Vos dons sont notre carburant

Depuis un an, 138 de nos abonnés, qu’ils viennent à Aquò d’Aquí, ou qu’ils y reviennent, nous gratifient d’un don. Modeste ou moins modeste, celui-ci contribue à nous éviter des déboires financiers…Et donc à assurer notre indépendance, pour vous, lecteurs.

En septembre dernier vingt parmi les abonnés qui nous ont renouvelé leur confiance, ont apporté à Aquò d’Aqui 395€ qui n’étaient tout simplement pas prévus. Un don de 5€, un chèque de 75€, et entre les deux une majorité de nos lecteurs qui ajoutent quelques 15 à 30€ au moment de libeller leur chèque ou – depuis quelques mois – d’ajouter une somme dont ils choisissent le montant aux 25€ de notre abonnement en ligne.






            partager partager

Notre lot pour les six ans à venir


Gueule de bois pour la démocratie, au lendemain d’une élection qui révèle le large assentiment de nombreux Provençaux aux idées du Front National. Quelles sont les perspectives d’un mouvement d’estime pour la langue d’oc dans l’espace désormais réduit de la démocratie ?



Oh ! Il n’y a pas de quoi pavoiser : une région qui vote à 45% FN n’est pas sortie du danger. Beaucoup, en disant bonjour à leur voisin, se demanderont désormais si celui-ci ne leur prépare pas une dictature…

Les valeurs occitanes, une île, dans le marécage politique où nous allons vivre désormais

Mais éviter une Provence frontiste, laboratoire autoritariste du droit du sang, ne signifie pas que les Provençaux vivront dans une région où paratge, larguessa e cortèsia seront la règle.
 
Les promesses n’engageant que ceux qui y croient, un Christian Estrosi qui tiendrait compte de la gauche apparait, dès les résultats de l’élection régionale connus, comme une aimable plaisanterie. Son commensal Eric Ciotti, comme nombre de ses colistiers, ont rafraichi dimanche soir ceux qui pensaient que la « politique Bisounours » existait. A droite dure il est, à droite dure il sera, et il l'exprimera.
 
Promesses électorales non tenues, Région qui refera de l’autoroute, de la zone d’activité dans les espaces naturels remarquables, qui n’acceptera pas la contestation et qui pourra s’entendre avec l’extrême droite, voilà probablement notre lot pour les six ans à venir. On doit le craindre raisonnablement. Le FN restera très fort, fort des millions de bulletins de vote de ses électeurs, que la droite n’aura de cesse de séduire, désormais.
 
Seul le budget de la culture acceptable par la droite, a priori – les grandes institutions fréquentées par la bourgeoisie, les festivals qui attirent le tourisme, pas plus – tirera son épingle du jeu. Mrs Py, Bluzet et Foccroulle, si vous sauvez les meubles aujourd’hui, qu’en sera-t-il demain des festivals ruraux qui liaient le territoire, des centaines de lieux culturels modestes, qui font vivre et évoluer notre culture au quotidien, au quartier ?
 
Mais comment, dans ce contexte de déliquescence démocratique, et sans doute culturelle, s’en tireront les trop discrets défenseurs et promoteurs de la langue d’oc en Provence ? Christian Estrosi sait qu’ils existent, comme avant lui Michel Vauzelle. Il a même donné la main à Nice, la ville dont il est maire, à une certaine expression publique de notre langue. Pour autant, au-delà de l’affichage, on n’a peut-être pas grand-chose à attendre.
 
Mais au fond, ces défenseurs n’ont que ce qu’ils méritent. A force de jouer chacun sa partition, ils n’obtiennent que de grappiller de faibles moyens. En se montrant unis, en favorisant un réel lobby, tous favoriseraient l’action de chacun, et inversement.
 
Que de Nice à Avignon et de Toulon à Briançon, ceux-ci sachent s’entendre, mettent de côté leurs divergences, de toute manière bien estompées déjà, et entrent dans la mêlée ensemble. Dans celle-ci, on distingue mal le pilier du seconde ligne, car l’ensemble bouge sur le terrain. Au final, s’ils ont été cohérents, ils sortent le ballon ovale du bon côté, le leur. Toute l’équipe gagne.
 
D’autant que ces promoteurs ont, outre la langue à défendre, un point largement commun. Ils sont rarement supporters des idées du FN. Autrement dit, ils sont une ile de démocratie dans le marécage politique qu’est devenu la Provence. Dans l’avenir ils constitueront une valeur.

Lundi 14 Décembre 2015
Aquò d'Aquí





1.Posté par Elisabeth PAIN le 17/12/2015 20:04
Oh combien vous avez raison et vous reflétez bien ma pensée. Merci de le dire tout haut, mais combien l'entendrons ?

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Laisser la ville aux aménageurs ou donner le pouvoir aux habitants ?
Dison que...

"Des gens qui décident de ne plus suivre"

LA CIOTAT. Frédéric est occitaniste, acteur engagé de la vie locale, pas chômeur, pas retraité dans la gêne, mais impliqué dans la société. Le voici revêtant le fameux gilet, et il nous livre en vrac son ressenti.

Le FN, ou son prolongement le Rassemblement National noyautait-il et récupèrerait-il vraiment ce mouvement des Gilets Jaunes ? Moi je soutenais l’idée de justice sociale qui s’affirmait dans cette protestation de terrain. Le mieux était donc d’aller voir sur place. Et me voici au péage, sortie de La Ciotat.


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.