Aquò d'Aqui


            partager partager

Lei pesticides esmarran leis abelhas


Une étude de l’Inra montre que les abeilles exposées à certains pesticides enrobant des semences, perdent le sens de l’orientation, et rapidement la vie.



Lei pesticides esmarran leis abelhas
Lei pesticides, en particulier lei neonicotinoïdes, te fan perdre lo nòrd ais abelhas. Una que butinariá de caulet raba tractat amb’aqueu pesticide sistèmique, podriá plus retrobar lo camin de son  brusc.
 
Era pas aisat de o mostrar, mai ambe lei nieras electroniccas es devengut possible de pegar sus l’esquina d’abelhas un mena de GPS per seguir leis estiradas d’aquelei bravei butinairas.
 
Es aquò qu’assajèt una còla de cercaires de l’Inra en Avinhon, ambe Mickaël Henry, e de l’Acta  (associacien de tecnicians en agricultura), ambe Axel Decourtye.
 
Une niera a radiò identificacien de tres milligramas pegadas sus 650 abelhas, mostrèt après expausicien au detiamethoxam (un neonicotinoïde) d’una partida, qu’aquelei morissavon tres cop mai qu’aquelei qu’èron pas expausadas.
 
Lo pesticide lei tuèt pas, mai afectèt son sens de l’orientacien, que trobèt plus son brusc, e que moriguèron escagassadas.
 
Adonc, sembla ara bèn establit qu’una dosa pasmens pas mortala, pòu tuar leis abelhas coma aquò.
 
Es de saupre qu’aqueu pesticide siguèt criticat per leis apicultors que demandèron son retirament. Lo Cruiser, mai tanben, lo Poncho, lo Gaucho e lo Regent, totei insecticides sistèmiques fabricats per diferentei firmas, son pasmens autorisats per la França despuei 2009.

Lundi 30 Avril 2012
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

On vous parle des poétesses d'oc ?
Dison que...

L'autre pandémie...à perpétuité ?

L'air pollué tue plus surement et plus massivement que la covid 19. Or, cette dernière, en forçant à la cessation d'activités, a révélé les responsables des pollutions les plus prégnantes sinon les plus connues.

L'autre pandémie...à perpétuité ?

Avec près de trente mille morts, la crise de la covid 19, dont on n’ose encore parler au passé, a marqué le premier trimestre de 2020. Elle nous a paru à juste titre terrible. Ces morts sont dues en fait aux affections respirtatoires qui souvent suivaient l’infection virale. Or, il nous faut remettre, toute traumatisante qu’elle soit, cette maladie planétaire dans un contexte plus large.

 

Entre trois et quatr millions de personnes décèdent chaque année d’affections respiratoires dans le monde. La bronchopneumopathie chronique obstructive, autrement dit la bronchite chronique, est un fléau.

 

Et pour partie ce que nous respirons au quotidien aggrave tous les symptômes. Encore ne sait-on pas tout, loin de là, sur  l'air qui est sensé nous faire vivre.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.