Vos dons sont notre carburant

Depuis un an, 138 de nos abonnés, qu’ils viennent à Aquò d’Aquí, ou qu’ils y reviennent, nous gratifient d’un don. Modeste ou moins modeste, celui-ci contribue à nous éviter des déboires financiers…Et donc à assurer notre indépendance, pour vous, lecteurs.

En septembre dernier vingt parmi les abonnés qui nous ont renouvelé leur confiance, ont apporté à Aquò d’Aqui 395€ qui n’étaient tout simplement pas prévus. Un don de 5€, un chèque de 75€, et entre les deux une majorité de nos lecteurs qui ajoutent quelques 15 à 30€ au moment de libeller leur chèque ou – depuis quelques mois – d’ajouter une somme dont ils choisissent le montant aux 25€ de notre abonnement en ligne.






            partager partager

Penser le théâtre de langue régionale


CASTELNAUDARY. Le premier « Forum Euro-Régional » regroupant la région Occitanie, la Catalogne et les Iles Baléares s’est penché sur l’expérience théâtrale en langues minoritaires à Castelnaudary.



Des idées pour être entendu du public en langue régionale, mais pas par les pouvoirs publics, qui considèrent toujours le théâtre en occitan ou catalan comme un aimable amusement (photo Amy Cros)
Des idées pour être entendu du public en langue régionale, mais pas par les pouvoirs publics, qui considèrent toujours le théâtre en occitan ou catalan comme un aimable amusement (photo Amy Cros)
« Faire du théâtre en catalan est normal, car il y a eu une pratique habituelle en terre catalane du Moyen Age au XVIIIe siècle » rappelle Pere Santandreu, de l'Auditori Sa Màniga.
 
Pour Marie Gaspa, de la compagnie Théâtre des Origines, « la langue est un moyen, pas un obstacle ». Alors initialement exclusivement en français, son « théâtre de rue qui parle de la culture occitane » glisse peu à peu vers la langue d'oc « pour aider la dramaturgie et montrer une façon de faire, de dire ».

Les Languedociennes d'ART Cie disposent, elles, d’un éventail de solutions, pour adapter une pièce de théâtre de langue régionale, face à un jeune public.

Selon Anne Thouzellier, d'Art Cie, « soit les enfants comprennent la langue et on peut la jouer tout en oc, soit ils ne la comprennent pas trop et il faut trouver d'autres moyens pour la compréhension comme la langue des signes, soit on se base sur des traductions en oc de chansons connues, soit, enfin, ils sont suffisamment perspicaces et la situation théâtrale est assez claire pour faire le lien entre ce qu'ils voient et ce qu'ils comprennent ». 

« On a une vraie difficulté dans le champ technique administratif. Quelle langue va-t-on utiliser pour vendre un spectacle ? Comment va-t-on s'adresser aux institutionnels, aux professionnels ? On se retrouve à faire nous-mêmes la diffusion. Ça nous coince un petit peu et on a du mal à s'ouvrir sur cette idée d'Euro-région »
déplore Cédric Chayrouse, de la compagnie franco-catalane du Sarment.
 
Bruno Cécillon, de La Rampe TIO, estime qu'il faut « revendiquer un statut officiel de diffusion du théâtre occitan », considéré comme « bien sympathique, mais pas sérieux ». 

Ce qui limite le champ de ses possibilités. L'enjeu de fond demeure toujours associé aux moyens financiers et humains.

Ce compte rendu, dans sa version intégrale, sera proposé aux abonnés du mensuel Aquò d'Aquí, dans son édition d'été, livrée vers le 25 juillet.


 

Mercredi 6 Juillet 2016
Amy Cros




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Laisser la ville aux aménageurs ou donner le pouvoir aux habitants ?
Dison que...

"Des gens qui décident de ne plus suivre"

LA CIOTAT. Frédéric est occitaniste, acteur engagé de la vie locale, pas chômeur, pas retraité dans la gêne, mais impliqué dans la société. Le voici revêtant le fameux gilet, et il nous livre en vrac son ressenti.

Le FN, ou son prolongement le Rassemblement National noyautait-il et récupèrerait-il vraiment ce mouvement des Gilets Jaunes ? Moi je soutenais l’idée de justice sociale qui s’affirmait dans cette protestation de terrain. Le mieux était donc d’aller voir sur place. Et me voici au péage, sortie de La Ciotat.


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.