Aquò d'Aqui


Lo dire d’Elie Lebre (15)

Comment un paysan provençal du XXème siècle disait son temps, les saisons, le bon sens... dans sa langue de tous les jours. Quinzième semaine…

Ouvrage édité par l'Aeloc
L’agriculteur érudit et curieux Elie Lèbre (Cucuron –  Luberon : 1920-91) par bonheur rencontra l’occitaniste Madeleine Jaquier, et le fruit d’années de collectage nous a permis d’en savoir beaucoup sur la manière vivante et quotidienne de parler provençal.
 
Avec l’aimable autorisation d’Alain Barthelémy-Vigouroux qui a organisé la masse de notes et d’enregistrements issus de ce travail, nous vous en offrons un morceau chaque semaine, en vous recommandant d’acquérir le livre édité par l’Association Pour l’Enseignement de la Langue d’Oc .






Siatz cinquanta dos indispensables

52 contributeurs entre janvier et avril ont ajouté un supplément au prix de leur abonnement au mensuel Aquò d'Aquí, et c'est ainsi depuis deux ans. Leurs dons indispensables permettent à l'ultime magazine d'actualité en langue occitane de faire un pied de nez aux cassandres qui prédisent la mort de la diversité linguistique pour dire le monde.

Cinquantados contributors an portat pèira a Aquò d'Aquí dau tèmps dau darrier trimèstre, que li an aduch precisament 753,5 €uròs. Aquò representa a pauc près la meitat dau còst de l'estampaire per un numerò.














            partager partager

Penser le théâtre de langue régionale


CASTELNAUDARY. Le premier « Forum Euro-Régional » regroupant la région Occitanie, la Catalogne et les Iles Baléares s’est penché sur l’expérience théâtrale en langues minoritaires à Castelnaudary.



Des idées pour être entendu du public en langue régionale, mais pas par les pouvoirs publics, qui considèrent toujours le théâtre en occitan ou catalan comme un aimable amusement (photo Amy Cros)
Des idées pour être entendu du public en langue régionale, mais pas par les pouvoirs publics, qui considèrent toujours le théâtre en occitan ou catalan comme un aimable amusement (photo Amy Cros)
« Faire du théâtre en catalan est normal, car il y a eu une pratique habituelle en terre catalane du Moyen Age au XVIIIe siècle » rappelle Pere Santandreu, de l'Auditori Sa Màniga.
 
Pour Marie Gaspa, de la compagnie Théâtre des Origines, « la langue est un moyen, pas un obstacle ». Alors initialement exclusivement en français, son « théâtre de rue qui parle de la culture occitane » glisse peu à peu vers la langue d'oc « pour aider la dramaturgie et montrer une façon de faire, de dire ».

Les Languedociennes d'ART Cie disposent, elles, d’un éventail de solutions, pour adapter une pièce de théâtre de langue régionale, face à un jeune public.

Selon Anne Thouzellier, d'Art Cie, « soit les enfants comprennent la langue et on peut la jouer tout en oc, soit ils ne la comprennent pas trop et il faut trouver d'autres moyens pour la compréhension comme la langue des signes, soit on se base sur des traductions en oc de chansons connues, soit, enfin, ils sont suffisamment perspicaces et la situation théâtrale est assez claire pour faire le lien entre ce qu'ils voient et ce qu'ils comprennent ». 

« On a une vraie difficulté dans le champ technique administratif. Quelle langue va-t-on utiliser pour vendre un spectacle ? Comment va-t-on s'adresser aux institutionnels, aux professionnels ? On se retrouve à faire nous-mêmes la diffusion. Ça nous coince un petit peu et on a du mal à s'ouvrir sur cette idée d'Euro-région »
déplore Cédric Chayrouse, de la compagnie franco-catalane du Sarment.
 
Bruno Cécillon, de La Rampe TIO, estime qu'il faut « revendiquer un statut officiel de diffusion du théâtre occitan », considéré comme « bien sympathique, mais pas sérieux ». 

Ce qui limite le champ de ses possibilités. L'enjeu de fond demeure toujours associé aux moyens financiers et humains.

Ce compte rendu, dans sa version intégrale, sera proposé aux abonnés du mensuel Aquò d'Aquí, dans son édition d'été, livrée vers le 25 juillet.


 

Mercredi 6 Juillet 2016
Amy Cros




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Dans l'Aquò d'Aquí de l'été...

Dison que...

Uno marcho di fierta countrariado

AVIGNON. Les Gay Pride sont faites pour que la diversité s’affiche, s’affirme, gaiement et en couleurs. Quittant le chantier de l’Oustau Prouvençau e Occitan de Sault, bientôt inauguré, Raphaël a participé à celle d’Avignon. Hélas ! Tout y a été contraint par des autorités locales qui semblaient vouloir, sans vouloir.

Rafaèl Cuny
Lou darrié dissate, tres de setèmbre, m'anère espaceja dóu coustat de la ciéuta papalo, qu'aviéu ausi que se ié debanavo la proumiero Gay Pride avignounenco, caminado di fierta.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.