Glaudi Bressand nous a quitté

Il était habitué des stages d'occitan estivaux, durant lesquels il pratiquait son activité de prédilection : l'écoute des autres.

Glaudi Bressand  nous a quitté
Glaudi Bressand s’est simplement affaissé lors d’une cueillette en montagne le 30 juillet dernier, et ne s’est plus relevé. Il avait 72 ans. 






            partager partager

Sovetar sens desirar


Gageons que le débat est loin d’être clos : l’occitan parlé par la dernière génération de locuteurs naturels a-t-il plus ou moins de légitimité que celui qu’attestent dictionnaires et littérature mais qu’on entendait plus depuis des décennies…ou plus ? Parions que le billet de Gèli Fossat rallumera d’inépuisables braises en soufflant sur LA question qui passionne les lexicOCgraphes…



Sovetar sens desirar
Despuèi quauqueis annadas, se pòu legir dins fòrça escrichs occitanistas de Provença :  



Du souhait de janvier

"desirar la bòna annada".  D'onte vèn aquela accepcion de "desirar " ? En occitan medievau, "desirar" es mencionat unicament amé la significacion "désirer" (Raynouard, Lexique roman, t. 3, p. 41).
 
L'accepcion "souhaiter" se tròba pas dins la majoritat dei diccionaris dau s. XIXn (Honnorat, Mistral, Fourvières, Piat), onte "desirar" se revira simplament coma lo françés "désirer".
 
I a que lo diccionari de Garcin que menciona "désirer, souhaiter".
 
Dins lei diccionaris recents, Rouret dona "desirar" per "souhaiter" e marca "sovetar" coma francisme ; lo diccionari dau CREO ditz parier, e apond una citacion de Bellaud de la Bellaudiera : "vos desirar de ben".  
 
Per resumir, "desirar" = "souhaiter" sembla gaire espandit. En mai d'aquò, tròbe estonant de decretar coma francisme lo mòt "sovetar", completament admés au s. XIXn.

"genier" per designar lo promier mes de l'an en occitan provençau. Dins lei diccionaris d'Honnorat e de Mistral, es "janvié" ; "ginouié" es marcat coma forma niçarda, "jenié, jinié" coma formas lemosinas.
 
Dins l'Atlas linguistique de la Provence de J.-C. Bouvier e C. Martel ( t. 1, CNRS, 1975), la carta n° 107 dona pertot "janvier"; "genier " ò "genoier" son atestats unicament dins quauquei luòcs dau país niçart.
 
Perqué emplegar en occitan provençau de biais de dire marginaus ò impròpris ? Au nom de la "distanciacion maximala" amé lo francés ? Pense qu'aquò pòu menar que dins una androna.
 
Coma siam encara au mes de janvier, vos sovete una bòna annada !

A lire aussi, une analyse d'Eric Fraj

Mardi 21 Janvier 2014
Gèli Fossat



Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche


Dans l'Aquò d'Aquí de rentrée : la montagne de l'économie de proximité
Dison que...

Quand lei French Lovers èron occitans

Evoquons deux acteurs occitans qui ont marqué le cinéma américain.

Sieu un cinefile d’avans leis anadas 2000, ai mai vist fa gaire a la telé «  Parìs brula ti »  ? (1966) de René Clément pèr lo cinquième còp. Lei stars dei doas ribas de l’Atlantica li son en abonde, aquò pòrta tòrt a l’intensitat dramatica dau filme, mai lo publique revés seis idòlas emé plesir. 
Quand lei French Lovers èron occitans


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.