Aquò d'Aqui


Lo dire d’Elie Lebre (15)

Comment un paysan provençal du XXème siècle disait son temps, les saisons, le bon sens... dans sa langue de tous les jours. Quinzième semaine…

Ouvrage édité par l'Aeloc
L’agriculteur érudit et curieux Elie Lèbre (Cucuron –  Luberon : 1920-91) par bonheur rencontra l’occitaniste Madeleine Jaquier, et le fruit d’années de collectage nous a permis d’en savoir beaucoup sur la manière vivante et quotidienne de parler provençal.
 
Avec l’aimable autorisation d’Alain Barthelémy-Vigouroux qui a organisé la masse de notes et d’enregistrements issus de ce travail, nous vous en offrons un morceau chaque semaine, en vous recommandant d’acquérir le livre édité par l’Association Pour l’Enseignement de la Langue d’Oc .






Siatz cinquanta dos indispensables

52 contributeurs entre janvier et avril ont ajouté un supplément au prix de leur abonnement au mensuel Aquò d'Aquí, et c'est ainsi depuis deux ans. Leurs dons indispensables permettent à l'ultime magazine d'actualité en langue occitane de faire un pied de nez aux cassandres qui prédisent la mort de la diversité linguistique pour dire le monde.

Cinquantados contributors an portat pèira a Aquò d'Aquí dau tèmps dau darrier trimèstre, que li an aduch precisament 753,5 €uròs. Aquò representa a pauc près la meitat dau còst de l'estampaire per un numerò.














            partager partager

Un projet de Loi pour divorcer le provençal de l'occitan!


Le député maire de Chateaurenard s'est laissé berner par un collectif largement financé par le Conseil Régional, dans le but de légiférer que le blanc est noir, et que la lune est l'astre du jour.



Notre provençal coupé de sa famille, la langue d'Oc, telle que l'a définie Frédéric Mistral dans un fameux dictionnaire qui fait toujours référence ? Mais oui ils l'ont fait ! Ils n'y comprennent tien mais ils l'ont fait.

Séparer le provençal de sa famille linguistique pour satisfaire l'aveuglement fanatique de quelques uns ?

Autour du député maire de Chateaurenard, une dizaine de députés, parfois Provençaux, et Marc Le Furr, habituellement plus lucide, déposent un projet de loi, répondant à l'intense lobbying d'un Collectif provençal radical dans la nuisance.

Il s'agit d'arracher aux forceps le provençal de l'ensemble de la langue d'oc où l'on compte le languedocien, le gascon et quelques autres, tous aussi prestigieux les uns que les autres, et que le Félibrige a toujours chéri.

Il faut donc que des "Mistraliens" conchient l'oeuvre de Mistral !

Et que quelques élus de la Nation suivent, on se demande pourquoi.

Si ce projet avait quelque succès, on voit bien quels en seraient les développements : l'atomisation des postes d'enseignants, dont un serait nommé tous les cinq ans, au rythme où le Ministère crée les postes "d'occitan-langue d'Oc", n'en déplaise aux promoteurs de cette ânerie législative.

A l'heure de mettre à jour notre site, nous recevons les premiers éléments d'information, et la réation de la Fédération des Enseignants de Langue et Culture d'Oc, que nous vous invitons à lire. La Felco vous invite notamment à réagir et propose les liens internet pour cela.

Une réaction préventive nécessaire, est-il besoin de le souligner.

Jeudi 12 Avril 2018
Aquò d'Aquí



Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Aquò d'Aquí de novembre laboure en occitan

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.