Aquò d'Aqui

Journée historique pour les langues régionales

La loi dite Molac donnera des droits à l'enseignement des langues minoritaires en France, enfin ! ça ne s'est pas fait tout seul.

Bien des lecteurs d'Aquò d'Aquí ont été surpris, le 8 avril, du vote écrasant des députés en faveur de la loi de Protection des langues régionales, avancées par le groupe parlementaire Libertés et Territoires. Pourtant une observation un peu fine des évènements qui ont conduits à cette issue aurait rassurée plus d'un.

















            partager partager

« Segrets d’afaires », una dralha per la propaganda


Avec la directive européenne sur les Informations Commerciales que discutent actuellement les eurodéputés, l’investigation deviendrait impossible, et le citoyen passerait sous statut de mouton gavé de propagande.



Amé la Directiva dau Parlament Europeu e dau Consèu sus l’Aparament dei Gaubis e deis Informaciens Comercialas non Esbrudidas (Segrets d’afaires), relevada en França per la Lèi Macron, lei Monsanto, Luxleaks e autreis entrepresas capablas d’entretenir un lobbying pròche dau Parlament Europeu, tènon enfin lo mejan de faire muds lei jornaus d’enquistas. 

L'entreprise qui prétend que le journaliste lui porte tort fixe elle même le montant du préjudice présumé

Oficialament, am’aquela directiva que lo Parlament d’Estrasborg examina a l’ora d’ara, s’agiriá d’aparar lei PME còntre l’agach maufatan de concurrents e l’espionatge economic.
 
Punit de tres ans de preson e de 375 000 € d’amenda, l’investigacien d’un Mediapart o, pièger, d’un jornalista independent, se fariá plus tant.
 
Se ditz qu’una entrepresa sus quatre en Euròpa seriá pertocada per l’espionatge. Ce qu’es segur, es que l’òbra jornalistica per vos informar, am’aquela directiva, traduita en drech francés, seriá plus que l’estampatge dei comunicats d’entrepresas, valent a dire la propaganda e pas mai.
 
Es de se demandar se lei Maurici Schuman e autrei Monnet an vougut l’Euròpa per aquò ?
 
La definicien, fòrça larga, dau « segret d’afaires », autorisariá leis entrepresas a mandar un planh a la Justícia, per de procès que s’esperlongarián d’annadas e d’annadas, e que farián senhorejar la paur per lei jornalistas que fan son trabalh.
 
E aqueu trabalh, va fau sotalinhar, es d’informar lo monde fòra de tota pressien. En particulier fòra de la pressien dei poténcias d’argent.
 
George Orwell l’aviá dich ansin : “lo jornalisme es de publicar ce que d’autres vòudrián pas veire publicar ». E de son costat, Albert Londres sotalinhava que son « mestier es pas de faire plaser, pas mai de faire tòrt, mai de portar la pluma dins la plaga ».
 
Amé la Directiva Europenca « Segret d’affaires », lei jornalistes serián dins l’obligacien permanenta de provar que son article es d’interés public. E son leis entrepresas que menarián lo balèti judiciari còntre la pressa d’enquista. Elei que dirián lo montant dau prejudici, e elei que donarián la pròva, aisadament. Valent a dire, que li bastarián de produrre au Tribunau l’article incriminat, per menar son autor a la preson e a la roïna. Seriá segur una arma de dissuasien majora.
 
D’aitant mai qu’amé la crisi, la premsa es totjorn que mai fragila, amé de còlas totjorn mai estrechas. Un jornalista que se deu arrestar, mai que d’un còup es la mòrt de son jornau.
 
Podèm adonc sonar aquela directiva, non pas « Segret d’afaires », mai ben « Taisa-te ! »
 
Maugrat lo silenci sus aquel afaire qu’organisa quasi tota la classa politica, en particulier tótei aquélei « liberaus » que leis elegeires europencs an mandat an’Estrasborg fa un an, vaquí la societat civila que mena batèsta.
 
La jornalista Elise Lucet, de la televisien publica francesa, prèsta son retrach a una campanha de peticiens que, en pas mai d’una setmana, reçaup mai de 300 000 signaturas francofònas. N’en podètz espandir encara lo succès.
 
Mai chascun pòu totjorn dire directament ais euròdeputats de pas se faire endralhaire de dictatura.
 
Una afaire de ciutadan europeu, qué !

Mardi 16 Juin 2015
Aquò d'Aquí




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Dison que...

Nos villes avec leur nom historique et sans enquiquineur procédurier

Un aspect de la loi Molac, votée le 8 avril, est resté à tort dans l'ombre : le droit de nommer ses rues et ses entrées de ville sans être harcelé par un obsédé de la langue unique.

De la loi loi nº 2548 relative à la protection patrimoniale des langues régionales et à leur promotion, désormais connue sous le nom de son promoteur, Paul Molac, nous avons surtout retenu les articles permettant de renforcer l’enseignement bilingue dans les établissements publics.

 

Cependant s'il est un aspect de la promotion des langues minoritaires qui a été négligé par les commentateurs, c’est celui de la signalétique bilingue. C’est un tort car cette possibilité, enfin débarrassée des attaques imbéciles de soi-disant libres penseurs, fera évoluer les mentalités de nos concitoyens, à qui sera rappelée aisément la fierté de leur terroir.




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.