Aquò d'Aqui


            partager partager

Marombrina sort un second album et se produit à La Seyne




Marombrina sort un second album et se produit à La Seyne
Avec Aucelon dau Viatge, les quatre chanteuses de Marombina font évoluer leur pratique du chant vers un son plus brut. Fini l’écho plus ou moins présent dans leur premier album Cants occitans a cappella.
 
Et elles résistent toujours autant à la mode du trémolo dans le chant occitan. Tant mieux ! L’émotion n’a pas besoin de ces artifices vibratoires, soi disant traditionnels, pour s’exprimer.
 
Le mieux est encore de s’en rendre compte, lors du prochain récital de ce quatuor féminin, à La Seyne.

Le samedii 7 mars à 15h30 à l’Eglise St-Jean de Berthe, Danièle Collombon, Patricia Jouve, Sylvie Aligro et Danielle Franzin y feront entendre ce chant d’oiseau voyageur. L’entrée est libre.
 
Amours, rebellions, destins, joies…Le groupe se veut le reflet « d’une tradition vers un ailleurs ». Soulignons que Marombrina est un des noms provençaux pour dire « reflet ».
 
Si Damase Arbaud et ses collectages forment une bonne partie de leur répertoire, sacré ou profane, elles mettent aussi leur polyphonie au service de créations plus récentes, avec leurs propres arrangements. 

Mardi 24 Février 2015
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
En octobre Aquò d'Aquí ôte le masque
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.
L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.