Aquò d'Aqui

2021...

Aquò d'Aquí vous souhaite la meilleure année possible et sera aux côté de tous ceux qui défendent activement la transmission de notre langue d'oc.

A tous ceux qui ont fermé la porte de 2020 en criant “bon débarras, année de m…”, nous devons hélas le dire, 2021 risque de ne pas être meilleure pour la convivialité, et le retour de flammes économique brulera plus qu’il ne réchauffera. Désolé de ne pas être optimiste. Nous adorerions pourtant !

 


















            partager partager

Andrieu Gabriel : « avec un peu d’audace projetons nous dans l’avenir »


Le Baile du Félibrige est aussi un musicologue très actif. Membre de la Conférence Permanente des Arts et Spectacles, il a deux idées à promouvoir : la créativité et la conquête des publics plus jeunes.



Le baile du Félibrige siégera parmi un cénacle de directeurs de théâtres et festivals entre autres. Notamment ici Charles Berling (Théâtre Liberté de Toulon, 2è à g.) Photo MN
Le baile du Félibrige siégera parmi un cénacle de directeurs de théâtres et festivals entre autres. Notamment ici Charles Berling (Théâtre Liberté de Toulon, 2è à g.) Photo MN
Parmi un cénacle choisi de directeurs de festivals et de grandes scènes régionales, la Conférence Permanente des Arts et Spectacles vous compte, vous qui ne dirigez que vous-même. Pourquoi ?
 
Il est possible que, dans l’univers des défenseurs de la langue d’oc en Provence, j’ai paru plus ouvert que d’autres. Disons que je suis considéré comme consensuel. Et, en tant qu’élu des Alpes-Maritimes, M Estrosi, sous divers divers mandats, m’a souvent vu à l’œuvre au cours des années. J’ai pu paraître avoir un savoir intéressant en matière de culture musicale traditionnelle. Vous savez que les membres de cette Conférence ont été choisis par la Région, moi comme les autres. Peut-être le fait que je n’ai à demander aucune subvention à la Région pour aucune structure, a intéressé ceux qui ont pris la décision. Ma parole sera libre. J’espère, en particulier, faire entendre que notre langue d’oc, dans toutes ses variétés, est dans l’ordre de l’universel ; et puis y partager l’idée qu’on doit favoriser l’esprit créatif.

Dominique Serena, entre Bernard Foccroulle (Festival d'AIx) et Irina Brook (Théâtre National de Nice) : "faisons vivre le patrimoine!" (photo MN)
Dominique Serena, entre Bernard Foccroulle (Festival d'AIx) et Irina Brook (Théâtre National de Nice) : "faisons vivre le patrimoine!" (photo MN)
A votre avis, sur quel thème devrait d’abord se pencher la Conférence ?
 
J’y dirai notamment que la protection et la valorisation de notre patrimoine ne suffit pas. En cela j’approuve le discours que Dominique Serena (ex conservatrice du Museon Arlaten d’Arles, Ndlr) a livré lors de l’installation de la Conférence. Encore faut-il le faire vivre, ce patrimoine. J’espère donc y faire entendre qu’il faut savoir se projeter dans l’avenir, favoriser l’intérêt d’un public plus jeune, et donc avoir un peu d’audace, sortir des lieux qui ont statut de « temple de la culture ». La Friche de la Belle de Mai, vouée à la créativité, me semble le bon endroit pour qu’on comprenne bien cet état d’esprit.
 
Vous savez qu’en 2025 l’Exposition Universelle (Paris est candidate, le choix sera acté en 2018, Ndlr) sera Le grand moment pour que des régions fassent connaître leur créativité sur le plan culturel. J’espère pouvoir partager cette envie de relever le défi. Ce sera une meilleure raison de réfléchir ensemble l’avenir que de siéger pour garder un œil sur le niveau d’aides publiques des lieux de culture en Provence. Dix ans c’est court, cette Conférence arrive à point nommé pour qu’on se mette à penser l’avenir, collectivement, et à temps.

Lire aussi Crestian Estrosi ditz la grand messa

Pour lire l'intégralité de l'entretien avec André Gabriel

La "version longue de cet entretien sera proposée aux abonnés du mensuel Aquò d'Aquí n° 288 daté de juillet-août 2016, à paraître vers le 25 juillet. Le musicologue félibre y expliquera notamment dans quel esprit il entend discuter la valorisation de la langue régionale.

Mardi 5 Juillet 2016
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
Distanciau e presenciau dins l’Aquò d’Aquí de març


Dison que...

Parler occitan, l'avenir

Rodin Kaufmann sort ces jours-ci son nouvel album, Pantais clus, fruit d'un long travail. Et sinon, que fait-il ? Il retourne à l'école ; de là il échange et nous parle des identités.

En ce moment entre autres choses j’interviewe des enfants. On parle du temps, des souvenirs et des souhaits. Aujourd’hui j’étais à l’école primaire Mandela de Béziers. En face de moi il y avait Birgul et Oumaima, qui sont en CE1, et elles apprennent le français et l’occitan en même temps.
Rodin Kaufmann (photo MN)


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.