Aquò d'Aqui


            partager partager

Le bois aux abois




Comprenne qui pourra comment la « transition énergétique » fera passer notre société des énergies fossiles aux énergies renouvelables.
 
En relevant pour 2014 la TVA applicable au bois énergie de 7 à 10%, et en abaissant celle du gaz, aux réserves finies, de 5,5 à 5 %, le gouvernement a fait l’inverse de ce qui était espéré.

Nos forêts provençales et dauphinoises, qui n’avaient jamais fourni que les papetiers, depuis quelques années, sont devenues des sources d’énergie de qualité.
 
On ne compte plus les chaudières bois que les collectivités locales ont installé pour leurs salles de ceci, leurs équipements de cela. Des producteurs locaux ont commencé à vivre correctement de cette activité et la facture pétrolière a pu être maîtrisée. La forêt provençale, qu’on disait improductive, « forêt de loisir », est devenue source d’énergie.
 
Dans un contexte où nos collectivités locales voient leurs ressources baisser avec la crise budgétaire, il n’était pas raisonnable de taxer leurs efforts. Ce sont elles qui, dans les faits, ont embrayé la fameuse «transition ».
 
L’Etat est aux abois, il cherche de l’argent. Et les grands projets d’énergie bois – il y en a deux en Provence, à Brignoles et à Gardanne – doivent consommer des millions de tonnes de biomasse pour produire de l’électricité.

A tel point qu’il faudra en importer. Augmenter le taux de TVA pour en faire payer quelques-uns va amoindrir les efforts de la plupart.
 
Ce n’était pas le signe adéquat à donner à ceux qui sont prêts à rechercher des alternatives aux énergies fossiles tout en favorisant une activité pourvoyeuse d’emplois.
 
En Provence, l’énergie bois est d’ailleurs doublement vertueuse : elle est renouvelable, et elle incite à exploiter la forêt, donc à l’entretenir et ainsi à la prévenir de l’incendie.
 
Cette activité qui a besoin de signes de durabilité pour investir et embaucher n’a pas besoin de sentir qu’il y a de l’eau dans le gaz.

Mardi 13 Novembre 2012
La rédaction




1.Posté par Jean marc MORELLI le 25/11/2012 13:12
ben verai, et per tant que sachi aquesta ora siam moulon a s'estre equipat de pali a
pelets,"granulets de serrilha" qui son leis champions ecologistes per lo caufagi !
Lo bosc durant sa vida, dona mai d' oxigèno que d' oxyde de carbona en brulant!
D'ou la necessitat de decorar aquelei qui l'an fach! ...

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

On vous parle des poétesses d'oc ?
Dison que...

L'autre pandémie...à perpétuité ?

L'air pollué tue plus surement et plus massivement que la covid 19. Or, cette dernière, en forçant à la cessation d'activités, a révélé les responsables des pollutions les plus prégnantes sinon les plus connues.

L'autre pandémie...à perpétuité ?

Avec près de trente mille morts, la crise de la covid 19, dont on n’ose encore parler au passé, a marqué le premier trimestre de 2020. Elle nous a paru à juste titre terrible. Ces morts sont dues en fait aux affections respirtatoires qui souvent suivaient l’infection virale. Or, il nous faut remettre, toute traumatisante qu’elle soit, cette maladie planétaire dans un contexte plus large.

 

Entre trois et quatr millions de personnes décèdent chaque année d’affections respiratoires dans le monde. La bronchopneumopathie chronique obstructive, autrement dit la bronchite chronique, est un fléau.

 

Et pour partie ce que nous respirons au quotidien aggrave tous les symptômes. Encore ne sait-on pas tout, loin de là, sur  l'air qui est sensé nous faire vivre.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.