Aquò d'Aqui

Journée historique pour les langues régionales

La loi dite Molac donnera des droits à l'enseignement des langues minoritaires en France, enfin ! ça ne s'est pas fait tout seul.

Bien des lecteurs d'Aquò d'Aquí ont été surpris, le 8 avril, du vote écrasant des députés en faveur de la loi de Protection des langues régionales, avancées par le groupe parlementaire Libertés et Territoires. Pourtant une observation un peu fine des évènements qui ont conduits à cette issue aurait rassurée plus d'un.

















            partager partager

Toponimia : quora la lauva devèn loba...


Parfois, la méconnaissance de l'occitan change carrément la compréhension du paysage. Quand un promoteur comme à Brignoles, croit savoir...c'est encore pire.



A quoi fera désormais penser ce quartier de Brignoles (photo XDR)
A quoi fera désormais penser ce quartier de Brignoles (photo XDR)
Un quartier de Brinhòla a per nom « La lauva ». Lauva es una varianta de la forma lausa .
 
deja, dins l’adaptacion francesa, lei promotors escriuguèron à passat temps « Lotissement de la Laouve », qu’a fa bulhir nòstre redactor, Reinat Tòscanò, cada còup que passa davant...Es segur pas lo solet exemple. Leis abitants pròches de Miramas (13) que passan ‘mé lo trin au «  Pas des lanciers » se demandon qualei son aquelei cavalhiers am’una lança ? E lei Sestians se pòdon tanben questionar : perque sa ribièra, « l’ Arc  » fai pas qu’una soleta corba ?
 
Mai enfin, siam dins Var, ont un autre promotor es anat mai luènh, nos dis encara Reinat Tòscan : just à costat, an lotit la campanha que sobrava e n’an fach una « Campagne de la Louve ».

Et le quartier loti qui, sans doute, n'a jamais vu de loup (photo XDR)
Et le quartier loti qui, sans doute, n'a jamais vu de loup (photo XDR)
« Un país de sauvatges ? Ò alora una nostalgia mussolinenca ? » demanda l’ensenhaire varés. Sensa oblidar qu’en latin, lupa avié tambèn lo sens de « prostituida ». « Sarié doncas un quartier mau frequentat ? »
 
Mai seriosament, aquel exemple « pausa lo problema deis ignorantàs fièrs de l’èstre que s’en gàrçon completament de la lenga nòstra e la matràsson sensa relambi e sensa deguna esitacion. »
 
Per lo moment, pas de responsa dau promotor, Nexity, au corrier que li a mandat Reinat Tòscanò. E li a pauc de chanças d’en recebre jamai.
 

Mardi 18 Septembre 2012
La rédaction





1.Posté par robert Perrotto-Andre le 20/09/2012 10:50
tot aquo es marcat dins lo jornalet "lo bofador e lo recaliu que mandi sus la telaranha e que devetz reçaupre.
Una sollucion possible : faire passar un examen de provençau a totei leis elegits que son de mai en mai de forestiers, A copmençar per Vauzelle. Saria de bon tanben de crear una comission ('una de mai) per la toponimia dins cada comuna que faria signar un "casernet de cargas". ai promotors de tot peu.

2.Posté par Paul COLOMBIER le 19/11/2012 17:49
Tot parier a Vitròla onte, li a pron d'annadas, s'es bastit d'ostalàs dins un relarg non cultivable e que lei gents de l'endrech li avián mes "leis (h)èrmes", varianta dau mòt "ermàs". Lo constructor, pron cultivat a son biais, s'es cargat de far lei correccions : leis Ermes venguèron "les Hermès"!! E li son restats!


Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
Dans ce numéro d'avril du mensuel Aquò d'Aquí

Dison que...

Nos villes avec leur nom historique et sans enquiquineur procédurier

Un aspect de la loi Molac, votée le 8 avril, est resté à tort dans l'ombre : le droit de nommer ses rues et ses entrées de ville sans être harcelé par un obsédé de la langue unique.

De la loi loi nº 2548 relative à la protection patrimoniale des langues régionales et à leur promotion, désormais connue sous le nom de son promoteur, Paul Molac, nous avons surtout retenu les articles permettant de renforcer l’enseignement bilingue dans les établissements publics.

 

Cependant il est un aspect de la promotion des langues minoritaires qui a été négligé par les commentateurs, c’est celui de la signalétique bilingue. C’est un tort car cette possiblité, enfin débarassée des attaques imbéciles de soi-disant libres penseurs, fera évoluer les mentalités de nos concitoyens, à qui sera rappelée aisément la fierté de leur terroir.




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.