Soutenez Aquò d'Aquí

Durer! Pour vous assurer cette information d'actualité dans notre langue malmenée, garder solide le fil qui nous relie à la génération montante, que nous ne voulons pas acculturée. C'est le sens de nos appels au soutien, chers lecteurs.


Nous ne sommes pas optimistes.

Vous le voyez, nous vivons dans un monde de plus en plus univoque. Une seule parole politique, une seule solution, une seule voie...Les alternatives en politique se racornissent. La pensée unique est ultralibérale et franco-française.

Quelle place pour nos langues régionales dans ce retrécissement de la pensée, du futur?


 
Soutenez Aquò d'Aquí






            partager partager

A Barcelona : « a voté ! »

Notre reportage à Barcelona pour le référendum d'indépendance


BARCELONA. L’Etat espagnol traite trois millions d’électeurs en délinquants, et prétend sauver la démocratie en interdisant l’expression démocratique des Catalans. Eux voient différemment. Allons en parler avec les citoyens impliqués.



Une vingtaine de cars noirs viennent de passer, sirène hurlante, sur la Gran Via de les Corts Catalanes ; direction le centre de Barcelona. « La Guardia civil, nous le savons par twitter, a déjà chargé , dans deux bureaux de vote, pour voler les urnes à l’ouverture des locaux ». Il est neuf heures, Julià vient de faire un brin de toilette aux lavabos de l’école Francesc Macià, près de la Place d’Espagne. « Oui j’ai passé la nuit ici, grilles fermées, et nous étions quatre-vingt. Nous souhaitions garantir l’ouverture du bureau de vote, ce matin ».

Les urnes viennent d’arriver, applaudies par quatre cents citoyens, sous le regard de deux Mossos, les policiers de la Generalitat de Catalunya, qui eux ne sont là que pour assurer le maintien de l’ordre.
 
Un ordre très bien assuré déjà, par les citoyens eux-mêmes. Cinq cent mètres plus haut, à Montjuic, deux mille personnes attendent sous la pluie fine, dans la cour de l’Ecole des XXVèmes Olimpiades, un collège-lycée où l’on a mis, sous le préau, à l’abri, les anciens et les personnes handicapées.

« Non, il n’y a pour ainsi dire personne pour organiser ça, c’est auto-géré ». Narcis, un retraité à la moustache conquérante hausse les épaules : on se débrouille très bien entre nous ! On se connait. On a nos valeurs.

"Nous devons nous séparer"

Dehors les files s’organisent, les parapluies se déploient. Chacun sait où il doit voter, mais la plupart de ces rangs sont à l’arrêt prolongé. Une heure après ils le seront toujours ; mais les électeurs ne se découragent pas. « Le site web qui permet de faire coïncider électeur et bureau de vote a été piraté » déplore Antoni, derrière une urne vide. « Un coup de l’Etat contre la démocratie catalane ».
 
L’Etat est considéré ici, souvent, comme toujours franquiste, donc fasciste. Les Catalans s’estiment, eux, garants de la pratique démocratique. Comment donc ! ? On les empêcherait de s’exprimer sur leur futur ?
 
« Je serais heureuse de collaborer avec l’Espagne, demain, mais comme Catalane, en Catalogne » affirme Angèls, une téléopératrice quadragénaire qui vote ici, à Monjuic. « Depuis huit ans, je suis persuadée que nous devons nous séparer. Notre histoire n’est pas la même ». Incompatibilité d'humeur.

Surtout de rien résoudre sur le fond

Narcis, Ecole des XXVè Olimpiades : "Ils ont vidé le statut d'autonomie de sa substance et, depuis, adoptent une posture de blocage systématique" (photo MN)
Narcis, Ecole des XXVè Olimpiades : "Ils ont vidé le statut d'autonomie de sa substance et, depuis, adoptent une posture de blocage systématique" (photo MN)
Huit ans, c’est le temps qui nous sépare de l’adoption d’un nouveau statut pour les autonomies en Espagne, « que les autorités d’Etat ont vidé de son contenu » citique Narcis. « Avec une conception étroite, l’Etat s’arc-boute sur la Constitution pour, systématiquement, contraindre les Catalans. Je ne vois que l’indépendance pour échapper à cette situation si désagréable ! ».
 
