Supprimez l’article 2 !

Les Corses en fin 2017, se sont majoritairement prononcés pour l’exercice de leurs droits linguistiques. Une majorité qui ne compte pas pour le président de la République, en visite dans l’Île.

« Dans la République française, il y a une langue officielle, le français » sera probablement la phrase à retenir du discours final du président Emmanuel Macron, à l’issue d’un court séjour officiel en Corse.






            partager partager

Sans accent à l’écran




Le soleil, la mer, la montagne, les aides...la Provence attire les cinéastes. Ceux qui veulent dépenser moins vont tourner en Pologne, et ceux qui veulent des paysages de qualité plantent leur caméra entre Drôme et Nice. 

La Provence plaît sur l'écran, le Provençal lui est mis hors champ

Une fois la TV allumée nous ne sommes donc pas dépaysés. Une application pour smartphone recense même 52 lieux de tournage en Provence Alpes Côte d’Azur en 2012.

On déroule le tapis rouge à certaines productions. Pour toutes sortes de raisons. Le Conseil Régional a même réussi  à ouvrir une ligne budgétaire pour aider spécifiquement les tournages « verts ». Pensez-y et, pendant le tournage, prenez votre café de préférence dans un gobelet recyclable lors des pauses ! Il y a un million d’€uros en 2012 pour les écologiquements corrects du 7è art en Provence.
Les paysages que l’on voit derrière les premiers rôles ont de la gueule, c’est certain.

Mais d’où vient que les rôles en question, leurs adjuvants et jusqu’au dernier des figurants qui traversent la rue à l’écran ne parlent jamais comme on parle ici ?

Si les paysages provençaux ont la côte, l’accent provençal, lui, fait toujours mauvais genre. Décidément invendable, il ferait fuir les spectateurs. Du moins les couples réalisateur-producteur doivent le penser. Même une série qui s’affiche marseillaise comme « Plus belle la vie » ne garde qu’un seul et heureusement indéboulonnable autochtone vocalement affiché.

On veut bien de la Provence, mais pas des Provençaux, en tout cas pas s’ils s’affirment comme tels par d’insortables signes, comme leur façon de parler.

De fil en aiguille mes pensées m’entraînent vers Marcel Pagnol, que j’ai beaucoup critiqué. Il était pour moi la quintessence du colonialisme intérieur intégré par le colonisé, renvoyant aux Français l’image qu’ils pouvaient accepter du Provençal typique. Ah ! la partie de carte…

Et pourtant, quoiqu’on en dise, l’homme avait créé un système dont le centre de gravité était Marseille. Les studios, les métiers, et les acteurs étaient et vivaient chez nous. Il convainquit Orane Demazis d’attraper l’accent du midi. Née à Oran et venue de Paris, ça n’était pas évident pour elle. Cependant elle est devenue pour nous un personnage légendaire parce que, pour devenir une grande actrice, elle n’a pas eu peur de salir ses cordes vocales avec le parler des croquants du Vieux Port.

En parlant d’acteur légendaire, qui n’aime pas Jean-Louis Trintignant ? Il a couvert mes années les plus cinéphiles de son air de doute avec l’intelligence de se mettre au service des meilleurs réalisateurs, de ceux qui avaient quelque chose à dire sur leur temps. A l’écouter je n’aurais pas deviné le Vauclusien. Et puis en 1984, chez le dentiste mes yeux sont tombés sur son interview, donnée à Témoignage Chrétien. « J’ai dû, pour jouer, faire ce qu’on exigeait de moi à Paris, perdre mon accent » regrettait-il.

Je dis que c’était une violence qu’on lui a faite, comme à beaucoup d’autres, plus anonymes, dont on a exigé qu’ils ne soient pas eux-mêmes, pour qu’ils soient quelqu’un.

Ce qui est étrange, c’est que les sociétés qui doublaient en français les comédies italiennes des années 1960-70, donnaient aux acteurs un accent vaguement italianisant qui pouvait s’apparenter au notre.

