Aquò d'Aqui








Vau mielhs èstre Parisenc...

SENANQUE. Menacée d'écroulement l'emblématique cistercienne du Vaucluse, malgré sa notoriété, ne recueille pas en un an, le trois centième de l'argent que Notre Dame de Paris a recueilli en 24 heures.

Vos ne'n rementatz ? En un jorn, fa pauc, lei grandei entrepresas an promes mai d'un miliard d'€uròs per un monument parisenc emblematic.

En Provença, fa un an que la Glèisa assaja de trobar tres cents còps mens, e lei mecenas, l'i vesem pas.

Fau èstre Parisenc.







            partager partager

Sovetar sens desirar


Gageons que le débat est loin d’être clos : l’occitan parlé par la dernière génération de locuteurs naturels a-t-il plus ou moins de légitimité que celui qu’attestent dictionnaires et littérature mais qu’on entendait plus depuis des décennies…ou plus ? Parions que le billet de Gèli Fossat rallumera d’inépuisables braises en soufflant sur LA question qui passionne les lexicOCgraphes…



Sovetar sens desirar
Despuèi quauqueis annadas, se pòu legir dins fòrça escrichs occitanistas de Provença :  



Du souhait de janvier

"desirar la bòna annada".  D'onte vèn aquela accepcion de "desirar " ? En occitan medievau, "desirar" es mencionat unicament amé la significacion "désirer" (Raynouard, Lexique roman, t. 3, p. 41).
 
L'accepcion "souhaiter" se tròba pas dins la majoritat dei diccionaris dau s. XIXn (Honnorat, Mistral, Fourvières, Piat), onte "desirar" se revira simplament coma lo françés "désirer".
 
I a que lo diccionari de Garcin que menciona "désirer, souhaiter".
 
Dins lei diccionaris recents, Rouret dona "desirar" per "souhaiter" e marca "sovetar" coma francisme ; lo diccionari dau CREO ditz parier, e apond una citacion de Bellaud de la Bellaudiera : "vos desirar de ben".  
 
Per resumir, "desirar" = "souhaiter" sembla gaire espandit. En mai d'aquò, tròbe estonant de decretar coma francisme lo mòt "sovetar", completament admés au s. XIXn.

"genier" per designar lo promier mes de l'an en occitan provençau. Dins lei diccionaris d'Honnorat e de Mistral, es "janvié" ; "ginouié" es marcat coma forma niçarda, "jenié, jinié" coma formas lemosinas.
 
Dins l'Atlas linguistique de la Provence de J.-C. Bouvier e C. Martel ( t. 1, CNRS, 1975), la carta n° 107 dona pertot "janvier"; "genier " ò "genoier" son atestats unicament dins quauquei luòcs dau país niçart.
 
Perqué emplegar en occitan provençau de biais de dire marginaus ò impròpris ? Au nom de la "distanciacion maximala" amé lo francés ? Pense qu'aquò pòu menar que dins una androna.
 
Coma siam encara au mes de janvier, vos sovete una bòna annada !

A lire aussi, une analyse d'Eric Fraj

Mardi 21 Janvier 2014
Gèli Fossat



Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche


Aquò d'Aquí de setèmbre vos espèra !
Dison que...

Ce que peut la volonté

Au cœur des Pyrénées, ce dimanche, et pour la 32 ème fois Catalans et Occitans ont renouvelé les gestes de fraternité, qui se rient des frontières politiques.

Au fond, et selon les critères habituels des Etats contemporains et du monde global, rien ne prédispose Occitans et Catalans à rechercher sans relâche l’occasion d’affirmer une fraternité qui ne va pas tant de soi.

Ce que peut la volonté


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.