L’essentiel des décisions de la Generalitat de Catalunya, de son parlement élu en 2015 pour préparer ce référendum, est retoqué, depuis 2010, par le Tribunal Constitutionnel Espagnol, la plupart du temps saisi par le Partido Popular, au pouvoir en Espagne.
 
En novembre 2014, les Catalans ont déjà, au cours d’une consultation déjà aussi populaire qu’illégale, choisi de s’exprimer pour ou contre l’indépendance. Ce premier octobre c’est ce qu’ils font.
 
A Girona, au nord de Barcelona, le président de la Generalitat, Carles Puigdemont, qui montre la responsabilité d’un authentique chef d’Etat, a été empêché de voter. Il en est l’ancien maire, mais il s’est heurté au barrage de la Guardia Civil. Les hommes casqués, « les gris » disent les Barcelonnais rencontrés, sont prêts à jouer de la matraque, s’opposent au représentant élu de la volonté démocratique catalane.

Le symbole est fort, il montre aussi la faiblesse de l’Etat. « Ils ont choisi de s’attaquer aux bureaux que peu de gens défendaient, ou qui étaient plus payants en termes médiatiques ; ils ne sont pas assez costauds pour faire plus » estime Manel. Les traits tirés, l’assesseur principal du bureau de vote de l’Escola Joan Miró, avenue Diputació, souligne ainsi la logique de l’Etat espagnol, rouler des mécaniques, donner des gages de dureté à la société espagnole, mais ne rien résoudre sur le fond. 

Le référendum "n'a pas existé", la réalité non plus

Face aux menaces étatiques, calme et détermination collective (photo MN)
Face aux menaces étatiques, calme et détermination collective (photo MN)
L’Etat nie la réalité de la rue catalane. Systématiquement. Sourd et aveugle, mais pas muet, les chefs de la Moncloa trouvent toujours moyen de caser dans chaque phrase les mots de « démocratie » et de l’équivalent du « vivre ensemble ». Dans les faits, ils ont refusé de voir le million de Catalans dans les rues de Barcelona, pour la Diada, la fête nationale du 11 septembre.

Le référendum qui, malgré les 900 blessés par la police et le vol des urnes (une estimation circule, 700 000 bulletins auraient été confisqués par la police) a réuni 2,23 millions d’électeurs, « n’a pas existé ! » selon le premier ministre, Mariano Rajoy.

Et le Roi Felipe VI, en qui beaucoup voulaient voir une figure paternelle commune, a réagi en chargeant le gouvernement régional, en niant la réalité du référendum, et en s’interdisant la moindre parole d’excuse pour les anciens, trainés par les cheveux dans les escaliers, par sa police.
 
Carrer dels Angèls, Violeta, pas même trente ans, est claire et nette : « maintenant je ne crois pas qu’on puisse se passer d’un divorce avec l’Espagne. Ce qu’elle a fait est honteux ! ». Son compagnon Javier explique : « changer la constitution pour permettre notre expression semble hors de portée. Il faudrait se débarrasser du Parti Populaire. Obtenir l’indépendance semble plus facile ».

Matraque, suspension du statut d'autonomie : la menace comme réponse politique

Carles, comme beacoup, a passé la nuit dans le bureau de vote, et protégé l'arrivée des urnes au matin (photo MN)
Carles, comme beacoup, a passé la nuit dans le bureau de vote, et protégé l'arrivée des urnes au matin (photo MN)
Les violences  policières ont fini de creuser le gouffre qui sépare les Catalans de l’Etat. Carrer Diputació, mille cent cent personnes applaudissent le passage d’un camion de pompiers.

« Ils ont annoncé qu’ils s’interposeraient physiquement entre les électeurs et la Guardia Civil » annonce Carles, qui fait le piquet devant l’Ecole Joan Miró. Ce qui n’empêchera nullement les « grisos », armés de matraques, d’essayer de briser les jambes des secouristes, la seule partie de leur corps que protège peu leur équipement.
.
 