Cela ne leur posait aucun problème qu’Ugo Tognazzi ou Vittorio Gasman puissent parler comme à Nice ou Marseille. Mais quand un film était tourné à Nice ou Marseille, le même accent y était interdit de bande son.

Quand je zappe pour ne pas voir plus de trente secondes « Plus belle la vie », je pense un peu à tout ça, et me dis que rien ne change vraiment. On peut aimer la permanence des choses, bien sûr ; mais il y a des traditions que, moi, j’aimerais voir disparaître, comme la lapidation des blasphémateurs, ou   la norme non écrite qui interdit d’affirmer sa provençalité en parlant au cinéma et à la télévision.

Il y a tout de même des raisons d'espérer. Voyez les films de Christian Philibert (Les quatre saisons d'Espigoule ). Certes il est obligé de faire entendre sa petite voix (avec accent assumé, celle-ci!) par ses propres moyens. Pas de major pour le distribuer, lui... Mais il nous offre un regard sur la façon dont nous somes vus.

Si vous avez un moment mardi prochain, en soirée, essayez d'aller voir son enquête, bien documentée, aussi sobre qu'alerte. Elle est projetée avec débat lors d'une journée sur le développement durable des territoires de Provence Alpes Cote d'Azur, à l'Hôtel de Région à Marseille. le film s'appelle : "Le complexe du santon". Tout un programme.



Mercredi 5 Décembre 2012
Michel Neumuller





1.Posté par Tam le 05/12/2012 23:31
Pffff... Toujours les mêmes réflexions sur le cinéma et l'accent depuis Robert Lafont... Et encore pagnol comme l'affreux colonialiste... Quand on connait l'histoire du cinéma et la réception des films de pagnol a l'époque, je pense que c'est bien plus complexe que cela...

2.Posté par Yannick Chaumette le 06/12/2012 10:34
Eh non ! Rien ne change vraiment au pays de la liberté et des droits de l'Homme ! Feignants, galejeurs, vantards, siestards, volubiles, brassejeurs, sentant l'ail quand ils ouvrent la bouche pour parler avec un accent à s'estrasser de rire et dire des couillonnades, non vraiment la sympathique vision qu'ont de nous les Français d'en haut (de la carte) n'a pas vraiment évoluée.
Qu'avons nous fait pour la changer ? Pour affirmer et défendre une identité dont nous serions fiers, et une langue que nous continurions à pratiquer et transmettre au sein de nos familles ?
Oui. Qu'avons- nous tenté pour préserver notre culture, nous, en tant que "peuple" ? Pourquoi les militants de la langue et de la culture ont-ils si peu d'écho ?
Alors, que le mépris perdure puisqu'il ne gêne pas grand monde, n'est pas vraiment une surprise... Adessiatz en totei e ...longa mai !

