Vos dons sont notre carburant

Depuis un an, 138 de nos abonnés, qu’ils viennent à Aquò d’Aquí, ou qu’ils y reviennent, nous gratifient d’un don. Modeste ou moins modeste, celui-ci contribue à nous éviter des déboires financiers…Et donc à assurer notre indépendance, pour vous, lecteurs.

En septembre dernier vingt parmi les abonnés qui nous ont renouvelé leur confiance, ont apporté à Aquò d’Aqui 395€ qui n’étaient tout simplement pas prévus. Un don de 5€, un chèque de 75€, et entre les deux une majorité de nos lecteurs qui ajoutent quelques 15 à 30€ au moment de libeller leur chèque ou – depuis quelques mois – d’ajouter une somme dont ils choisissent le montant aux 25€ de notre abonnement en ligne.






            partager partager

La valeur du conseil d'ami




Il faut que nous vous parlions un peu de cuisine...de cuisine internet, s'entend. La plupart de nos lecteurs nous arrivent via le moteur de recherche Google. C'est par ce véhicule télématique qu'ils finissent par s'abonner à notre lettre d'information hebdomadaire. Cette fréquentation en hausse est essentielle pour l'avenir de ce site, et partant, pour le partage de la langue occitane telle qu'elle se pratique de Nîmes à Cuneo. Or, le paradoxe est que nos titres en occitan sont un frein à ce partage!

Les règles de base de Google pour favoriser votre venue sont simplissimes, le moteur de recherche s'intéresse d'abord aux 70 premières lettres de nos titres. Quand nous titrons "La Routo", vous êtes deux cents à venir voir; si nous titrions "La Route", vous seriez deux mille. Les curieux qui découvrent leur affinité avec la langue régionale seraient plus nombreux, les autres zapperaient, mais garderaient en mémoire cette brève rencontre avec une France plurilingue.

La logique voudrait donc que, pour mieux exister et remplir notre mission -  informer en langue occitane une population croissante et faire la démonstration qu'un public nombreux est demandeur pour cela - nous devrions commencer par vous proposer nos titres en ligne...en français, ou pourquoi pas, en anglais.

Si, sur le plan de l'efficacité numérique cette possibilité est à retenir, vous comprenez qu'elle nous gênerait un peu aux entournures. Peut-être faut-il l'envisager. Toute l'information serait en provençal, en gavot ou en niçois, sauf le titre. Le compromis n'est pas vraiment inacceptable.

Mais comme nous avons une alternative, nous pouvons l'essayer. Au lieu de miser sur ce moteur de recherche, si nous misions sur vous ? Lecteurs, vous seriez aussi prescripteurs. Ce n'est pas compliqué, il vous suffit d'écrire à vos amis, voire à tout votre répertoire, combien il vous semble important que ceux ci aillent voir un peu à quoi ressemble Aquò d'Aquí sur le web. Vous ajouteriez à votre message le lien du journal en ligne, qu'il vous suffit de copier sur la barre haute de votre page internet.

Après tout, le bouche à oreille à encore de l'avenir à l'heure d'internet, et le conseil d'ami à ami garde sa valeur. Disons le aussi, l'idée d'être au sein d'un réseau de milliers d'amis prêts à faire ce petit effort pour assurer plus d'audience à la langue d'oc, cela nous plaît.

Ceux qui le veulent peuvent aussi nous signaler, tout simplement, ceux qui pourraient être intéressés. Nous nous chargerions de leur faire connaître notre existence.

Nous espérons atteindre le millier d'abonnés à la rentrée de septembre. A Noël nous pourrions doubler ce chiffre. Quand on vous dira que vous parlez une langue morte, vous aurez quelques arguments pour affirmer qu'elle à l'air toujours bien vive. Lòngamai! longomai!

Jeudi 26 Juillet 2012
Aquò d'Aquí




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Laisser la ville aux aménageurs ou donner le pouvoir aux habitants ?
Dison que...

"Des gens qui décident de ne plus suivre"

LA CIOTAT. Frédéric est occitaniste, acteur engagé de la vie locale, pas chômeur, pas retraité dans la gêne, mais impliqué dans la société. Le voici revêtant le fameux gilet, et il nous livre en vrac son ressenti.

Le FN, ou son prolongement le Rassemblement National noyautait-il et récupèrerait-il vraiment ce mouvement des Gilets Jaunes ? Moi je soutenais l’idée de justice sociale qui s’affirmait dans cette protestation de terrain. Le mieux était donc d’aller voir sur place. Et me voici au péage, sortie de La Ciotat.


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.