Aquò d'Aqui


Lo dire d’Elie Lebre (15)

Comment un paysan provençal du XXème siècle disait son temps, les saisons, le bon sens... dans sa langue de tous les jours. Quinzième semaine…

Ouvrage édité par l'Aeloc
L’agriculteur érudit et curieux Elie Lèbre (Cucuron –  Luberon : 1920-91) par bonheur rencontra l’occitaniste Madeleine Jaquier, et le fruit d’années de collectage nous a permis d’en savoir beaucoup sur la manière vivante et quotidienne de parler provençal.
 
Avec l’aimable autorisation d’Alain Barthelémy-Vigouroux qui a organisé la masse de notes et d’enregistrements issus de ce travail, nous vous en offrons un morceau chaque semaine, en vous recommandant d’acquérir le livre édité par l’Association Pour l’Enseignement de la Langue d’Oc .






Siatz cinquanta dos indispensables

52 contributeurs entre janvier et avril ont ajouté un supplément au prix de leur abonnement au mensuel Aquò d'Aquí, et c'est ainsi depuis deux ans. Leurs dons indispensables permettent à l'ultime magazine d'actualité en langue occitane de faire un pied de nez aux cassandres qui prédisent la mort de la diversité linguistique pour dire le monde.

Cinquantados contributors an portat pèira a Aquò d'Aquí dau tèmps dau darrier trimèstre, que li an aduch precisament 753,5 €uròs. Aquò representa a pauc près la meitat dau còst de l'estampaire per un numerò.







Les articles les plus commentés







            partager partager

Lou fisc lou mai nèci


Notre système fiscal est parfois bien étrange, qui tue la poule aux oeufs d'or...



Lou roure que t’an planta à Paris pèr coumemoura lei chaple de janvié (Charlie Hebdo) pièi aqueu dóu 13 de  nouvèmbre… es pas francés.

Un chêne de douze ans, même pour grande cause nationale, doit être acheté à l'étranger...

En verita, s’en garçarian bèn pas mau… poudrié èstre de Patagounìo que dirian encaro que nousàutrei sian d’Auruòu ! L’impourtant es lei malurous qu’an perdu la vido dins aquelo marrido acioun de foundu particulieramen nèci .
 
Mai es de saupre que lei Jardin municipau de Paris an pas pouscu trouba un roure cabelu coumo va voulien, de douge mètre d’aut, en Franço.
 
Alor te l’an croumpa en Belgico.
 
Aquelo bijarrarié vèn d’uno particularita fiscalo bèn franceso. Lei plantoulié devon paga l’impost segound l’age de l’aubre. Chasque an adounc, es un pau mai car. Meme se vende pas lou roure à la touto fin, aura paga lou fisc chasque an. Alor, coumprendras que dins lei pepiniero podes toujour furna, de blacas e de falabreguié n’en troubarés que de pichoun. Un cop mai grand, zou ! ei bourdiho…
 
Aco enriquis lei plantoulié belgo e oulandés, qu’au siéu, l’impost se pago un cop que l’aubre es vendu.
 
Gramaci ! que dison a l’amenistracioun fiscalo franceso, toujour lèsto pèr se fa veire inteligènto despièi la gabello, una autra bello invencioun d’a passa tèms que nous a fa celebre.

Mardi 26 Janvier 2016
Renat Mine



Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Aquò d'Aquí de novembre laboure en occitan

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.