Aquò d'Aqui

Quelques proverbes de Novembre

Relatifs au mois de novembre, ils nous parlent d'un temps d'avant le réchauffement climatique, d'évidence...

Òme de novembre es de bòna fusta
femna de novembre laissa que tabusta


(homme né en novembre sera de bon bois
femme née en novembre sera suractive)

in De qué farà aquel temps ?
(Petit précis de météorologie populaire occitane)
Pierre Mazodier - Marpoc

Per San Martin,
Boucho toun vin
Mette toun chàu dedin.


(Pour Saint Martin
bouche ton vin
et enferme ton chou)

in  Proverbes et dictons des Hautes-Alpes et de l'Ubaye 
éditions du Roc












            partager partager

Méderic Gasquet-Cyrus :"l'overlittérature est d'ici sans être régionaliste"


SEPTEMES-LES-VALLONS. Le courant littéraire anti-mercantile se veut universel tout en se "tanquant" dans le terroir marseillais. Il fleurit ce weekend en abordant l'écriture, le film, le café théâtre...et la littérature antique. La parole à Méderic Gasquet-Cyrus.



Méderic Gasquet-Cyrus (photo MN)
Méderic Gasquet-Cyrus (photo MN)
On se souvient du texte publié par nos soins, qui avait fait hurler l'onglet "commentaires". Mais l’Overlittérature, qui ouvre son 3è festival à Septèmes (13) ce vendredi, c’est quoi au fait, Méderic Gasquet-Crus ?
 
Ce n'est pas une "école", mais la réaction de certains auteurs, navrés de voir la littérature se néguer dans le mercantilisme.

Pour filer la métaphore aquatique, ce (contre-)courant, né à Marseille, a été pris en mains par Gilles Ascaride et Henri-Frédéric Blanc, figures de proue (et pas de poulpes !) de cette « Nouvelle Littérature Marseillaise Mondiale ».

Elle a une prétention/dimension universelle, mais reste tanquée dans le langage d'ici, loin de tout régionalisme.

D’ailleurs classerait-on comme "régionalistes" des auteurs comme Faulkner, Auster, Hemingway, Giono…) 

Conseille le bouquin qui s’en réclame pour le lecteur d’Aquò d’Aquí qui part vivre sur une île déserte (ou en Ile de France)
 
La collection "Overlittérature" aux éditions du Fioupélan compte à ce jour 10 titres. On pourra conseiller La Conquête de Marsègue ou La Malédiction de l'Estrasse dorée de Gilles Ascaride, et, d'Henri-Frédéric Blanc, Cagole Blues (ou la philosophie vue à travers le regard et le langage des cagoles) et son dernier essai : De la sardinitude. Eloge de l'esprit marseillais (www.lefioupelan.com)

Pétrone, premier des "overlittérateurs" était né Marseillais

Gilles Ascaride (photo XDR)
Gilles Ascaride (photo XDR)
Que va-t-il se passer durant ce festival ?
 
Le programme est riche et éclectique, avec théâtre, cinéma et lectures. Septèmes, officiellement "capitale mondiale de l'Overlittérature", verra la création mondiale vendredi 17 de Rigolo Circus Parade (de et avec Gilles Ascaride) et samedi 18 de Cagole Blues (de Henri-Frédéric Blanc), tandis que "XAL" (Xavier-Adrien Laurent) nous fera nous estrasser de rire ce dimanche avec son spectacle Xavon de Marseille.
 
Samedi, Robert Guédiguian viendra présenter son film A l'attaque que l'on peut qualifier d'"over" (car l'over peut toucher tous les genres artistiques).
 
Dimanche, Serge Valletti lira son texte hors-normes Pourquoi j'ai jeté ma grand-mère dans le Vieux-Port.
 
Le Festival ouvrira par une conférence très sérieuse mais dans l'esprit convivial qui sied à l'évènement, avec les professeurs Didier et Dolorès Pralon, spécialistes de la philosophie antique, qui évoqueront l'écrivain Pétrone, auteur du Satyricon. Il était né à… Massilia, en 14 de notre ère : on dit de lui qu'il est le premier "auteur marseillais" ; Overlittérature en a fait son saint-patron.
 
Je serai là pour animer cette conférence et pour montrer en quoi Pétrone était finalement un vrai précurseur de l'overlittérature.

Mercredi 15 Avril 2015
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
Dans Aquò d'Aquí de novembre
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.