Aquò d'Aqui


            partager partager

Sophie Joissains aux manettes de la culture en Provence


La sénatrice Les Républicains prend la présidence de l'organisme de formation des artistes en Région, l'Arcade.



Sophie Joissains vient d'être élue présidente de l'Arcade Paca.

 
Sophie Joissains, la nouvelle présidente de l'Arcade Paca (photo MN)
Sophie Joissains, la nouvelle présidente de l'Arcade Paca (photo MN)

La sénatrice d’Aix avait déjà une certaine appétence en matière de politique culturelle. C’est elle qui en 2014, a mené le projet de salle aixoise de spectacle Arena, avant que la Métropole d'Aix-Marseille, alors en débat houleux, ne rende toute nouvelle structure communautaire.
 
Avec le changement de majorité régionale en décembre dernier, l’élue Les Républicains est devenue la déléguée Culture de Christian Estrosi.
 
Logiquement la voici à la présidence de l’Arcade Paca, où elle a été élue le 4 avril dernier. L’organisme où sont représentés l’Etat et les Départements de Provence, est l’agence de formation et de soutien des artistes en région.
 
Sophie Joissains y remplacera Christine Mirauchaux, l’ex déléguée à la Culture de Michel Vauzelle.
 
La sénatrice a été également élue présidente de la Commission Culture et langues régionales à l’Association des Régions de France.

Mercredi 4 Mai 2016
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

On vous parle des poétesses d'oc ?
Dison que...

L'autre pandémie...à perpétuité ?

L'air pollué tue plus surement et plus massivement que la covid 19. Or, cette dernière, en forçant à la cessation d'activités, a révélé les responsables des pollutions les plus prégnantes sinon les plus connues.

L'autre pandémie...à perpétuité ?

Avec près de trente mille morts, la crise de la covid 19, dont on n’ose encore parler au passé, a marqué le premier trimestre de 2020. Elle nous a paru à juste titre terrible. Ces morts sont dues en fait aux affections respirtatoires qui souvent suivaient l’infection virale. Or, il nous faut remettre, toute traumatisante qu’elle soit, cette maladie planétaire dans un contexte plus large.

 

Entre trois et quatr millions de personnes décèdent chaque année d’affections respiratoires dans le monde. La bronchopneumopathie chronique obstructive, autrement dit la bronchite chronique, est un fléau.

 

Et pour partie ce que nous respirons au quotidien aggrave tous les symptômes. Encore ne sait-on pas tout, loin de là, sur  l'air qui est sensé nous faire vivre.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.