Aquò d'Aqui


Lo dire d’Elie Lebre (15)

Comment un paysan provençal du XXème siècle disait son temps, les saisons, le bon sens... dans sa langue de tous les jours. Quinzième semaine…

Ouvrage édité par l'Aeloc
L’agriculteur érudit et curieux Elie Lèbre (Cucuron –  Luberon : 1920-91) par bonheur rencontra l’occitaniste Madeleine Jaquier, et le fruit d’années de collectage nous a permis d’en savoir beaucoup sur la manière vivante et quotidienne de parler provençal.
 
Avec l’aimable autorisation d’Alain Barthelémy-Vigouroux qui a organisé la masse de notes et d’enregistrements issus de ce travail, nous vous en offrons un morceau chaque semaine, en vous recommandant d’acquérir le livre édité par l’Association Pour l’Enseignement de la Langue d’Oc .






Siatz cinquanta dos indispensables

52 contributeurs entre janvier et avril ont ajouté un supplément au prix de leur abonnement au mensuel Aquò d'Aquí, et c'est ainsi depuis deux ans. Leurs dons indispensables permettent à l'ultime magazine d'actualité en langue occitane de faire un pied de nez aux cassandres qui prédisent la mort de la diversité linguistique pour dire le monde.

Cinquantados contributors an portat pèira a Aquò d'Aquí dau tèmps dau darrier trimèstre, que li an aduch precisament 753,5 €uròs. Aquò representa a pauc près la meitat dau còst de l'estampaire per un numerò.














            partager partager

Léo Lelée, pintre mouderne di tradicioun


GRAVESON. Angevin attiré par la Provence, le peintre va en fixer les traditions sur la toile hors des sentiers rebattus de l’Académisme de son temps. Le Musée Chabaud présente une soixantaine de ses toiles du 11 février au 5 juin.



Le foulage - 1910 gouache sur papier
Le foulage - 1910 gouache sur papier
La reneissènço d’oc a la virado di siècle de Mistral e de Valèri Bernard, a atriva de mounde fourastié , que fuguèron mai que d’un cop li meiour dis « artisto prouvençau ». Pèire II, efemère emperaire dóu Brasiu e pouèto, o Léo Lelée.
 
A-n-aquéu lou Musèu Chabaud de Gravesoun counscacro sa mostro, d’ivèr à la primo. Neissu Angevin, lou pintre venguè tardivamen en Arle, s’afouguè lèu pèr li Felibre, e pèr tout ce que voulien garda d’uno culturo que tóuti vesien coume amenaçado per la soucieta industrialo.
 
E pamens, es un pintre au « classicisme moudèrne », nous dis Monique Laïdi-Chabaud, la beilesso dóu musèu, que vèn en Prouvenço un cop « libera de tout academisme, e pulèu nouvatour ».
 
Un pintre de la lus, coumo tóutis aquéli qu’an cerca lou cèu de Prouvènço, que duerb uno paleto  «  a l’aboundànci e la diversita di coulour… escalustra tre soun premié countat en 1902, per l’intensita luminouso de la Prouvènço qu’a sachu amirablamen tradurre em’una paleto caietado » que dis encaro dono Chabaud.

Mai que mai d'amics

Es mume un pintre de la « decoulouracioun » que tiro la lus dins li gris. Aqui soun biais ambigu de nous fa vèire uno Prouvènço que sa realita resquiho devers uno meno de visioun encantaresso.
 
Quand arribo en Prouvènço en 1902, après d’estùdi ben classi à Paris, Leo Lelée s’afougo per li gent dóu terraire, en particulié per si coustumo. Aquelo dóu vèsti de l’Arlatenco segur li remento li referènci à la « beuta dis Atenenco » e a tout ce que, per li nouvèu troubadour, remento li Grè ancian. Au vèsti tradiciounau li trobo uno sensualita que li courbo di cors nous fan bèn vèire sus la telo.
 
Lelée, pau coneigu vuei dins lou mounde, es pamens emblemati pèr lou mounde d’aqui, e es rare de pas retrouba si telo pèr dire lou païs d’entre Maiano e Camargo sènso fa vèire sei coulouracioun tant particuliero.
 
Eu, avié lou sentimen qu’après éu soun obro demourarié. L’escrivè d’aiours à-n-Augusto Chabaud : «  Sàbi qu’ai e qu’aurai d’ami, d’ami de iéu e de moun obro ».
Affiche et page de garde d'une revue : "Le nouveau gardian" vers 1920.
Affiche et page de garde d'une revue : "Le nouveau gardian" vers 1920.

Aquelo obro se pòu vèire au musèu de Gravesoun jusqu’au mes de jun. Intrado en semano de 10-12h e 13h30-18h30 d’outobre à mai, e tre jun tóuti li jour entre 10-12h e 13h30-18h30.
 
Musée de Région Auguste Chabaud – 41 cours National – 13690 Graveson – pres d’intrado 4 e 5€, redu à 2 e 2,50€. Visito, se rensigna au 04 90 90 53 02. 

Lire aussi : Louange du cyprès au Creddo de Graveson

Mardi 24 Janvier 2017
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Aquò d'Aquí de novembre laboure en occitan

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.