Aquò d'Aqui



Vous pouvez aussi désormais écouter certains articles !

En cliquant sur la pièce jointe du premier paragraphe des articles concernés, vous téléchargerez un fichier sonore, en fait le même article, mais lu à voix haute. L'initiative nous vient d'un constat : certains abonnés ont hélas une vue déficiente.

Voici un bon moment que nous y pensions; enregistrer certains articles et les proposer sur notre site web, faire entendre à celles et ceux qui souhaitent avoir la langue dans l'oreille, savoir comment on la prononce. Mais c'est un abonné de notre mensuel, devenu mal voyant, qui nous a incité à sauter le pas.














            partager partager

Sortida de crisi per lo teatre marselhés ?

A Marseille un accord pour sauver le Théâtre de la Comédie?


MARSEILLE. Le Théâtre de la Comédie voit s’éloigner le spectre de l’expulsion. La Mairie louerait au Diocèse le bâtiment proche du bd Sakakini, où seraient maintenus en toute indépendance le théâtre menacé et son directeur.



Jean-Pascal Mouthier dans la régie du Théâtre de la Comédie. Aujourd'hui il peut envisager son maintien (photo MN)
Jean-Pascal Mouthier dans la régie du Théâtre de la Comédie. Aujourd'hui il peut envisager son maintien (photo MN)
Segon Jan-Pascau Mouthier, lo baile dau teatre de la Comèdia de Marselha, la sortida de crisi sembla ara possibla.

Lo premier cònsol dei 4ens e 5ens arredoniments, Brunò Gilles, seriá a mand de trobar un acòrd amé l’Arquevesquiá dau Diocèsa de Marselha.
 
Rapelem qu’en novèmbre passat lo Diocèsa, proprietari dei muralhas dau teatre fondat per JP Mouthier, aviá demandat lo pagament immediat d’un deute de 45 000€ au teatre.
 
Una petitcien mandada aviá rebalhat quauquei desenas de milliers de sinhaturas per exigir de mantenir lo teatre.
 
L’arrenjament qu’an imaginat premier cònsol e Diocèsa seriá, segon JP Mouthier, que « la Vila pagariá lo deute, devendriá logatària dau Diocèsa, e mantendriá lo teatre amé son director. »
 
Lo Diocèsa rassegurat que la Vila siegue son logatàri, permetriá au teatre de contunhar son òbra. « A condicien que la programacien siegue liura » ajusta lo director.
 
« Aviáu dich qu’una partida de la programacien fariá plaça a l’expressien de la cultura occitana e tendrai paraula » qu’a sotalinhat per nòstrei legeires Jan-Pascau Mouthier.

Samedi 7 Février 2015
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Aquò d'Aquí prolonge l'été

Notre numéro de septembre-octobre arrive. Abonnez-vous vite !

Tant qu'il est là, vous disposez d'un média public et votre langue n'est pas morte...
Notre numéro 355 sera chez ses abonnés dans une petite semaine au plus. Vous y trouverez des enquêtes et reportages, entretiens et chroniques, dont 70% en occitan de diverses variétés et un glossaire pour aider celles et ceux qui apprennent ou récupèrent leur langue !

20/09/2023

Dison que...

Robert Lafont cet intellectuel qui occupa le terrain social pour une renaissance occitane

A ne pas manquer !

AIX-EN-PROVENCE. Le colloque du 14 octobre ouvre large l'éventail des domaines d'intervention d'un humaniste dont l'œuvre incontournable a généré et accompagné le second risorgimento de la conscience d'oc.


Robert Lafont fut l'artisan principal du second risorgimento de la langue d'oc. Mistral avait lié le premier à la production d'œuvres littéraires prestigieuses et à l'unité latine, Lafont, avant et après 1968 associa ce second regain à la critique coloniale et à la situation sociale comme à une relecture de l'histoire. Pour autant son œuvre littéraire et théorique, riche et diverse, marque encore tous les domaines de la création d'òc. 

 



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.