Vos dons sont notre carburant

Depuis un an, 138 de nos abonnés, qu’ils viennent à Aquò d’Aquí, ou qu’ils y reviennent, nous gratifient d’un don. Modeste ou moins modeste, celui-ci contribue à nous éviter des déboires financiers…Et donc à assurer notre indépendance, pour vous, lecteurs.

En septembre dernier vingt parmi les abonnés qui nous ont renouvelé leur confiance, ont apporté à Aquò d’Aqui 395€ qui n’étaient tout simplement pas prévus. Un don de 5€, un chèque de 75€, et entre les deux une majorité de nos lecteurs qui ajoutent quelques 15 à 30€ au moment de libeller leur chèque ou – depuis quelques mois – d’ajouter une somme dont ils choisissent le montant aux 25€ de notre abonnement en ligne.






            partager partager

On est toujours le sud de quelque part


Région Sud, c'est le nouveau nom de la Provence. Mieux que l'horrible Paca, mais signe du mal à l'aise des élites politiques avec notre identité, toujours mise de côté.



Nous nous sommes assez élevés ici contre cet horrible acronyme sensé résumer notre condition de Provençal, Alpin et Cotedazuréen (!)…Paca ! Que les « Pacaliens » fassent un pas en avant…Personne, bon.
 
Nous ne pleurerions pas la défunte Paca, mais de toute façon elle a encore de beaux jours devant elle, hélas.

"Provence", ça vous écorche donc les oreilles ?

Cependant, elle pourrait être moins utilisée demain. Désormais nous serons « Sudistes ». Bon, ne sortez pas votre képi gris de confédéré et n’allez pas planter du coton en plaine de Crau…Il s’agit d’une marque déposée, pas plus.
 
Le président du Conseil Régional, Renaud Muselier, s’est avisé que Paca ne voulait rien dire, pour personne. Ce vendredi il a donc proposé aux conseillers régionaux de déposer à l’Institut National de la Propriété Industrielle la marque « Région Sud Provence Alpes Côte d’Azur »…Long comme un jour sans pain, mais moins stupidement technocratique que le « Paca » abhorré.
 
Provence Alpes Côte d’Azur demeure, bien entendu, on ne change pas le nom institutionnel de la Région comme cela. Mais rien n’interdit la Région…Paca, d’utiliser désormais l’appellation déposée dans ses documents de communication, ni dans sa signalétique. C’est déjà ça.
 
Après tout, « Paca » n’existait pas en soi, ce sont les gens qui ont trouvé pratique de raccourcir un nom trop long. Il y a donc fort à parier que les mêmes, demain diront tout simplement « Région Sud ». C’est assez idiot en soi, car on est toujours le sud de quelque part, sauf quand on commence à apercevoir des manchots, bien entendu. Mais à tout prendre, cette stupidité-là reste infiniment préférable au fait de se voir « Pacalien ».
 
Une chose chiffonne, tout de même. Pourquoi ne pas avoir tout simplement appelé notre Région « Provence ». Le terme est fédérateur, il assure notre notoriété à l’étranger, et nous nous y reconnaissons tous. Un semblant d’opposition pourra bien s’exprimer dans les Alpes ou à Nice, mais pour en avoir discuté maintes fois avec les intéressés, la réduction « Provence » leur semble préférable, dans tous les cas, à toutes les autres.
 
On ne peut déposer la marque « Provence », pas plus que « France ». Cependant le terme appartenant à tous, la Région pouvait très bien l’utiliser.
 
Nos voisins, on s’en souvient – de façon cuisante tant le débat a été ras des pâquerettes voici deux ans – ont choisi le terme d’Occitanie. Avec les Catalans du Roussillon et d’une part de la Cerdagne, le problème était autrement plus compliqué qu’avec les Niçois de …Paca. Et justement, si nos voisins ont su choisir un terme historique, nous pouvions faire de même, et faire droit à notre identité partagée.
 
