Un projet de Loi pour divorcer le provençal de l'occitan!

Le député maire de Chateaurenard s'est laissé berner par un collectif largement financé par le Conseil Régional, dans le but de légiférer que le blanc est noir, et que la lune est l'astre du jour.

Notre provençal coupé de sa famille, la langue d'Oc, telle que l'a définie Frédéric Mistral dans un fameux dictionnaire qui fait toujours référence ? Mais oui ils l'ont fait ! Ils n'y comprennent tien mais ils l'ont fait.






            partager partager

Lengas en debat au Martegue

Un public fourni, gage que la question ne laisse pas indifférent


MARTIGUES. La Capoulièro avait choisi le cadre du Festival des cultures du monde de Martigues pour proposer un débat sur l'avenir des langues de France. Le public était au rendez-vous ce 26 juillet 2014.



Le public était au rendez-vous (photo Festival de Martigues DR)
Le public était au rendez-vous (photo Festival de Martigues DR)
Entre l’abonde espetaclos de manifestaciens porgidas pèr lo Festenau dau Martegue, lo debat tengut lo dissata 26 de Julhet dins la cort solombrosa dau teatre dei Salins s’amerita una atencien especiala.

Convidat pèr lei bailes de l’associacien La Capouliero qu’a la responsabilitat dau Festenau, una tiera de personalitats de tria respondien ai questiens dau jornalista e escrivan Jacques Bonnadier sus lo tèma Lei lengas regionalas, lo bilengüisme, un sujèt d’atualitat.
 
Dos artistas de renomada mondiala, Jean-Luc Jossic dau grope Tri Yann e Jean-François Bernardini dau grope I Muvrini, costejavon lei responsables de la programacien, la majorala Mirèio Durand e lo presidènt de la Capouliero Marc Peron ; Miquela èra aquí dins sa dobla qualitat d’artista e de fondatriça de la Calandreta de Cuers, e l’AELOC èra representada pèr Alan Barthélemy-Vigouroux. 

Un volontarisme martégal en faveur du provençal

Lei diferèntei situaciens entre Còrsa, Bretanha, e Occitania siguèron ensin analisadas emé la vista pertinenta d’artistas que son tambèn de militants passionats de la lenga.

Lei fòrças e lei feblessas de chasque relarg siguèron messas au jorn sènsa complasènci, e tamben lei resons d’esperar. N’avèm una de talha au Martegue, monte l’escòla Enric Damòfli, au quartier de Sant Jan, a reçut despuei un parèu d’ans l’estatut d’escòla bilenga : leis ensenhaires qu’an començat lo progèt èron aquì pèr nen temonhar.

Una autra reson autant importanta es l’engajament resolut de la comuna dau Martegue : l’ajonch cargat de la cultura, Florian Salazar-Martin, qu’es tambèn presidènt de la Federacien nacionala dei coleitivitats territorialas pèr la cultura, sueivié atentivament lo debat, larjament convincut coma v’es despuei una passada de l’importanci dau sujèt.
 
Lei cadieras dispausadas dins la cor èron quasi totei òucupadas pèr un publique nombros e passionat que desbordava sus lei sètis dau restaurant vesin, e lo dialògue s’es prolonjat mai de miechora après lo moment previst pèr la fin, e avans la vesprada dau Festivau, maugrat la tentacien dau quadre eicecionau òufrit dins la frescor vesperala pèr l’incomparabla seducien martegala.    
Un débat où les artistes invités du Festival de Martigues étaient très représentés (photo Festival de Martigues DR)
Un débat où les artistes invités du Festival de Martigues étaient très représentés (photo Festival de Martigues DR)

Ecrit dans la graphie dite de Cucuron, village où une équipe de lexicographes a mené un travail de longue haleine avec des agriculteurs locaux au cours des années 1980-90, pour capter le provençal tel qu'il était alors parlé au quotidien. 

Lundi 4 Août 2014
Renat Mine




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Dans notre numéro de mai
Dison que...

Francophonie disqualifiée à tout jamais

Faire du français le phare culturel qu'attendent les défenseurs de la diversité culturelle de par le monde, mais tout en balayant cette diversité dans la société française.

Passons sur les ambitions délirantes du président Macron en ce qui concerne l’avenir de la francophonie. Il envisage de tripler le nombre de locuteurs d’ici 2050 et d’en faire la première langue d’Afrique.
Francophonie disqualifiée à tout jamais


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.