Aquò d'Aqui

Lo Consèu Constitucionau enebis l’ensenhament immersiu d’une lenga regionala dins l’ensenhament public

Votée à une large majorité de députés le 8 avril, la loi Molac était contestée par des députés macronistes, appuyés concrètement par le ministère de l’Enseignement, JM Blanquer. Le Conseil Constitutionnel a invalidé la disposition majeure de la loi, et est allé jusqu’à nier le droit de parler sa langue dans un établissement public.

 

“Que modifican d’urgencia la Constitucion !” Es amb’aquela crida que Paul Molac, inspirator, redactor et defensor de la lèi qu’ara a son nom, a reagit a l’anoncia de l’avis dau Consèu Constitucionau, tombat aqueu matin dau 21 de mai.

Le Conseil Constitutionnel à l'œuvre (photo CC DR)

















            partager partager

Lo Consèu Constitucionau enebis l’ensenhament immersiu d’une lenga regionala dins l’ensenhament public


Votée à une large majorité de députés le 8 avril, la loi Molac était contestée par des députés macronistes, appuyés concrètement par le ministère de l’Enseignement, JM Blanquer. Le Conseil Constitutionnel a invalidé la disposition majeure de la loi, et est allé jusqu’à nier le droit de parler sa langue dans un établissement public.



 

“Que modifican d’urgencia la Constitucion !” Es amb’aquela crida que Paul Molac, inspirator, redactor et defensor de la lèi qu’ara a son nom, a reagit a l’anoncia de l’avis dau Consèu Constitucionau, tombat aqueu matin dau 21 de mai.

Le Conseil Constitutionnel à l'œuvre (photo CC DR)
Le Conseil Constitutionnel à l'œuvre (photo CC DR)

Paul Molac à Emmanuel Macron : modifiez d'urgence l'article II de la Constitution !

Lo Consèu Constitucionau, que sa sesilha recampava tant Laurent Fabius coma Alain Juppé, a decidit, contrariment a sa pratica despuei d’annadas, de s’autò sasir de partidas de la lèi que li demandavan pas lei signataris dau recors : seissanta deputats, entr’elei d’unei que volian retirar sa signatura, ce qu’a pas acceptat lo Consèu Consticionau.

 

Adonc d’un latz lei “savis” an pasmens acceptat lo principi dau pretzfach escolari per lo monde que deuriá mandat seis enfants dins l’escòla bilingua que pòdon pas trobar au sieu, meme si aquela seriá privada. “pasmens” perqué èra sus aqueu ponch que portava la sasina, e pas sus un autre.

 

Mai d’un autre latz an jutjat que l’ensenhament immersiu dins l’Educacion Nacionala seriá pas conforma a la Constitucion, article II, aqueu que pausa que lo francés es la lenga de la Republica. Aquò pasmens degun li demandava.

 

E per apielar sa decision, lei sòcis dau Consèu Constitucionau an precisat que la lenga regionala deuiá pas èstre d’ensenhament mai solament ensenhada…. Ce que deuriá anular lo biais de faire d’una bòna part deis escòlas de comerci francèsa qu’ensenhan en anglès !

 

E pièger dison que lo fach que la lenga regionala siegue de comunicacion au dintre de l’establiment educatiu public es en contradiccion amé l’article II de la Constitucion.


Faudrà ben se rementar d’aquò : la Constitucion segon lei pretenduts “savis”, enebiriá lo monde de conversar en occitan, breton, catalan… dau moment que seriá dins un establiment escolari public.

 

Adonc am’aquela astúcia – la sasina dau Consèu siguèt redigida au ministèri de l’Ensenhament e portada per de deputats LREM a la demanda dau cabinet dau ministre Blanquer, es tant clar coma jamai : es pas solament l’ensenhament de la lenga regionala qu’es enquadrat per l’avis, mai lo fach meme que siegue una lenga veïcularia. Coma au bèu temps de la clau portada per l’escolan que parlava patoàs, coma a la bela epòca dau bonet d’ase, l’Estat enebis au ciutadan de parlar autre causa que lo francès, dau moment qu’es dins un establiment d’Estat.

 

Lo deputat Paul Molac a ben rason de sotalinhar coma es ben aquel article II que serve de pretexte a totei lei fantasmes separatistas d’organismes coma lo Consèu Constitucionau, que se’s pas onorat d’interpretar d’aqueu biais la Constitucion per ne’n faire l’otís de la negacion dau drech a parlar sa lenga.

 

Segur que la demanda dau deputat au president de la Republica de modificar “en tota urgència” aquel article II farà chic. Mai au mens es un mejan de dire clar coma nòstra Constitucion es liberticida.

 

D’unei pensavan que lo recampament dau 29 de mai seriá inutil. Aquela jornada organisada per lei defensaires dei lengas regionalas au contrari podrián èstre lo biais, encara un còp, de mobilisar tant la pressa coma lei candidats ai Regionalas.

 

Segur que podriá èstre la premièra linha d’una nòva pagina d’aquela istòria.

 

 

 


Vendredi 21 Mai 2021
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Notre numéro de juin
Dison que...

Le Conseil Constitutionnel contre Toute la Loi Molac ?

Le Conseil Constitutionnel n'examine que l'article visé par la saisine, officiellement. Mais en sommes nous vraiment certains ?

Michel Neumuller

Le 22 mai au plus tard les membres du Conseil Constitutionnel auront rendu un avis sur la constitutionnalité du texte de loi, voté à une très large majorité le 8 avril au Parlement, concernant les Langues Régionales.

 

Que peut-on attendre des soi-disant “sages”. Sans doute rien de bon. Mais…




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.