Aquò d'Aqui



Vous pouvez aussi désormais écouter certains articles !

En cliquant sur la pièce jointe du premier paragraphe des articles concernés, vous téléchargerez un fichier sonore, en fait le même article, mais lu à voix haute. L'initiative nous vient d'un constat : certains abonnés ont hélas une vue déficiente.

Voici un bon moment que nous y pensions; enregistrer certains articles et les proposer sur notre site web, faire entendre à celles et ceux qui souhaitent avoir la langue dans l'oreille, savoir comment on la prononce. Mais c'est un abonné de notre mensuel, devenu mal voyant, qui nous a incité à sauter le pas.














            partager partager

Mai Italians


Les Italiens ont prié Mattéo Renzi de faire ses valises. Ils ont souhaité garder des pouvoirs régionaux forts ; et sans doute ont vu, derrière l’Etat central, avancer le pouvoir de la Finance. En France, des Régions aux pouvoirs réels et aux budgets conséquents rendraient peut-être l’électeur moins distant des bureaux de vote, puisque ses conditions de vie et son avenir se décideraient plus souvent près de chez lui.



Aquela de setmana ! En França François Hollande renóncia, en Itàlia  Renzi plega sei maletas.
 
Lo renovator aviá l’astre d’èstre novèu dins un país onte la longevitat dei senators va de cotria am’aquela de la crisi prefonda de tota la bòta. Mai amé lo Senat, a vougut suprimir lei Províncias. Que que siégon lei criticas que se pòdon portar sus lo sistèma politic italian, vaquí dos pielons màgers de la democracia cisalpina que devián desparéisser am’aqueu referendum « renzenc ».

Des Régions capables de politiques qui jouent un rôle primordial dans la vie des gens, c'est ce qu'on voulu conserver les Italiens

Mai vaquí la rason qu’a fach votar « non » ais Italians : l’Estat voliá escafar lo nivèu de democracia lo mai pròche dau ciutadan. Aqueu que fai que de l’autre costat deis Aups, una granda part de vòstra vida es bailejada per una assemblada qu’es jamai a mai de cent cinquanta kms dau vòstre. Aquel Estat tant descentralisat s’es bastit sus lei roïnas d’un faissisme que, eu tambèn, aviá concentrat tótei lei poders.
 
Lei Senators, élei, tòcan 15000€ per mes (12000 en França), ce que n’en fa la cibla de tótei lei criticas potencialas d’un Italian qu’es tròup sovent caumaire . Pasmens, coma pertot, es lo prètz de la Democracia : la possibilitat d’engatjar de collaborators, de comandar d’estudis, que sensa aquò, davant l’Estat, lo senator seriá sord, mut e bòrni , dins l’empacha de poder donar un avejaire ben refortit.
 
Lei còntra-poders, raíç de la crisi italiana ? Amé de Regiens que pòdon cambiar de president e de govèrn sus mocien de censura ? Jutjar de gràndei questiens per referendum regionau ? D’assembladas que pòdon decidir sensa visa dau Governament ? En Itàlia, la Província pòu reglementar dins tótei lei domènis onte l’Estat va pòu pas. E n’i a quàuqueis uns. Es coma aquò.
 
Segur, e vaquí la vertadièra questien, es qu’aquel esparilhament dei poders de decidir rende lei causas mai complicadas per de lobbies que vòlon de Lèis que favorísan la Banca o tala activitat economica, d’en pertot, de tot temps. Se leis Italians an votat per « licenciar » lo joine Renzi, es premier perqué an vist venir lo risc. Una Itàlia que podiá èstre mai europenca am’un poder d’Estat sens entravas, mai una democracia de proximitat afeblida qu’auriá laissat la plaça a de politicas decididas per la FeBaf (Federacien Italiana de la Banca, de l’Assegurança e de la Finança) e sei relèus au Palais Chigi, es d’aquò que n’en an pas vougut.
 
De qué nos faire chifrar , nosautres Francés ? Am’ un sistèma politic que donariá de poders reaus ai Regiens, qu’aurián de desenas de miliards d’€uros per decidir (PACA a l’ora d’ara, es pas manco 3 mds€ de budgèt) de sei politicas, serián autra causa qu’une « província » que deu mandar de delegaciens a París per plorar après lei 50 miliens que l’Estat a ben vougut acordar a una Metropòla pasmens impausada, qu’elegirà pas manco sei poders au sufragi universau dirècte…
 
Am’un sistèma ben descentralisat, « a l’italiana », belèu, pasmens, qu’una politica vertadierament tocant la vida dau monde d’aquí, recampariá lei ciutadans lei jorns d’escrutin regionau. E lo decidiriá enfin a escobar lei politics mediòcres que, va vesèm, son pas capables de portar un projècte duradís per una Provença onte deguna solucien es trobada còntra la pauretat, un estalament urban que se desplega per entrepachar d’agençar la regien, e renfòrça totei seis empachas : d’embarràs rotiers totjorn que mai paralisants, una pollucien atmosferica endemica, l’impossibiltat de se lotjar sens li passar au mens un tèrç dau budgèt dei pareus , d’en finir amé la constitucien de ghettos urbans que fan escòrna a l’idèa mema de Republica. E de s’occupar enfin de politicas culturalas amé de mejans consequents.
 
De còups que li a, se dièm que nos faudriá ben, a nosautres, un referendum, per decidir de donar lo poder necessari a nòstrei Províncias. La democracia n’en patiriá pas, au contrari. E, amé nòstrei vesins italians, belèu que podriam armonisar de biais de vèire, tot d’un còup e d’una mema plega, mai europencs e mai regionaus.

Ecrit avec les suggestions lexicales de Reinat Toscano

Lundi 5 Décembre 2016
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Aquò d'Aquí prolonge l'été

Notre numéro de septembre-octobre arrive. Abonnez-vous vite !

Tant qu'il est là, vous disposez d'un média public et votre langue n'est pas morte...
Notre numéro 355 sera chez ses abonnés dans une petite semaine au plus. Vous y trouverez des enquêtes et reportages, entretiens et chroniques, dont 70% en occitan de diverses variétés et un glossaire pour aider celles et ceux qui apprennent ou récupèrent leur langue !

20/09/2023

Dison que...

Robert Lafont cet intellectuel qui occupa le terrain social pour une renaissance occitane

A ne pas manquer !

AIX-EN-PROVENCE. Le colloque du 14 octobre ouvre large l'éventail des domaines d'intervention d'un humaniste dont l'œuvre incontournable a généré et accompagné le second risorgimento de la conscience d'oc.


Robert Lafont fut l'artisan principal du second risorgimento de la langue d'oc. Mistral avait lié le premier à la production d'œuvres littéraires prestigieuses et à l'unité latine, Lafont, avant et après 1968 associa ce second regain à la critique coloniale et à la situation sociale comme à une relecture de l'histoire. Pour autant son œuvre littéraire et théorique, riche et diverse, marque encore tous les domaines de la création d'òc. 

 



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.