, auriatz trobat la plaja barrada, la banhada defenduda. La chavana, vos n’en sovèn, n’es l’encausa. E dòna Frederica Clamont n’arrestèt ansin, ela la capolhiera dau Servici comunau de l’igiena e de la santat. Es a ela que revèn de susvelhar dotze plajas, la piscina comunala — barrada ela tanben fa gaire — e mai tres piscinas de campatges e un molonàs d’autrei dins lei coproprietats de La Seina.
 
“Nautrei, fasèm leis analisis, de la mitat dau mes de mai a la fin de setembre » que nos ditz en francés, « contrarotlam cada setmana lei uech plajas susvelhadas, e cada quinzenada lei quatre autras, que o son pas elei, mai que lo monde li nedan».
 
Leis analisis se fan de matin, lei nòu oras passadas, « valent a dire quora lo monde i vèn se banhar ». Lei personaus dau servici, de còps un estagiari, se banhan fins a la talha per querre un pauc d’aiga. La proveta s’encamina puei per Tolon, onte se tròba lo Laboratòri despartamentau de l’igiena. De principi, leis analisis donaràn son resultat dos jorns après... un pauc tardier qué, dòna Clamont ? « En veritat, avèm pereu d’analisis de « crisi » que se pòdon legir quatre oras après solament! ». E soncò d’escherichia coli verinós que cercam se tròban, lo premier cònsol defendrà tot d’un temps de nedar en riba de mar. Una pancarta o publicarà sus lei plajas dins leis oras seguentas. Coma aquò, fau pensar, lo monde se gardaràn de la caganha.

Ne pas nager en eaux troubles

Tant qu'elle est claire, on se baigne, si elle se trouble...méfiance (photo MN)
Tant qu'elle est claire, on se baigne, si elle se trouble...méfiance (photo MN)
Pron de l’analisi, aquò lèva pas d’alucar simplament l’aiga de la mar, “se la viatz pas clara, avisatz-vos que vos podriatz negar autanbèn” nos ditz encara dòna Clamont. “Tot parier se viam una taca de petròli, enebirem de nedar per la seguretat”. Aquò de dich.
 
2010 fuguèt pas famós, que la largada rintrèt sovent A Mar Viva, t’a carrejat la sabla de la plaja e ara la conducha d’assaniment es a la vista. E lo lavassi de junh a remés sus la bugada . Esperem que l’estiu se passarà tranquille e sensa mai d’ escaufèstres .
 
Es bèn verai que lo servici de Frederica Clamont manca pas d’òbra a costat deis analisis d’aiga : lei tres personas sus lo talhier e lei quatre administratius devon en mai d’aquò gaubejar lei vaccinacions a gràtis, tenir d’a ment lei lotjaments indignes, lo desgarriament, la desinfeccion, eca. Sensa comptar la tranquilitat entre lei vesins.
 
Pecaires, de tot l’estiu, fin finala, auràn gaire de temps de s’anar banhar a la mar...
 

Dimanche 8 Juillet 2012
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.
L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.