Aquò d'Aqui

Lo Consèu Constitucionau enebis l’ensenhament immersiu d’une lenga regionala dins l’ensenhament public

Votée à une large majorité de députés le 8 avril, la loi Molac était contestée par des députés macronistes, appuyés concrètement par le ministère de l’Enseignement, JM Blanquer. Le Conseil Constitutionnel a invalidé la disposition majeure de la loi, et est allé jusqu’à nier le droit de parler sa langue dans un établissement public.

 

“Que modifican d’urgencia la Constitucion !” Es amb’aquela crida que Paul Molac, inspirator, redactor et defensor de la lèi qu’ara a son nom, a reagit a l’anoncia de l’avis dau Consèu Constitucionau, tombat aqueu matin dau 21 de mai.

Le Conseil Constitutionnel à l'œuvre (photo CC DR)

















            partager partager

Les langues de France entrent de plein droit dans le système éducatif français




Certains soirs on se couche fatigué mais heureux. Ce sera le cas de tous ceux qui ont œuvré pour que la Loi Refondation de l’Ecole fasse revenir dans ce texte l’enseignement des langues régionales.
 
En effet la Loi Peillon, adoptée dans la nuit du 4 au 5 juin 2013 a repris l’article 27-bis tel que le Sénat l’avait lui-même adopté voici peu.

Les établissements scolaires devront informer les parents

En résumé, la loi modifie le code de l’Education Nationale en y inscrivant que, pour raisons pédagogiques, dès que l’enseignant le juge nécessaire, l’enseignement d’une langue régionale du territoire concerné peut être enseignée.

Le texte à ce sujet dit exactement ceci : « L’enseignement facultatif de langue et culture régionales est proposé dans l’une des deux formes suivantes :« 1° Un enseignement de la langue et de la culture régionales ;« 2° Un enseignement bilingue en langue française et en langue régionale.« Les familles sont informées des différentes offres d’apprentissage des langues et cultures régionales. »

Les associations souligneront au passage que, désormais, c’est l’Education Nationale qui est chargée d’informer les parents de la possibilité de cet enseignement. Tous ceux qui ont en vain demandé à un principal d’organiser cette information apprécieront.

Cette formulation simple évacue, croyons-nous, l’ambiguïté du texte adopté en première lecture par les députés en mars dernier. Alors les amendements préparés par dix-huit associations de promotion des langues de France agissant de concert avaient été mis hors-jeux sans discussion au Parlement.
 
L’intérêt du texte ne s’arrête toutefois pas à cet article 27-bis. Puisqu’une annexe de la Loi pose le droit pour des parents, d’inscrire leur enfant dans une autre commune quand la leur ne propose pas un enseignement en langue régionale.
 
Mais souhaitons que ces parents visent une situation selon nous plus normale ; qu’ils se mobilisent pour obtenir un enseignement en langue régionale dans leur propre commune !
 
Au-delà du droit, enfin acquis, à voir enseigner breton, catalan, occitan ou basque, il faut observer l’intérêt pour tous de ces enseignements. Le bilinguisme précoce, qui porte sens dans son propre pays avec une culture qui ainsi garde des chances d’exister, serait le bénéfice de tout enfant profitant de la Loi Refondation de l’Ecole.
 
Car au-delà des seuls locuteurs des langues régionales, on peut le dire, l’ouverture d’esprit et la souplesse de pensée que favorise le bilinguisme précoce devrait bénéficier à tout un chacun.
 
Chers petits Parisiens, nous vous souhaitons de pouvoir apprendre l’occitan ou l’alsacien. En effet, on peut désormais considérer comme injuste et anormal que l’on vous prive d’un bonheur éducatif qui ne profiterait qu’aux seuls chanceux nés là où se parle une langue de France ! Simple question d’égalité.

Mercredi 5 Juin 2013
Aquò d'Aquí




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Notre numéro de juin
Dison que...

Le Conseil Constitutionnel contre Toute la Loi Molac ?

Le Conseil Constitutionnel n'examine que l'article visé par la saisine, officiellement. Mais en sommes nous vraiment certains ?

Michel Neumuller

Le 22 mai au plus tard les membres du Conseil Constitutionnel auront rendu un avis sur la constitutionnalité du texte de loi, voté à une très large majorité le 8 avril au Parlement, concernant les Langues Régionales.

 

Que peut-on attendre des soi-disant “sages”. Sans doute rien de bon. Mais…




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.