Aquò d'Aqui


            partager partager

Remèdes de cheval




La Mondialisation n’en finit plus de produire ses effets. Et ils ne sont pas que positifs, loin s’en faut.

Avec l’affaire des lasagnes Findus et Picard, les amateurs d’équitation ne sont pas les seuls à s’horrifier. La viande de cheval arrivée dans les barquettes anglaises n’étaient pas du tout produites dans les usines béarnaises.

Le circuit compliqué avait, semble-t-il sans difficulté, permis de subjuguer les organismes de contrôle européen ou français. On le sait, car on le lit désormais, une usine au Luxembourg, un opérateur néerlandais, une usine française (quand même !), un fournisseur chypriote et un prestataire turc permettait à ces productions de s’affranchir des frontières et des contrôles.
 
Au fond le pire dans la gestion de cette crise, c’est sa réponse : les ministres concernés se sont réunis pour une seule affaire, quand on aurait voulu qu’il le fassent pour trouver un mode de régulation qui fasse plus appel aux circuits courts.
 
Certaine grande marque de hamburgers, c’est connu, achète l’essentiel de sa viande alors que celle-ci circule en mer dans d’immenses cargos frigorifiques. La raison en est la recherche d’un coût moindre selon l’état du marché, mondial, du bœuf. Une fois arrivé à bon port, l’adjonction de produits additifs donnera l’illusion au consommateur d’une unité de goût quel que soit le « restaurant » où il la consommera.
 
Face à ces sociétés qui se jouent des règles et des frontières, il semble bien nécessaire de renforcer tout l’appareil de contrôle intra européen, en commençant par celui dont dispose chaque pays. Les douanes font, depuis longtemps, figure de sacrifié de l’administration en France.
 
Mais au-delà c’est bien en renforçant les conditions  de la production de nourriture, que la plupart des « affaires » n’auront, tout simplement, jamais à naître.
 
En particulier, une obligation de circuits courts entre agriculteurs et industriels de l’agro-alimentaire devrait être favorisée. Le mieux reste que ce circuit soit privilégié quand il se réduit à une relation directe entre le producteur et le consommateur.
 
C’est mieux en matière de santé, on le sait, à cause des pertes de vitamines que génèrent les transformations industrielles de denrées, et des adjonctions de conservateurs qu’elles imposent à nos pauvres foies (le vinaigre d’alcool des mayonnaises et autres taboulé !).
 
C’est mieux aussi pour l’occupation du territoire et la fabrication de paysages harmonieux, comme celui du bocage. Mais là aussi l’Union Européenne joue contre ses membres

Mardi 12 Février 2013
La rédaction



Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
En octobre Aquò d'Aquí ôte le masque
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.
L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.