Aquò d'Aqui


Carriera d'Aubanha ...

Huit morts, 2700 évacués...mais après le drame de Marseille le droit à se loger dignement est toujours aussi théorique.

Un an après l’escrancament de dos immòbles dins lo centre ancian de Marselha,  mai de cent cinquanta autrei desclarats perilhós siguèron estats vuejats de seis abitants, e se’s desvelat a chapauc d’un latz una tiera d’escandòls ligats a l’abitat indigne, d’un autre latz la prefonda indiferència de tot lo monde dei captaus marselhès. Enfin, l’Estat que vòu tant tenir lo poder dins lei territòris siguèt tanben lo grand absènt dau problèma, emai dei soluciens.

Carriera d'Aubanha ...















            partager partager

Secrets d’ici fait visiter la cultura d’aici…


AIX. L’occitan se valorise aussi professionnellement. A Aix-en-Provence, les jeunes guides-conférenciers de Secrets d’Ici l’emploient pour enrichir leurs visites et partager avec les visiteurs un peu plus que l’histoire des belles pierres.



Lors de certaines visites le provençal est un outil privilégié de la connaissance de la ville (photo MN)
Lors de certaines visites le provençal est un outil privilégié de la connaissance de la ville (photo MN)
« Il y a en Provence un dicton qui affirme : « l’aiga es d’aur » explique Arthur sur la passerelle d’accès à la Cour d’Appel d’Aix. En contrebas, deux fosses remplies d’eau signalent une antique noria.
 
Le provençal d’Arthur n’est plus si épouvantable qu’en juillet, quand nous l’avions fortuitement rencontré Plaço de la Coumuno, toujours à Aix. Ce Rémois expliquait alors à un groupe de visiteurs que les plaques bilingues des rues du centre n’étaient pas rédigées « en patois », mais dans une langue qui disait l’histoire du pays.
 
Avec une autre guide conférencière, Mylène Margail, Arthur a créé « Secrets d’ici ». « Nous essayons de faire découvrir l’histoire du pays d’Aix à partir d’anecdotes » explique Mylène.
 
Parfois elles sont assez poivrées, comme le portrait peu amène que fait Casanova du baile local, le duc de Villars. Quelquefois elle passent par la case faits divers. D’autres fois par la relation d’une ascension sociale, comme celle de ce Maurel, qui épousa trois femmes nobles et accrut son capital d’autant de dots au XVIIè siècle.
 
Et quand les visiteurs sélectionnent sur internet une visite « secrète et authentique  », on y parlera surement un minimum provençal, pour soutenir le propos en français. Tout comme avec celles consacrées à la découvertes de villages sestians.
 
Ce jour-là les visiteurs sont Belfortains. Au mitan de la rue Aude, Mylène leur parle de deux célébrités locales : Cézanne né ici, Zola venu de Paris. « Personne ne s'adressait à Zola au lycée car il était le seul à ne pas parler provençal. Cézanne vint vers lui, et ce fut le début d’une grande amitié ».

"La langue soutient la connaissance du patrimoine à partager"

Arthur était sensibilisé à la défense du patrimoine immatériel, Mylène s'est souvenue du provençal parlé par sa grand-mère. Et les visiteurs auront une information plus juste, vivante et complète sur la ville qu'ils découvrent (photo MN)
Arthur était sensibilisé à la défense du patrimoine immatériel, Mylène s'est souvenue du provençal parlé par sa grand-mère. Et les visiteurs auront une information plus juste, vivante et complète sur la ville qu'ils découvrent (photo MN)
Sur les marches du Palais de Justice, on évoque l’histoire climatique. « Ici on dit : « quand Venturi pòrta lo capèu (de nivòls) pren ton capèu e leu corre ! ». C’est qu’un gros grain est alors en gestation…
 
« Ma grand-mère, à Beaurecueil, me parlait un français truffé de provençal, mais moi je pensais de bonne foi que c’était tout simplement du français, » relate Mylène Margail. « J’ai pensé valoriser ce qui finalement était une richesse à partager ».
 
Pour Arthur la démarche est plus intellectuelle. «  Je suis venu ici d’abord pour mener des fouilles archéologiques. Je pense que le patrimoine est à protéger. Or, en France, le patrimoine le moins protégé ce sont les langues régionales. »
 
On arrive devant l’Hôtel de Ville, où les visiteurs ont droit à une explication détaillée et politique des armes de la ville. Car la bannière catalane de l’époque des comtes Berenguier a du se voir adjoindre la croix de Jérusalem et des fleurs de lys.
 
Et c’est là qu’on apprend que la conférencière parle catalan. Un souvenir d’enfance, passée largement à Andorra la Vella ! « Il faudrait que je m’y remette. Je reçois des groupes espagnols. Qui sait si ça ne servirait pas. »

Vendredi 4 Septembre 2015
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche


L'Aquò d'Aquí de novembre arrive bientôt
Dison que...

Abonatz vòstre CDI professor(a)s e sauvatz Aquò d’Aquí

Amis professeurs d'occitan-langue d'oc, si vous le demandez au centre de documentation de votre établissement, il s'abonnera. Vous aurez alors fait beaucoup pour la soutenabilité de notre titre.

Abonatz vòstre CDI professor(a)s e sauvatz Aquò d’Aquí

Joan-Pau, professor d’occitan-lenga d’òc dins lo ròdol de Sant-Gaudens, li agradariá que seis escambis de liceans amé lei Balearas siguèsson valorisats ; a Sarà seis animacions ai collègis marselhés deurián èstre conoissudas de tota l’encontrada d’ensenhaires, e lei collègas la veirián amé mai de seriós…

 

 



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.