Aquò d'Aqui

Journée historique pour les langues régionales

La loi dite Molac donnera des droits à l'enseignement des langues minoritaires en France, enfin ! ça ne s'est pas fait tout seul.

Bien des lecteurs d'Aquò d'Aquí ont été surpris, le 8 avril, du vote écrasant des députés en faveur de la loi de Protection des langues régionales, avancées par le groupe parlementaire Libertés et Territoires. Pourtant une observation un peu fine des évènements qui ont conduits à cette issue aurait rassurée plus d'un.

















            partager partager

Lengas minorisadas : enfin una estrategia de reconquista


Avec un rassemblement peu couru et parisien, un fait majeur vient pourtant de survenir le 30 novembre : les défenseurs des langues minoritaires se sont alliés et ont décidé d’une feuille de route.



Davant la Glèisa Santa Clotilda, brandussan lei bandièras : negras amé tèsta de Maure, o arminas de muma color, sang e òr amé crotz de Forcauquier e Tolosa, o l’estrella de l’independentisme catalan, e d’autrei. Benlèu que son pas mai que sièis cents lei manifestants, mai ben colorats. Un arc de seda dei minoritats lenguisticas de l’exagòne. Justament èra la tòca d’aqueu recampament : faire molon, e charrar de ce que partejan totei, una lenga mespresada, en dangier de disparéisser.

A Paris, le député breton Paul Molac au micro : il faut retourner au local, et impliquer les candidats aux municipales. Une stratégie de reconquête mise en œuvre (photo MN)
A Paris, le député breton Paul Molac au micro : il faut retourner au local, et impliquer les candidats aux municipales. Une stratégie de reconquête mise en œuvre (photo MN)

Le vieil adage selon lequel l'union fait la force trouverait-il enfin un écho durable chez les régionalistes ?

Dos elegits parlementaris, lo deputat breton Pau Molac, e lo deputat europenc còrse Francesc Alfonsi, en setembre, avian recampats lei defensaires, e ara davant aquela glèisa pròche dau ministeri de l’ Ensenhament, lei vaquí prepausan una seguida.

 

Vos faudrà manifestar davant totei lei Rectorats, e avans lei eleccions municipalas d’abriu 2020.

 

Lei candidats ai Comunas, pasmens, son pas responsables de la Lèi Blanquer, aquela qu’ anequelis l’ensenhament dei lengas minoritarias, fin qu’a leis escobar de l’ensenhament public.

 

Mai l’estratègia d’aqueu movament que sembla tant feblàs amé son pauc de manifestants, es de reconquistar lei drechs dei minoritats lenguisticas, a partir deis assembladas localas.
 

Adonc, de metre lei candidats davant sei responsabilitats : vòlon, o non, de la mòrt de la lenga dau país, au collègi o au licèu de sa comuna ?

 

E se lei quauquei percents dau vòte estrictament regionalista ne’n vòlon pas, qu’agan d’astre! Mai benlèu que lo lendeman d’eleccion serà dificile.

 

Ce que sembla novèu am’aqueu recampament parisenc dei minoritats, es lo biais d’abordar la question. D’acostuma Bretons o Occitans aurián manifestat chascun de son costat, au país, benlèu a dètz mila...aurián ben cridat e bramat, afichat son identitat au renfòrç de vestits tradicionaus e au son dau gralha...Per tornar puei a l’ostau e subir la Lèi.

 

Aqueu de còp ce que prepausan leis elegits bailes e levairitz dau movement, es una estrategia, un biais ordenat de reagir am’una tiera d’accions qu’an una tòca . E aquò, fau va dire, es novèu dins nòstre univèrs.

 

E èra temps de practicar la batèsta com’aquò, am’un objectiu e un biais de jugar d’avança, d’implicar de monde que, generalament, se’n garçan de nòstra diversitat lenguistica.

 

Adonc lo movement d’aparament dei lengas minorisadas vendriá major. Era mai que ora ! La lenga disparéis de l’ensenhament per la responsabilitat d’un Estat qu’aviá ja encapat de ne’n donar la vergonha ai familhas.

 

Per la reconquista, ara a nosautres de jugar, ensems e coordonats entre Dunquerca e Aiacciu, perqué es ensems e chascun per totei qu’aurem l’astre de restancar deman lo biais destrussaire de l’Estat, e après-deman de reconquistar nòstrei drechs, condicion per reviscolar lei lengas minorisadas de l’Exagòne.

Echanger, et s'unir pour que tous les défenseurs des langues minoritaires soient entendus, d'abord au pays, puis par l'Etat (photo MN)
Echanger, et s'unir pour que tous les défenseurs des langues minoritaires soient entendus, d'abord au pays, puis par l'Etat (photo MN)

Lundi 9 Décembre 2019
Aquò d'Aquí




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Dison que...

Nos villes avec leur nom historique et sans enquiquineur procédurier

Un aspect de la loi Molac, votée le 8 avril, est resté à tort dans l'ombre : le droit de nommer ses rues et ses entrées de ville sans être harcelé par un obsédé de la langue unique.

De la loi loi nº 2548 relative à la protection patrimoniale des langues régionales et à leur promotion, désormais connue sous le nom de son promoteur, Paul Molac, nous avons surtout retenu les articles permettant de renforcer l’enseignement bilingue dans les établissements publics.

 

Cependant il est un aspect de la promotion des langues minoritaires qui a été négligé par les commentateurs, c’est celui de la signalétique bilingue. C’est un tort car cette possiblité, enfin débarassée des attaques imbéciles de soi-disant libres penseurs, fera évoluer les mentalités de nos concitoyens, à qui sera rappelée aisément la fierté de leur terroir.




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.