Aquò d'Aqui


            partager partager

Lo coronavirús fai tornar lo Charles de Gaulle a Tolon


TOULON. Selon la Marine Nationale, une cinquantaine de membres de l'équipage ont été diagnostiqués positifs au covid 19. Le bâtiment était en haute mer depuis plusieurs mois.



Le porte-avions Charles de Gaulle à Toulon, son port d'attache (photo MN)
Le porte-avions Charles de Gaulle à Toulon, son port d'attache (photo MN)

 

Auvari màger de santat publica, e problèma de societat monumentau, l’epidèmia dau convid 19 es pereu una prefiguracien de guerra bacteriologica. Amb aquò podèm vèire que pòu afeblir d’un biais consequent la Defensa Nacionala, amé l’anoncia dau retorn a Tolon dau pòrtavions Charles de Gaulle, en operaciens despuei de mes tant en Mediterranèa coma en Mar dau Nòrd.

 

Una cinquantena de cas dau coronavirús segon la Marina Nacionala siguèron diagnosticats sus lo vaissèu de 1700 marins. A se demandar coma se l’an agantat alòr qu’èran en mar auta.

 

Totei lei marins e aviators tocats per lo virús seràn sonhats a l’espitau miltari Santa-Anna de Tolon e d’autreis establiments de suenh militaris, mai l’ensems de l’equipatge serà gardat en quatorgena a bòrd.

 

Aqueu pòrtavions es lo solet de la flòta militaria francèsa, e tanben lo solet vaissèu de susfaça a propulsien nucleària d’Euròpa. Un autre deuiá èstre lançat per remplaçar lo Foch, mai lo projèt, carivènt, a pas encara desboscat.


Lundi 13 Avril 2020
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

On vous parle des poétesses d'oc ?
Dison que...

L'autre pandémie...à perpétuité ?

L'air pollué tue plus surement et plus massivement que la covid 19. Or, cette dernière, en forçant à la cessation d'activités, a révélé les responsables des pollutions les plus prégnantes sinon les plus connues.

L'autre pandémie...à perpétuité ?

Avec près de trente mille morts, la crise de la covid 19, dont on n’ose encore parler au passé, a marqué le premier trimestre de 2020. Elle nous a paru à juste titre terrible. Ces morts sont dues en fait aux affections respirtatoires qui souvent suivaient l’infection virale. Or, il nous faut remettre, toute traumatisante qu’elle soit, cette maladie planétaire dans un contexte plus large.

 

Entre trois et quatr millions de personnes décèdent chaque année d’affections respiratoires dans le monde. La bronchopneumopathie chronique obstructive, autrement dit la bronchite chronique, est un fléau.

 

Et pour partie ce que nous respirons au quotidien aggrave tous les symptômes. Encore ne sait-on pas tout, loin de là, sur  l'air qui est sensé nous faire vivre.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.