Plus de deux millions de Catalans, en ce premier octobre, sont traités comme des criminels par la police et ses inspirateurs gouvernementaux. La démocratie, terme dont se gargarisent tous les responsables espagnols, consiste, ici, à considérer comme délictuel l’exercice de cette démocratie.

Puisque la Genaralitat de Catalunya organise le référendum d’autodétermination pour laquelle elle a été élue, l’Etat agite la menace de la suspension du statut d’autonomie. Le fameux article 155 est brandi comme les policiers, eux, brandissent leur matraque. Peu leur importent les centaines de milliers de manifestants, mains ouvertes, levées en signe de pacifisme. 

Des responsables de premier plan suggèrent le recours à l'Armée

A voté ! (photo MN)
A voté ! (photo MN)
Cet Etat sourd et aveugle trouve la justification de son attitude dictatoriale dans l’attitude des autres Etats. Donald Trump lui a donné quitus par avance, certes, mais ce sont les Européens qui, dans leur incompréhension volontaire de la situation, donnent sa force à la volontaire stupidité étatique.

A la Commission Européenne, l’Espagne n’a trouvé que têtes opinantes. Du coup l’Etat pense en termes d’intervention armée. C’est la demande claire et nette d’Alfonso Guerra, ex-vice premier ministre espagnol, sur les ondes d’une radio nationale.

Ainsi pour les Européens, les leçons du Kosovo ou de l’Ukraine n’ont pas été tirées, ses responsables préfèrent regarder ailleurs, attendant le premier sang pour  s’émouvoir.
 
A Barcelona, nous l’avons vu. Des milliers de « voisins » serrent les coudes, dans un même quartier, devant leurs bureaux de vote. A Madrid un homme seul, engoncé dans l’habit de l’Etat tout puissant, promet au peuple la trique, rebaptisée « démocratie ».

A Bruxelles les représentants d’Etats européens ouvrent leur boite de boules Quies. A Paris on laisse tout l’espace de la parole publique aux seuls spécialistes du droit institutionnel.
 
A Barcelona et ailleurs en Catalogne, un million de citoyens descendent dans la rue en restant invisibles au reste du monde.

Pour le moment.

Comme souvent, nous donnons rendez-vous à nos abonnés pour un dossier complet à paraître dans Aquò d'Aquí mensuel fin octobre. Et nous vous engageons à soutenir nos efforts pour une information et des points de vue originaux, en vous abonnant dès maintenant.

Jeudi 5 Octobre 2017
Michel Neumuller





1.Posté par Amada le 06/10/2017 00:12
Gramací Miquèu, per aqueste reportatge que nos permet de rintrar au còr de l'eveniment, embé de testimoniatges interessants !

Tot mon sosten ai Catalans que vòlon la patz e que sarián de passatge sus lo site d'A.A.

La question èra pas tant lo nombre de Catalans que volián l'independéncia, mai puslèu lo desir d'expremir una causida en tant que cieutadans, sota la fòrma la mai democratrica que siágue, lo referendum. Ai vist de vidèos que me donèron l'enveja de vomir. Aquò's pas perdonable, e mai se sabe que mai d'un imatge an poscut èstre desvirats per cambiar la realitat, la fractura es aquí. E la blessadura prefonda. :(

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Abonnez vous à Aquò d'Aquí avant d'avoir soif !

Dison que...

1851 : defendre la Republica en provençau

L’historien Renat Merle nous rappelle que la résistance au coup d’Etat du 2 décembre 1851, fut le fait de ruraux qui parlaient occitan. Les meilleurs défenseurs de la République française. Avis aux Républicains amnésiques de 2017.

1851 : defendre la Republica en provençau
A la fin de l’an 1848, un aventurier politic, Louis Napoléon Bonaparte, es estat elegit president de la Republica, amb lo prestigi de son nom e l’adesion de l’immense monde rurau, que portava seis esperanças de dignitat e de progrès.

Mais dins lei fachs, lo President bailejava la Republica dau partit de l’Òrdre, valent a dire la Republica conservatriça, aquela dei Gròs.
 


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.