Aquò d'Aqui


Lo dire d’Elie Lebre (14)

Comment un paysan provençal du XXème siècle disait son temps, les saisons, le bon sens... dans sa langue de tous les jours. quatorzième semaine.

Edité par l'Association pour l'Enseignement de la Langue d'Oc

L’agriculteur érudit et curieux Elie Lèbre (Cucuron –  Luberon : 1920-91) par bonheur rencontra l’occitaniste Madeleine Jaquier, et le fruit d’années de collectage nous a permis d’en savoir beaucoup sur la manière vivante et quotidienne de parler provençal.
 
Avec l’aimable autorisation d’Alain Barthelémy-Vigouroux qui a organisé la masse de notes et d’enregistrements issus de ce travail, nous vous en offrons un morceau chaque semaine, en vous recommandant d’acquérir le livre édité par l’Association Pour l’Enseignement de la Langue d’Oc .


















            partager partager

Manjar fòrça, un biais inconscient de sedurre ?


Une étude universitaire américaine met en évidence le rapport entre séduction masculine et gros appétit.



Gros appétit, succès féminins garantis ? (photo MN)
Gros appétit, succès féminins garantis ? (photo MN)
Am’un estudi de l’Universitat americana Cornell, podriam pensar qu’exíston de rapòrts entre la sieta e l’atraccien sexuala.
 
D’òmes posquèron manjar tant que volián a gratis dins una pizzeria en partenariat am’aquela universitat.
 
Lo restaurant italian de l’estudi a com’aquò aculhit 105 òmes de 18 a 81 ans, que podián manjar a volontat tant de pizzas coma de saladas. Lei menaires de l’estudi, élei, comptàvan d’un costat leis òmes que venián manjar entr’élei, e de l’autre aquélei que manjàvan amé de fremas.
 
E lo resultat es evident : leis òmes acompanhats de fremas an manjat 93% de pizzas de mai que quand èron sols o amé d’àutreis òmes. E 86% de saladas en mai.
 
Lei fremas, élei, manjàvan tot parier, que siguèsson amé d’òmes o sensa òmes. Mai diguèron ais enquistaires qu’avián lo sentiment d’aver tròp manjat quand èron amé d’òmes.
 
Sabiam deja que lo fach de voler absoludament demorar maigra seriá pas per ren dins la naissuda de l’anorexia dei fremas, que la volontat de sedurre rendriá patologicament desgalhadas per la norridura.
 
Mai se sabiá pas que la preséncia de fremas fariá deis òmes de vertadiers glots . L’ànsia de ben paréisser n’en seriá pas la rason, mai la volontat inconscienta de far vèire sa bèla santat, òc.
 
Ben manjar seriá lo signe de sa capacitat a procrear, se pòu dire.
 
Un biais de sedurre amé la forqueta, qué ! Leis aprendís Casanòva an que d’ engolar mai que mai. Faudriá quand mume un autre estudi per saupre se leis òmes pançaruts aurián mai l’astre de sedurre que leis autres, bòrd que sembla ara que de manjar sovèntei fes mé de fremas pòu presentar un risc de grossir. 

Ecrit avec les suggestions lexicales de Reinat Toscano.

Mercredi 16 Décembre 2015
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Aquò d’Aquí en mai

Dison que...

La ruralité a forte identité, l'oubliée des blocs politiques

La décentralisation c'est le thème que les candidats les plus en vue de la présidentielle ont mis sous le tapis. Et pourtant, c'est là que se concentrent problèmes et frustrations.

Nous l'avons remarqué, durant la campagne pour l'élection présidentielle, la place et l'avenir des territoires, des pays, a été pratiquement absente, en tout cas dans la propagande des trois premiers candidats. Pourtant, la question du pouvoir d'achat, qu'ils ont tous abordé abondamment, dépend bel et bien de la place qu'on occupe dans le pays.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.