3.Posté par josiane ubaud le 26/01/2013 10:13
Je fais partie de ces occitanistes traitres à la vulgate imposée qu'il fallait absolument bouffer du Pagnol pour être "progressiste" et bon militant. Que n'ai-je entendu comme catéchisme effrayant sur le sujet, renforcé d'anathèmes, excommunications, procès staliniens d'intention en tous genres ! Si des parisianistes (de Paris ou d'ailleurs) ont réduit Pagnol à des images qui les satisfaisaient, ce n'est pas la faute à Pagnol. Que des occitanistes, terroristes intellectuels en vue et leurs dévoués vicaires, aient cru bon d'emboîter le pas et jeter l'anathème (et sans avoir jamais vécu une minute à Marseille !), c'est consternant. Je suis marseillaise, d'un quartier populaire La Plaine, ayant un cabanon sur la Côte Bleue, et je le revendique : donc les scènes de cartes, de pétanques, les jeux de langage et de gestes, je connais à fond pour les avoir vécus au quotidien pendant des décennies. Mais réduire les films de Pagnol à la partie de cartes (que je trouve grandiose, parce que vécue, j'en demande pardon à deux genoux à nos Pol-Pot patentés) est une malhonnêteté supplémentaire. S'il est des gens qui ne comprennent pas le côté tragédie grecque de sa trilogie, ou le côté auto-dérision (qui demande de l'intelligence pour être compris...), qui sont insensibles à tous ses autres films tous plus humains les uns que les autres, avec des personnages et des scènes sublimes et tragiques (la mort de Panisse, Fernandel le bossu), qui sont tout sauf des images de colonisés, personnages qui ont de plus leur vrai accent, mon accent, je les plains profondément de passer à côté. S'ils manquent d'intelligence pour les comprendre, s'ils n'ont jamais vécu ces scènes, encore une fois ce n'est pas la faute à Pagnol. Ce sont eux qui ont un comportement de colonisés par réaction diglossique (linguistique et culturelle) au segond degré, alors qu'ils se croient fiers de leur culture : ils veulent absolument dénigrer/ignorer le réalisme des films de Pagnol en leur déniant leur véracité. Moi, je n'ai pas honte des films de Pagnol tant s'en manque, parce que c'est ce que j'ai vécu : seule la Oranne D. me donne des boutons et le Pierre F., justement parce qu'ils ont un faux-accent et qu'ils jouent faux. Et je dénie à quiconque le droit de m'intimer l'ordre d'en avoir honte. J'ai bien conscience que cela me vaudra sûrement quelques années de camp de redressement pour manquement grave à l'orthodoxie. En attendant l'internement, quand je tombe sur un C.. de "parisien" ou sur un C.. d'occitaniste (hélas, nous avons aussi nos pauvres d 'esprit), je démollis leur pseudo-argumentaire de "dans le Midi, tous des fainéants galéjeurs" ou de" tout est faux chez Pagnol et ça rabaisse le peuple" ou encore "il n'y a pas de travailleurs dans ses films (sic!!!)". Il me manque bien évidemment la place de le faire ici. Et pour avoir animé la discussion après la projection du film "Le complexe du santon" à Vaison, je témoigne qu'il est aussi, fort heureusement, des étrangers au midi qui n'ont jamais réduit Pagnol à la partie de cartes et comprennent l'immense richesse humaine de ses films, et des autochtones non colonisés qui n'en ont point honte (autres gibiers de camp d'internement). Ce sont tous les autres films qui ont fait des réductions honteuses : l'accent du Midi y est censuré, et toléré seulement pour jouer un truand, un joueur de boules, un concierge ou un tenancier de bar (et encore dans Plus belle la vie...), mais pas un magistrat, un professeur, un pharmacien.
En résumé, en tapant sur Pagnol, on se trompe radicalement d'ennemis. Et a contrario, il est aussi des pro-Pagnol bêtifiant-lénifiant, qui n'ont pas davantage compris que les précédents.

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

Flambèu catalan - 28/12/2017

Mille excuses... - 02/11/2017

1 2 3 4 5 » ... 26

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Aquò d'Aquí 302 chasse le sanglier !
Dison que...

Lo batèu de pèira

Le pédagogue Jòrgi Gròs, grand passeur de la langue occitane, fut un passionné du voyage. Mais le plus beau fut le voyage immobile que cet enraciné imagina depuis la maison familiale nîmoise. Il nous a quitté en février, à 95 ans, et son élève Sarà Laurens lui rend hommage pour Aquò d'Aquí


Deviá de segur arribar un jorn. Mai per ieu, au lendeman de sa mòrt, èra pas encara realitat, me siáu dicha lo lendeman. Lo Jòrgi Gròs moriguèt aier. Lo Jòrgi Gròs moriguèt aier. Lo Jòrgi Gròs... Benlèu que se me lo tòrni dire de lònga, dins ma tèsta, la vertat crudèla e absoluda se farà fin finala. 
Lo batèu de pèira


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.