Aquò d'Aqui



Vous pouvez aussi désormais écouter certains articles !

En cliquant sur la pièce jointe du premier paragraphe des articles concernés, vous téléchargerez un fichier sonore, en fait le même article, mais lu à voix haute. L'initiative nous vient d'un constat : certains abonnés ont hélas une vue déficiente.

Voici un bon moment que nous y pensions; enregistrer certains articles et les proposer sur notre site web, faire entendre à celles et ceux qui souhaitent avoir la langue dans l'oreille, savoir comment on la prononce. Mais c'est un abonné de notre mensuel, devenu mal voyant, qui nous a incité à sauter le pas.














            partager partager

Marseille si pratique




Une réunion ministérielle à Paris pour décider de ce que l'Etat fera à Marseille. La méthode a de quoi étonner. Jean-Marc Ayrault ne le sait peut-être pas, mais il est bien ainsi dans la tradition française qui veut que la cité phocéenne soit la plus mal placée pour résoudre ses problèmes.

Louis XIV y a créé des forts pour pouvoir mieux la canoner en cas d'énième révolte. Les jacobins l'ont débaptisée. Edouard Dalladier l'a déssaisie de ses pouvoirs de secours en 1938. L'Etat en France a besoin de Marseille pour affirmer son autorité. Ou plutôt son autoritarisme. Mais cette fois ci, le gouvernement a surtout cherché à masquer sa difficulté à établir une politique face à la crise.

Pour faire diversion, Marseille est toujours bien pratique.

On ne boudera pas, bien sûr, la volonté affichée par le gouvernement d'aider une ville où, c'est vrai, la violence est devenue la norme. Et cette violence est d'abord économique. Il était logique qu'on cherche à résoudre le problème au fond.

Cependant il ne faut pas perdre de vue l'origine de ce subit intérêt parisien pour Marseille. Au départ, il y a une redéfinition par la pègre de ses territoires commerciaux. Le résultat le plus visible en est une quinzaine de meurtres à l'arme de guerre depuis un an. Le quotidien en est l'entrée dans la "vie active" de nombreux jeunes des quartiers périphériques via l'économie des stupéfiants. 

Comment, de cette question de police, en est-on arrivé à parler redéfinition des compétences locales en matière d'aménagement ? Il y a là une science du grand écart, un art de la poudre aux yeux, un sens des opportunités.

Est-ce l'incurie des pouvoirs locaux qui a engendré cette situation ? Qu'on sache, c'est bien le travail de la police nationale de traiter ce type de problème, c'est à dire de rétablir un niveau de sécurité qui doit permettre de traiter les problèmes au fond. En quoi les politiques de transports interrurbains vont-elles améliorer spécifiquement la situation des populations de ces cités HLM touchées par la violence, alors qu'aucune autorité n'a même jusqu'à présent été capable de leur amener le tramway ?

Plutôt que de grands effets d'annonce, ne fallait-il pas plus discrètement doter cette police des moyens adaptés pour qu'ellle puisse faire son travail ? Il faudra voir ce que le gouvernement appelle "renforts". Les cars de CRS ne sembleraient pas adaptés à l'enjeu. Puis il faudra chercher à susciter un renouveau économique et social qui profite équitablement à toutes les couches de la population ?

Quoiqu'on en pense, la création d'une aire métropolitaine va-telle résoudre les problèmes posés ? Un préfet délégué créera t'il les emplois que depuis vingt ans l'industrie portuaire a perdus ? De La Joliette à l'Estaque, alors, toute une économie fournissait des emplois liés plus ou moins à l'activité du port de Marseille. A droite et à gauche les gouvernements se sont succédés, la tendance à la destruction d'emplois, elle, a continué. La croissance du crime aussi.



Mardi 11 Septembre 2012
La rédaction



Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Aquò d'Aquí prolonge l'été

Notre numéro de septembre-octobre arrive. Abonnez-vous vite !

Tant qu'il est là, vous disposez d'un média public et votre langue n'est pas morte...
Notre numéro 355 sera chez ses abonnés dans une petite semaine au plus. Vous y trouverez des enquêtes et reportages, entretiens et chroniques, dont 70% en occitan de diverses variétés et un glossaire pour aider celles et ceux qui apprennent ou récupèrent leur langue !

20/09/2023

Dison que...

Interdit de parler breton et de cracher dans la soupe agro industrielle

Quand une journaliste dénonce l'agro industrie, ce lobby joue contre sa vie. Quand elle dénonce en breton, l'Etat la laisse face à ces harceleurs.

La journaliste d'investigation diffuse ses reportages via une radio bilingue bretonne

A nouveau des criminels en puissance ont déboulonné les écrous de l’auto de la journaliste Morgan Large, à Glomel, une bourgade bretonne de 1350 habitants où cette journaliste bilingue d’investigation vit et travaille. Journaliste, bretonne parlant breton, enquêtant sur les dérives de l’agro alimentaire : il serait difficile de croire que ces qualités n’ont rien à voir avec ces actes, qui mettent sa vie en danger et ont pour but de la faire taire.




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.