Aquò d'Aqui



Où en es tu Aquò d'Aquí ?

Votre magazine continue... vous continuez avec lui ?

Votre journal continue sa publication, votre abonnement n'a pas été souscrit en vain. Et si la transition post Michel Neumuller n'est pas facile, une équipe bénévole veille à poursuivre l'œuvre commencée en 1987 : un journal indépendant, sociétal, pan occitan, et bilingue.

Chers amis lecteurs, et avant tout abonnés de notre périodique, vous recevrez sous peu le prochain numéro d'Aquò d'Aquí. Le travail et l'animation du rédacteur en chef Michel Neumuller ont pris fin sous leur forme salariée en avril, et la transition n'est pas si facile. Néanmoins, elle est en cours et va se traduire très vite par le prochain numéro de votre revue. 

Soutenez l'équipe qui désormais veille à vous servir, et à publier l'unique périodique de société en occitan.














            partager partager

Veirem Berra




L’amitié peut beaucoup. Surtout quand elle se construit dans l’effort partagé et les difficultés affrontées ensemble. Marc Audibert, Lucien Durand et Jean Saubrement l’ont rappelé chacun à sa façon avant que le public ne partage le gâteau des Rois, au Centre d’Oralité de la Langue d’Oc, mardi 29 janvier à Aix-en-Provence.
 
Ce lieu ils l’ont créé en 1994, avec leur estrambord, et aussi de façon plus pratique avec chignole et pinceaux…

Ils ont créé une médiathèque pour l'occitan parlé par ses locuteurs provençaux

C’est là qu’aboutissent les œuvres filmées, audibles ou lues qui ont un rapport immédiat avec la langue d’Oc en Provence. Médiathèque, et lieu de débats, il promet demain de faire partager la langue régionale dans sa diversité au plus large public.
 
Le Centre d’Oralité de la Langue d’Oc, ou Col’Oc, porte bien son nom et mérite bien la plaisanterie qu’autorise son acronyme. Le loyer fut bien partagé et les relations, à l’occasion, furent orageuses entre les colocataires.
 
C’est d’ailleurs dans le dépassement des malentendus que l’amitié s’est renforcée.
 
Marc Audibert est un pilier du mouvement Parlaren, créé dans les années 1970 pour militer plus surement sur le terrain pour la langue d’oc que ne le faisait le Félibrige, dont sont, généralement issus ses membres. C’est lui qui, à coups de marteau et de pinceaux, a sué pour qu’un lieu mis à disposition par la Commune d’Aix, puisse accueillir œuvres et publics.
 
Lucien Durand est d’ailleurs majoral du Félibrige. Il porte la cigale de Pèire Rouquette et s’est toujours obligé d’être à la hauteur de cet oeucuménique défenseur des républicains catalans de 1936. On voit bien avec le Col’Oc, à quel point il a, à son tour, su créer pour les autres.
 
Jean Saubrement a mis au service du projet ce subtil mélange de rigueur et de faculté de rêver qui mena toute sa vie de marin. Bref, c’est l’homme des aventures qui doivent néanmoins vous mener à bon port. Lui est un des responsables désormais historique du Centre Régional d’Etudes Occitanes.
 
Avec ces trois aparaires, et presque vingt ans après la création du Col’Oc, on peut d’ailleurs désormais le crier : «  Veirem Berra !  ».
 
En confiant cet organisme à la Commune d’Aix, les trois fondateurs lui permettent de poursuivre son action avec toute la sureté que confère le service public. Le Col’Oc sera durable. Son œuvre aussi.
 
En créant à côté l’entité associative qui mènera l’action de collectage, le Cep d’Oc, ils ont créé les conditions de la poursuite de cette œuvre de collectage. Déjà les premières formations sont organisées. Et le nouveau président de cette association, Jean-Pierre Belmon, jeune retraité de l’audiovisuel public, fourmille d’idées qu’il fait vivre dans la pratique quotidienne.
 
Mais quand un train est sur les rails, et qu’il arrive à l’heure en toute sécurité, on oublie trop souvent que mécaniciens, chauffeurs et aiguilleurs anonymes l’ont permis.
 
Or, ces trois cheminots là, il fallait leur dire clairement à quel point nous leur devons notre possible avenir. Ce soir-là, au Col’Oc, foin des fèves et autres santons, Marc Audibert, Lucien Durand et Jean Saubrement étaient vraiment les Rois.
Veirem Berra

Mercredi 30 Janvier 2013
La rédaction



Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche


Dison que...

Robert Lafont cet intellectuel qui occupa le terrain social pour une renaissance occitane

A ne pas manquer !

AIX-EN-PROVENCE. Le colloque du 14 octobre 2023 a ouvert large l'éventail des domaines d'intervention d'un humaniste dont l'œuvre incontournable a généré et accompagné le second risorgimento de la conscience d'oc.


Robert Lafont fut l'artisan principal du second risorgimento de la langue d'oc. Mistral avait lié le premier à la production d'œuvres littéraires prestigieuses et à l'unité latine, Lafont, avant et après 1968 associa ce second regain à la critique coloniale et à la situation sociale comme à une relecture de l'histoire. Pour autant son œuvre littéraire et théorique, riche et diverse, marque encore tous les domaines de la création d'òc. 

 



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.