Aquò d'Aqui


            partager partager

A Marseille le Théâtre de la Comédie vit une tragédie


MARSEILLE. Cette nouvelle salle est menacée de fermeture par le Diocèse de Marseille, un propriétaire cultuel qui réclame 45 000€ à son locataire culturel. Celui-ci fait naître un réseau de solidarités, où l’on trouve l’occitanisme provençal.



Lo Còr de la Plana, vendredi 21 novembre, pour des chants politiques en occitan, adaptés à la situation du Théâtre de la Comédie (photo MN)
Lo Còr de la Plana, vendredi 21 novembre, pour des chants politiques en occitan, adaptés à la situation du Théâtre de la Comédie (photo MN)
L’Institut d’Estudis Occitans des Bouches-du-Rhône vient de terminer une semaine d’animations consacrée aux « poilus » de la grande guerre : conférences, théâtre, chants…avec en point d’orgue le récital du Còr de la Plana ce vendredi 21 novembre à Marseille, qui a pratiquement rempli le Théâtre de la Comédie.
 
« Je n’avais pas conscience de la vivacité de cette part de notre culture » regrette Jean-Pascal Mouthier, le gérant du Théâtre de la Comédie, qui a accueilli deux de ces manifestations.

« Et en plus je viens de retrouver Manu Théron, le fondateur du Còr, avec qui j’ai passé le bac ! …heu ! il y a quelques années » ajoute l’homme de théâtre, à qui les pires ennuis ne font pas perdre son humour.
 
Ce nouveau conquis à la culture d’oc risque en effet l’expulsion dans moins d’une semaine. « Le Diocèse de Marseille veut m’expulser, et récupérer les locaux qu’il me loue. » Le référé est prévu le 28 novembre prochain.
 
En fait, Jean-Pascal Mouthier, en 1999 a passé contrat avec l’Association Syndicale Ecclésiastique des Prêtres, « filiale » immobilière du Diocèse, qui elle-même s’adresse pour ces opérations à un professionnel, Xavier Radison. « Il s’agissait d’un bail commercial de 12 ans, avec exonération de loyer, à condition que j’effectue les travaux de mise en conformité ».

Cotation immobilière ou vie culturelle, quel sera le critère ?

Beaucoup de temps, de sueur, et d’argent plus tard, le Théâtre de la Comédie s’ouvre au public, en mai 2013. « Rien à voir avec l’année « capitale européenne de la culture » précise le locataire.
 
Mais les débuts d’une entreprise indépendante ne sont pas propices aux grosses dépenses. Les loyers ne sont pas payés, et aujourd’hui Jean-Pascal Mouthier accuse une dette de 45 000€.

« Je l’admets et la paierai, mais je demande de la compréhension et un étalement de la dette. Une entreprise culturelle a besoin d’un peu de temps pour trouver l’équilibre ».
 
L’immeuble, entre Timone et Blancarde, jouxte un pont du chemin de fer où la circulation se fait entendre. Il serait néanmoins côté 8 Millions d’€uros, selon le gérant.

Or, l’Eglise, premier propriétaire foncier de Marseille, a besoin d’argent pour entretenir un immense patrimoine immobilier pratiquement vide.
Jean-Pascal Mouthier "prie" le Diocèse de renoncer à l'expulsion,, alors que le rideau tombe...afin qu'il ne tombe pas définitivement (photo MN)
Jean-Pascal Mouthier "prie" le Diocèse de renoncer à l'expulsion,, alors que le rideau tombe...afin qu'il ne tombe pas définitivement (photo MN)

Solidarités exprimées avant la date fatidique

Deux logiques s’affrontent donc autour de ce théâtre. La petite équipe de Jean-Pascal Mouthier, elle, a trouvé très vite des solidarités.

Le journaliste Jean Contrucci préside le comité de soutien du théâtre, fondé par Gilles Ascaride, avec Henri-Frédéric Blanc et toute une liste d’artistes et de personnalités de la culture à Marseille.
 
On peut y compter désormais l’IEO 13, à qui cette nouvelle solidarité a fait mesurer que ses initiatives culturelles pouvaient trouver un lieu fréquenté.

Ses membres sont invités à rejoindre les 17 000 signataires d’une pétition en ligne qui doit, espère Jean-Pascal Mouthier, montrer aux juges que de nombreux donateurs potentiels aideront le gérant à payer sa dette à l’Eglise.
 
Si celle-ci veut bien ne pas se transformer en marchand du Temple.
Le public occitanophone a t'il trouvé...et presque perdu la salle qui lui permettrait d'organiser de nouveaux événements ? (photo MN)
Le public occitanophone a t'il trouvé...et presque perdu la salle qui lui permettrait d'organiser de nouveaux événements ? (photo MN)

Samedi 22 Novembre 2014
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
En octobre Aquò d'Aquí ôte le masque
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.
L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.