Aquò d'Aqui


Lo dire d’Elie Lebre (15)

Comment un paysan provençal du XXème siècle disait son temps, les saisons, le bon sens... dans sa langue de tous les jours. Quinzième semaine…

Ouvrage édité par l'Aeloc
L’agriculteur érudit et curieux Elie Lèbre (Cucuron –  Luberon : 1920-91) par bonheur rencontra l’occitaniste Madeleine Jaquier, et le fruit d’années de collectage nous a permis d’en savoir beaucoup sur la manière vivante et quotidienne de parler provençal.
 
Avec l’aimable autorisation d’Alain Barthelémy-Vigouroux qui a organisé la masse de notes et d’enregistrements issus de ce travail, nous vous en offrons un morceau chaque semaine, en vous recommandant d’acquérir le livre édité par l’Association Pour l’Enseignement de la Langue d’Oc .






Rompedura

La nouvelle Assemblée Nationale verra entrer les députés RN comme jamais. Une rapide analyse sortie des urnes nous dit partiellement pourquoi : ils sont élus là où les ruraux n'en peuvent mais, là où ont socialement fui les déclassés des villes. Ce que montre ce scrutin c'est que la fracture sociale est aussi territoriale.

Amb la nòva Assemblada Nacionala, es ti que faudrà li vèire lo senhau d’un reviscolament de la gaucha, fòrça (tròp?) diversa, o la confirmacion que l’extrema drecha planta cavilha definitivament dins lo paisatge politic  ? O fins finala aqueleis eleccions aurián fa mòstra que lo desesper sociau assaja de trobar un solucion politica ?















            partager partager

Le Parc du Mercantour et Alpi Marittime triplent le nombre des espèces connues


On connaît mieux désormais la micro flore et la micro faune des deux parcs alpins après six années d'inventaire général. Parfois l'identification a été rendue délicate par la rareté des spécialistes.



1000 espèces identifiées chaque année (photo MN)
1000 espèces identifiées chaque année (photo MN)
Le Parc National français du Mercantour et son voisin Italien Alpi Marrittime, tous deux engagés dans une démarche de labellisation de « Parc naturel européen » ont une mené à bien une opération commune d’inventaire de la biodiversité. « Nous connaissions 2 500 espèces végétales et animales, souvent supérieures sur nos territoires » nous expliquait Hervé Parmentier un des responsables du Mercantour, fin 2008, « mais avec la microflore et la microfaune que nous méconnaissons, nous devrions porter ce chiffre à 7 000 environ » soulignait-il alors.

L’inventaire mené grâce à des programmes européens transfrontatiers et le recours à l'aide bénévole de 300 taxonomistes (spécialistes de la classification des espèces) du monde entier Portera en fait à plus de 9000 le nombre d'espèces faunistiques et floristiques connues. Les trois premières années de recherche ont été financées à hauteur de 1,8 M€, des Etats français et Italien, de la Principauté de Monaco et de la Fondation Prince Albert, avec le Conseil régional Provence Alpes Cote d’Azur et le Conseil général des Alpes-Maritimes.

Les deux parcs pensent développer un tourisme de niche scientifique à l'occasion de cet inventaire général, dit ATBI. L’opération doit aussi, au final, rendre compte de la biodiversité « afin de mesurer les dégâts attendus du réchauffement climatique et permettre de l’anticiper à temps » précisait à l'origine M. Parmentier.

Surtout de petites espèces cavernicoles

C'est essentiellement la population inconnue d'invertébrés et l'univers des lichens, mousses et champignons qui a été étudié à l'occasion de cet inventaire. 

Fin 2011, 9400 espèces au total étaient recensées sur l'espace d'Alpi Marittime et du Mercantour. L'étude des pseudo scorpions ou par exemple des araignées cavernicoles a beaucoup progressé, alors qu'il n'est encore connu que de rares spécialistes.

Et plusieurs espèces nouvelles ont été identifiées ainsi. On compte parmi celles ci un charençon cavernicole, Trachyphloeus Lecciae, qui doit son nom à la jeune ingénieure écologue qui l'a découvert, Marie-France Leccia. La proximité avec d'autres espèces rendait l'identification difficile, et c'est en fait un laboratoire tchèque qui a établi sa distinction.

L'identification d'un coléoptère cavernicole nouveau, Duvalius Margdelainei Tordjmani a été plus facile, car la proximité a joué. Ce sont les écologues attachés au Musée d'Histoire Naturelle de Nice Lemaire et Raffaldi qui ont permis d'identifer la bestiole de couleur crème, qui doit son nom à son découvreur. Le technicien du Mercantour Patrice Tordjman en avait piégé un individu dans une mine de cuivre abandonée de Valdeblore (06).


Découverte par un technicien du Parc, Patrice Tordjman, dans une grotte, une sous espèce du coléoptère Duvalius Margdelainei, depuis dénommée Tordjmani, vivait là incognito depuis toujours (photo Francesco Tomasinelli DR)
Découverte par un technicien du Parc, Patrice Tordjman, dans une grotte, une sous espèce du coléoptère Duvalius Margdelainei, depuis dénommée Tordjmani, vivait là incognito depuis toujours (photo Francesco Tomasinelli DR)

Samedi 15 Juin 2013
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Aquò d’Aquí aura soif en juin

Dison que...

Caminada de las Fiertats capitada a Rodés

Laurie Privat a suivi, en y participant, la marche des fiertés de Rodez. Elle témoigne donc de la langue occitane disant la diversité, totalement.

Photo Laurie Privat DR

Lo 21 de mai de 2022 èra marcat sus mon agenda dempuèi un brave moment. Èra lo jorn de la primièra marcha de las fiertats a Rodés, organizada per l’associacion Alertes.




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.