Vos dons sont notre carburant

Depuis un an, 138 de nos abonnés, qu’ils viennent à Aquò d’Aquí, ou qu’ils y reviennent, nous gratifient d’un don. Modeste ou moins modeste, celui-ci contribue à nous éviter des déboires financiers…Et donc à assurer notre indépendance, pour vous, lecteurs.

En septembre dernier vingt parmi les abonnés qui nous ont renouvelé leur confiance, ont apporté à Aquò d’Aqui 395€ qui n’étaient tout simplement pas prévus. Un don de 5€, un chèque de 75€, et entre les deux une majorité de nos lecteurs qui ajoutent quelques 15 à 30€ au moment de libeller leur chèque ou – depuis quelques mois – d’ajouter une somme dont ils choisissent le montant aux 25€ de notre abonnement en ligne.






            partager partager

Les Alpes-de-Haute Provence en désir de langue d’Oc




DIGNE. Le Conseil Départemental s’est doté d’un schéma départemental voici plus d’un an, et met en œuvre un agenda de réalisations. Une obligation, recréer une demande du public. Les médiathèques devraient jouer un rôle clé.



Voté en décembre 2016 le Schéma Départemental  des Alpes-de-Haute-Provence de Valorisation de la Langue et de la Culture régionale se promettait de « faire émerger des contenus  culturels pertinents ».
 
Un premier bilan des actions lancées et une seconde vague de projets devraient être brossés le 23 mai prochain autour de la Conseillère Départementale Nathalie Ponce-Gasset.
 
A cette date se réunira en effet à Digne la Commission Langue et Culture Régionale du département alpin, où ses participants (L’Institut d’Estudis Occitans, le Félibrige, l’Aeloc, divers acteurs culturels autour de l’élue et du chargé de projets du Département) doivent suggérer des actions regardant les traditions populaires, ou la création artistique « reliées aux caractéristiques du territoire » selon la déléguée.
 
Autrement dit, des actions qui puissent mettre la langue d’oc au cœur de propositions culturelles et artistiques.
 
Le 31 janvier dernier, une de ces initiatives a déjà eu lieu à l’Espe, l’ex Ecole Normale. Journée de présentation de la riche histoire de la création d’oc en Haute-Provence, des actions culturelles menées par des acteurs tels que la revue Verdons ou notre journal Aquò d’Aquí, elle a permis de nourrir les projets de la médiathèque départementale.
 
Le Département des Alpes-de-Haute-Provence, qui a déjà accueilli en mai 2016 les Cantejadas – concentration de 500 élèves chantant en occitan devant 2000 personnes à Digne – va lancer également une tournée théâtrale scolaire avec le Théâtre La Rampa.

Le 31 janvier dernier à l'Espe de Digne, journée de sensibilisation à la langue d'oc (Photo MN)
Le 31 janvier dernier à l'Espe de Digne, journée de sensibilisation à la langue d'oc (Photo MN)
Le point délicat de la politique départementale en faveur de la langue d’oc sera toutefois son état dans l’Education Nationale. Celle-ci considère que la demande doit émerger hors de son giron. Des sensibilisations aux maîtres ont été organisées, sans le succès espéré, et les chiffres d’effectifs scolaires sont alarmants : un seul enseignant navigant entre Digne et Manosque, des collèges d’où l’enseignement a totalement disparu en peu d’années comme à Oraison, Château-Arnoux et Oraison, une offre réduite en lycée à Manosque, un effectif qui fond à Digne, et pour l’heure un certain manque d’intérêt des futurs enseignants pour les formations…
 
Les associations et le Conseil Départemental auront surement ici à évaluer une situation critique, mais aussi à faire preuve d’énergie. La délibération de décembre 2016 contenait d’ailleurs déjà une forme d’agenda d’actions telles que « favoriser le bilinguisme dans la signalétique publique » des rues ou des communes, ou encore exhumer les grands créateurs en langue d’oc pour en dénommer les espaces publics, en particulier les collèges.
 
Damase Arbaud ou Honnorat au fronton des rues et des médiathèques, avec un fonds en conséquences dans ces dernières ou les CDI, une animation autour de ces auteurs aussi importants qu’oubliés, serait une manière de rendre leur fierté aux Bas-Alpins, et de leur donner l’envie de récupérer mieux le véhicule de cette fierté, la Langue d’Oc parlée entre Allos et Forcalquier.

Jeudi 8 Mars 2018
Michel Neumuller





1.Posté par Lions Edmond le 11/03/2018 09:17
Bonjour
Le chant choral, c'est bien. Il favorise l'esprit de groupe. Apprendre à chanter individuellement, c'est aussi bien. C'est une habitude de s'exprimer "en solo" ; c'est le besoin, une nécessité et c'est semble t-il la tendance actuelle de vouloir favoriser cette expression nécessaire dans un monde replié sur soi. (et, en occitan de s'imprégner de notre langue)
Une question, à l'occasion : je suis à la recherche d'une chanson qui commence ainsi :
"Quand lou gau becò l'espigo, coume fan lei jouine fiho que se volon marida" La connaitiez-vous ?
Couralamen
Eimound

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Laisser la ville aux aménageurs ou donner le pouvoir aux habitants ?
Dison que...

"Des gens qui décident de ne plus suivre"

LA CIOTAT. Frédéric est occitaniste, acteur engagé de la vie locale, pas chômeur, pas retraité dans la gêne, mais impliqué dans la société. Le voici revêtant le fameux gilet, et il nous livre en vrac son ressenti.

Le FN, ou son prolongement le Rassemblement National noyautait-il et récupèrerait-il vraiment ce mouvement des Gilets Jaunes ? Moi je soutenais l’idée de justice sociale qui s’affirmait dans cette protestation de terrain. Le mieux était donc d’aller voir sur place. Et me voici au péage, sortie de La Ciotat.


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.