Aquò d'Aqui


Lo dire d’Elie Lebre (15)

Comment un paysan provençal du XXème siècle disait son temps, les saisons, le bon sens... dans sa langue de tous les jours. Quinzième semaine…

Ouvrage édité par l'Aeloc
L’agriculteur érudit et curieux Elie Lèbre (Cucuron –  Luberon : 1920-91) par bonheur rencontra l’occitaniste Madeleine Jaquier, et le fruit d’années de collectage nous a permis d’en savoir beaucoup sur la manière vivante et quotidienne de parler provençal.
 
Avec l’aimable autorisation d’Alain Barthelémy-Vigouroux qui a organisé la masse de notes et d’enregistrements issus de ce travail, nous vous en offrons un morceau chaque semaine, en vous recommandant d’acquérir le livre édité par l’Association Pour l’Enseignement de la Langue d’Oc .






Siatz cinquanta dos indispensables

52 contributeurs entre janvier et avril ont ajouté un supplément au prix de leur abonnement au mensuel Aquò d'Aquí, et c'est ainsi depuis deux ans. Leurs dons indispensables permettent à l'ultime magazine d'actualité en langue occitane de faire un pied de nez aux cassandres qui prédisent la mort de la diversité linguistique pour dire le monde.

Cinquantados contributors an portat pèira a Aquò d'Aquí dau tèmps dau darrier trimèstre, que li an aduch precisament 753,5 €uròs. Aquò representa a pauc près la meitat dau còst de l'estampaire per un numerò.







Les articles les plus commentés







            partager partager

Prov'oc 2°Edition


« Une rencontre provençal- languedocien-portuguais ...»



Dimanche 8 décembre à 16h

Duo Montanaro
"Be"
Notre écriture musicale prend sa source dans l’univers visuel et insolite des photos de Boris Trouplin, à partir duquel nous avons écrit de courts textes poétiques, de type haïkus, sur lesquels nous avons construit notre discours musical, comme une sorte de correspondance sonore.

Ce que nous jouons sur scène est le résultat de cette écriture à quatre mains, une exploration des timbres, rythmes, textures de nos instruments respectifs, le galoubet-tambourin et le violon baryton.

Laurent Cavalié
"Mon Ombra e Ieu"
Alchimiste du chant populaire et poly-instrumentiste, Laurent Cavalié glane çà et là ses inspirations sur les terres du Languedoc. Avec quelques tambours anciens, des percussions végétales, une mâchoire d’âne et son accordéon, il fait vibrer cette corde sensible qui nous relie à la mythologie populaire dans ce qu’elle a de plus noble. Faussement rustiques et savamment métissées, ses chansons croisent avec malice les musiques populaires du monde.

Coup de coeur 2019 Académie Charles Cros Musiques du monde.

Nova Troba
"Cometa que brilha per l’Occitània"
L’esprit troubadour occitan a parcouru l'Espagne, le Portugal et ainsi rayonné dans tous les Etats du Brésil. Les compositions de Gil Aniorte Paz se chantent en langues occitane et portugaise, véritable mise en miroir des écrits de cercles de troubadours réunis lors d'un voyage au Brésil, avec la poésie contemporaine de Robert Lafont. Il incarne le modèle d’un occitanisme ouvert sur le monde. Troba populaire, anonyme, et littéraire coexistent, suspendues à des cordes à linge, popularisées dans la rue.

Avec : Gil Aniorte Paz, Annie Maltinti, Nicola Marinoni, François Escojido, Rodrigo Samico, Miquèu Montanaro artsetmusiques.com

Jeudi 5 Décembre 2019
Espace Comedia



Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Aquò d'Aquí de novembre laboure en occitan

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.