Aquò d'Aqui


            partager partager

A s’Ais lo Cep d’Oc manca de seis escotissons


AIX-EN-PROVENCE. L'association dédiée au collectage, centre de ressources de la parole d'oc et de documentation écrite, filmée et sonore, ne voit plus rentrer ses cotisations. Le confinement a créé un hiatus.



Entre associacions patissant encara dei dos mes d’acantonament, fau comptar lo Cep d’Oc, lo centre chanut de collectatge et de transmission de la paraula d’òc. Creat sota forma associativa en 1989, anima un site web dedicat au collectatge e chasque an pòu produrre una a doas creacions, coma l’an passat l’aviá fach am’un DVD consacrat a l’autor camarguenc Folco de Baroncelli.

« Aquest an leis escotissons son gaire rintrats dins lei caissas » s’alarma Jan-Mari Ramier, son president. « Fau dire qu’ambé l’acantonament que nos a retenguts mai de tres mes de temps dins nòstreis ostaus avèm un pauc laissat de caire la vida associativa. »

Adonc fa la crida per faire rintrar l’escotisson, qu’es de 10 € l’an, e 30€ per aquelei que vòlon sostenir mai.

Lo trabalh dau Cep d’Oc, associacion premier bailèjada per Marc Audibert, puei per Joan-Pèire Belmont, necessita lei dardenas per lo materiau de filmatge, e lo trabalh de l’emplegada, tot d’un còp documentalista e montairèla de filmes. Se’s ocupada tanben dau reviure dau site oèb que podètz agachar aquí.


Jeudi 9 Juillet 2020
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
En octobre Aquò d'Aquí ôte le masque
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.
L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.