Aquò d'Aqui


Lo dire d’Elie Lebre (15)

Comment un paysan provençal du XXème siècle disait son temps, les saisons, le bon sens... dans sa langue de tous les jours. Quinzième semaine…

Ouvrage édité par l'Aeloc
L’agriculteur érudit et curieux Elie Lèbre (Cucuron –  Luberon : 1920-91) par bonheur rencontra l’occitaniste Madeleine Jaquier, et le fruit d’années de collectage nous a permis d’en savoir beaucoup sur la manière vivante et quotidienne de parler provençal.
 
Avec l’aimable autorisation d’Alain Barthelémy-Vigouroux qui a organisé la masse de notes et d’enregistrements issus de ce travail, nous vous en offrons un morceau chaque semaine, en vous recommandant d’acquérir le livre édité par l’Association Pour l’Enseignement de la Langue d’Oc .






Siatz cinquanta dos indispensables

52 contributeurs entre janvier et avril ont ajouté un supplément au prix de leur abonnement au mensuel Aquò d'Aquí, et c'est ainsi depuis deux ans. Leurs dons indispensables permettent à l'ultime magazine d'actualité en langue occitane de faire un pied de nez aux cassandres qui prédisent la mort de la diversité linguistique pour dire le monde.

Cinquantados contributors an portat pèira a Aquò d'Aquí dau tèmps dau darrier trimèstre, que li an aduch precisament 753,5 €uròs. Aquò representa a pauc près la meitat dau còst de l'estampaire per un numerò.














            partager partager

Operà : pòrtas segretas entre leis temps d’Alcina


AIX; Cet enchaînement de chants brillants pouvait sembler une aimable détente. Katie Mitchell en révèle la profondeur à l’aide de procédés purement théâtraux.



Katie Mitchell introduit une réflexion sur l'âge, la séduction, dans une bluette virtuose du XVIIIè siècle (photo Stephen Cumiskey DR)
Katie Mitchell introduit une réflexion sur l'âge, la séduction, dans une bluette virtuose du XVIIIè siècle (photo Stephen Cumiskey DR)
Au teatre lei pòrtas an un ròtle dei majorau, per vos faire passar d’un monde a l’autre, d’un atge a l’autre. E lo trabalh de la meteira en scèna Katie Mitchell es de ben utilisar aquelei pòrtas entre lei mondes. E mai, sa tòca es encara de vos far veire d’un còp tot l’ostau, en meme temps que totei lei temps d’una istòria.
 
Amé l’Alcina de Haendel que prepausa lo Festivau d’Ais, es evident, e siam en territòri ben coneissut.
 
Resquilhem leu sus l’istòria, un embròlh, tirat de l’Orlando furioso, de l’Arioste.

Per èstre breu, tant Alcina l’encantaressa coma sa sòrre Morgana, resistan au vielhitge gracias a sei formulas magicas ; e tot parier pòdon s’atrivar, sus son illa, de naufragats que vènon seis amants.

Puei, quand n’an son gonfle, lei metamorfosan en bèstias.

Mai l’Alcina es ara ben enamorada de Ruggiero, que vèn liberar sa  legitima, Bradamante.

S’endraia tota una tiera de rebombidas, complicaciens, e autrei engambis que son solet interès es de donar l’escasença d’arias tant embarlugants coma trelusènts que vos dònon lo lordugi .

Un còp lusenta, un autre esconduda

Portes sur le temps et l'espace, sas entre la lumière de la jeunesse et la réclusion de la vieillesse (Montage sur photos de Patrick Berger DR)
Portes sur le temps et l'espace, sas entre la lumière de la jeunesse et la réclusion de la vieillesse (Montage sur photos de Patrick Berger DR)
Onte Katie Mitchell marca son emprenta sus aquel argument leugier, es que nos far veire, amé leis aisinas de la scèna, tot lo drama dau temps de l’amor que passa mai que devriá pas.

Un juec de pòrtas fa passar, per l’espectator, la joineta lusenta au temps dau vielhum escondut, perqué non assumit. Puei dins lo sens invèrse vaquí la dragona que renoncia… au renonciament, per s’anar brilhar un còp de mai davant son amant.
 
Entre juec dramatic e biais comic, la meteira en scèna fai d’aquelei tres oras e mieg un espectacle tant intelligent coma agradiu.
 
Au prètz « d’ escomessas tecnicas, » que ditz Katie Mitchell, « bòrd que me faliá rendre cresible lo passatge d’un atge a l’autre, am’aqueu juec de pòrtas. »

Tota l’accien d’un còp d’uelh

Un simple coup d'oeil rend compte de toutes les parties du drame (photo Patrick Berger DR)
Un simple coup d'oeil rend compte de toutes les parties du drame (photo Patrick Berger DR)
Sus scèna vesèm m’un virar d’uelh totei lei luecs de l’accien : la chambra onte Alcina e Morgana vivon seis amors, lo laboratòri onte se fa la metamorfòsi en bèstias dei paures amants en disgràcia, e lei cròtas onte devon se recatar lei encantaressas,  quand lei vesèm vièlhas.
 
Aqueu biais de faire es pas una noveutat, que dejà fa tres ans Katie Mitchell ne’n aviá usat per Written on Skin, de George Benjamin. S’i vesiá dejà lo complicat dau murtre d’un trobador.

De pèça de casteu en bòsc sorn, d’una soleta plega per l’espectator, coma se tot aquò èra simbolic de l’imaginàri dau murtrier, s’i vesiá sa gelosia en marcha.
 
Alcina (Patricia Petibon, sopranò), Ruggiero (Felip Jaroussky, còntre-tenòr), Morgana (Anna Prohaska, sopranò), Bradamante (Katarina Bradic, mieg-sopranò) e tota la còla que canta sus la musica menada per Andrea Marcon, cap dau Freiburger Barockorchester fan d’aquela operà una polida beluga.
 
Una bèla lutz, qu’amé lo trabalh de Katie Mitchell, nos vèn, de cotria amé l’energia dei votz, tanben la matéria filosofica, qu’en 1735 lo libret d’Antonio Marchi l’i aviá benleu pas manco vista.

Escrich amé lei suggestiens lexicalas d'Alan Barthélemy

Pour voir et entendre Alcina

Seradas venentas : 10, 12, 16, 18, 20 de julhet a 7 oras au Teatre de l’Archevescat d’Ais. A la TV, sus Arte divèndres 10/07 a 10 oras e mieg de la nuech.

...et ici un petit aperçu de l'oeuvre vocale
Un procédé déjà employé par Katie Mitchell à Aix, pour Written on skin, de George Benjamin, en 2012 (photo XDR)
Un procédé déjà employé par Katie Mitchell à Aix, pour Written on skin, de George Benjamin, en 2012 (photo XDR)

Mardi 7 Juillet 2015
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Dans l'Aquò d'Aquí de l'été...

Dison que...

Uno marcho di fierta countrariado

AVIGNON. Les Gay Pride sont faites pour que la diversité s’affiche, s’affirme, gaiement et en couleurs. Quittant le chantier de l’Oustau Prouvençau e Occitan de Sault, bientôt inauguré, Raphaël a participé à celle d’Avignon. Hélas ! Tout y a été contraint par des autorités locales qui semblaient vouloir, sans vouloir.

Rafaèl Cuny
Lou darrié dissate, tres de setèmbre, m'anère espaceja dóu coustat de la ciéuta papalo, qu'aviéu ausi que se ié debanavo la proumiero Gay Pride avignounenco, caminado di fierta.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.