Aquò d'Aqui

Lo Consèu Constitucionau enebis l’ensenhament immersiu d’une lenga regionala dins l’ensenhament public

Votée à une large majorité de députés le 8 avril, la loi Molac était contestée par des députés macronistes, appuyés concrètement par le ministère de l’Enseignement, JM Blanquer. Le Conseil Constitutionnel a invalidé la disposition majeure de la loi, et est allé jusqu’à nier le droit de parler sa langue dans un établissement public.

 

“Que modifican d’urgencia la Constitucion !” Es amb’aquela crida que Paul Molac, inspirator, redactor et defensor de la lèi qu’ara a son nom, a reagit a l’anoncia de l’avis dau Consèu Constitucionau, tombat aqueu matin dau 21 de mai.

Le Conseil Constitutionnel à l'œuvre (photo CC DR)

















            partager partager

Le 10 octobre journée revendicative "Pour Que Vivent Nos Langues"


L'Aquò d'Aquí d'octobre évoquera l'année écoulée avec le député européen François Alfonsi. Celui-ci insiste sur la mobilisation prévue le 10 octobre, avant un rendez-vous proposé au Ministère de l'Education. Partout en France auront lieu des rassemblements visibles.



"C'est le moment de retourner dans la rue. Le 10 octobre nous avons prévu de nous rassembler dans des lieux choisis pour une "grande journée des langues régionales", qui viendra en écho à la journée des langues européennes".

Un an après la création de Pour Que Vivent Nos Langues, le député européen François Alfonsi, qui en avait eu l'initiative avec le député breton Paul Molac, accorde un entretien à Aquò d'Aquí. Vous retrouverez son analyse complète dans notre mensuel d'octobre.

Mais au cours de cet entretien, il insiste sur le fait qu'après le coup d'arrêt revendicatif du à la crise sanitaire, il est opportun de repartir à l'assaut de la forteresse Ministère de l'Education français. " Le simple déploiement d'une banderole entourée de quelques militants devant un lieu symbolique, ou une chaîne humaine comme la préparent les Basques, aura un effet important" estime l'élu européen EELV-Régions et Peuples Solidaires.

Pourquoi ? pour de bien mauvaises raisons, sans doute ! Non, M. Blanquer n'a pas changé d'opinion subitement, mais dans six mois élections régionales et départementales vont se succéder, et le mouvement au pouvoir craint de les perdre. "Il est clair que dans ces moments là, les gouvernements sont plus attentifs à ceux qui maintiennent la pression".

Mais l'action partout en France doit aussi permettre d'impliquer les élus locaux, dont le soutien doit être recherché par Pour Que Vivent Nos Langues.

Un groupe de 105 députés français a déjà apporté un soutien à Mrs Molac et Alfonsi, dans l'optique d'un projet de loi sur l'enseignement des langues minoritaires. "Notre collectif doit être présent dans le débat politique, à six mois des élections régionales et départementales. Ces élections se joueront à pas grand chose et le gouvernement a pris conscience que nous ne sommes pas un feu de paille". 

En tout cas l'Elysée, qui a ignoré tout l'été les demandes de ce collectif de défense des langues minoritaires, vient de répondre aux deux élus qu'un rendez-vous serait organisé sous peu au ministère de l'Education. 

Un premier pas...qui en appelle un second, le 10 octobre.

 

Jeudi 17 Septembre 2020
Michel Neumuller





1.Posté par rene campoy le 21/09/2020 16:36

Le droit de exister des langues minoritaires est inscrite dans la constitution

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Notre numéro de juin
Dison que...

Le Conseil Constitutionnel contre Toute la Loi Molac ?

Le Conseil Constitutionnel n'examine que l'article visé par la saisine, officiellement. Mais en sommes nous vraiment certains ?

Michel Neumuller

Le 22 mai au plus tard les membres du Conseil Constitutionnel auront rendu un avis sur la constitutionnalité du texte de loi, voté à une très large majorité le 8 avril au Parlement, concernant les Langues Régionales.

 

Que peut-on attendre des soi-disant “sages”. Sans doute rien de bon. Mais…




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.