« Région Sud » sonne bien trop comme une appellation de dépliant touristique pour héliophiles. « Provence » dirait nos siècles d’histoire, notre culture et notre ressenti.
 
Nous pouvons supposer que nos élites ont un problème avec cette identité. Le mot est si simple, peut-être trop simple, pour qu’il soit choisi. Cela ne flatte pas assez les cabinets conseil consultés, encore que là, le président de Région affirme que tout se serait déroulé en interne.
 
Justement, en interne, les conseils auraient pu se saisir du travail de la commission créée à cet effet en 2009, du temps de Michel Vauzelle. Peut-être est-ce d’ailleurs pourquoi la conclusion de ce dernier – appelez la Provence « Provence » ! -  n’a pas été considérée.

Si votre adversaire en politique a tenté quelque chose, il est urgent de ne pas en tenir compte! Même s'il est désormais retraité, même s'il n'avait de toutes façons rien décidé.
 
Espérons que la nouvelle appellation régionale ne se transforme pas rapidement en « èRSPACA », pas très compliqué à prononcer, elle non plus.
 
Mais si c’était le cas, sachez, messieurs les consultants et autres experts en marques, vous souvenir que nous vivons, appellation ou pas, marque déposée ou pas, en Provence.

Samedi 16 Décembre 2017
Aquò d'Aquí





1.Posté par Pp le 18/12/2017 10:19 (depuis mobile)
Occitanie Sud- Provence-Alpes-Côte d'Azur.
Un bèu nom!

2.Posté par Lo raiòu le 19/12/2017 00:50
Per fin de tot còmpte, aurem pas pus Region PACA mès... Region SPACA ? Longàs per un nom de region... Aquò sembla un nom de potinga amai !
Quò fai que lo nom, l'acorchiriáun espontaneiament lo monde, en Region SUD... ? Perdequé pas...
Mès enfin, quò d'aquí es pas gaire originau. Las causas pus simplas son sovent las melhoras : Region PROVENCA, simplament. Saique sariáun estats d'acòrd per la maja part, los abitants de PACA.
Malerosament, saguèron pas consultats, au còntra dals abitants d'"Occitanie".
Pròva que :
1) los elegits regionaus de Provença fan lurs sopa entre eles ;
2) I a pas qu'un tipe (Muselier) o una ponhadeta de sa mena per decidar d'après ce que pénson eles, solament eles ("JE ne supportais plus...") ;
3) l'identitat de lurs region se resumís per eles a "sea, sex and sun" ("le soleil, la mer, la montagne, le bien-vivre").

Pasmens, vos planhisse, monde de Provença. Nos planhisse totes d'aveire per personatges politicas regionaus de taberlòts en camisa blanca... Mon Diu ! Comprene que la destinada d'una vila coma Marselha s'envòle pas. Per còntra, pense que Tolosa pòt veire sa destinada s'envolar quauque jorn. Afaire de seguir...
Onte es lo felibritge aquí ? Onte z-es l'occitanisme ? Onte son los provençaus ? Se son mes au fiu de l'afaire dinc quauque temps..., basta que bràmon per far bolegar quela decision anti-democratica e tant bedigassa coma aqueles que la votèron ! Aquò's mon vejaire.

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Laisser la ville aux aménageurs ou donner le pouvoir aux habitants ?
Dison que...

"Des gens qui décident de ne plus suivre"

LA CIOTAT. Frédéric est occitaniste, acteur engagé de la vie locale, pas chômeur, pas retraité dans la gêne, mais impliqué dans la société. Le voici revêtant le fameux gilet, et il nous livre en vrac son ressenti.

Le FN, ou son prolongement le Rassemblement National noyautait-il et récupèrerait-il vraiment ce mouvement des Gilets Jaunes ? Moi je soutenais l’idée de justice sociale qui s’affirmait dans cette protestation de terrain. Le mieux était donc d’aller voir sur place. Et me voici au péage, sortie de La Ciotat.


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.