Vos dons sont notre carburant

Depuis un an, 138 de nos abonnés, qu’ils viennent à Aquò d’Aquí, ou qu’ils y reviennent, nous gratifient d’un don. Modeste ou moins modeste, celui-ci contribue à nous éviter des déboires financiers…Et donc à assurer notre indépendance, pour vous, lecteurs.

En septembre dernier vingt parmi les abonnés qui nous ont renouvelé leur confiance, ont apporté à Aquò d’Aqui 395€ qui n’étaient tout simplement pas prévus. Un don de 5€, un chèque de 75€, et entre les deux une majorité de nos lecteurs qui ajoutent quelques 15 à 30€ au moment de libeller leur chèque ou – depuis quelques mois – d’ajouter une somme dont ils choisissent le montant aux 25€ de notre abonnement en ligne.






            partager partager

La télé qui pourrait parler provençal




Tous ceux qui comprennent le provençal, même un peu, et qui ont assisté à la soirée d’ouverture d’Oc tele, le 20 décembre, ont pu le constater, un débat en béarnais et en languedocien, cela se comprend bien, aussi, entre Vidourle et plaine du Pô, entre Rhône et Col de Tende.
 
C’est la démonstration involontaire de cette première télévision web 100% en occitan, l’intercompréhension ça fonctionne.

Un ticket d'entrée à 50 000€

On renouvelle l’expérience en surfant sur le site d’Oc tele  : un documentaire sur tel marché, un ou deux films d’animation, un entretien politique mené face à face…on comprend toujours cet occitan de l’autre côté du Rhône.
 
 Cela nous paraît tout juste exotique, comme si nous écoutions du suisse romand.
 
Nous voyons bien, ou plutôt entendons, que ces variétés dialectales plus atlantiques et pyrénéennes sont, sauf exception, compréhensibles sans effort pour les Provençaux, Niçois et Alpins que nous sommes.
 
Quelle baffe à tous ceux qui, pétris d’ignorance entretenue ou de malhonnêteté bien ancrée, veulent faire croire qu’il existe « des » langues d’oc, atomisées et pour tout dire étrangères les unes aux autres.
 
Cette télé qui, au-delà de ses propres équipes à Pau ou à Toulouse, fera vivre des traducteurs, ne serait-ce que pour le doublage de ses programmes achetés, pourrait aussi parler nos propres variétés dialectales, et pour cela faire travailler des Provençaux.
 
Le Conseil Régional d’Aquitaine, qui a soutenu ce projet, a mis 50 000€ au pot. Midi Pyrénées a suivi. Il y a des tickets d’entrée plus chers.
 
Tel projet de création d’un observatoire anti occitan en Provence met, lui, ses porteurs en état de rechercher près d’un million d’€uros. Ils espèrent les tirer de collectivités locales qui comptent leurs sous en période de disette budgétaire.
 
Il leur serait ensuite nécessaire de disposer d’environ 2 à 300 000 €/an pour le faire vivre, cet observatoire.
 
Tout ça pour détruire ou empêcher d’apparaître des projets porteurs d’avenir qui ont le défaut de leur déplaire. Ça fera cher le missile !
 
Alors la question est posée : optimiser la présence d’un provençal, d’un niçois et d’un vivaro-alpin de qualité sur une chaîne TV sur le web, promise à un bel avenir, pour 50 000€ ou un peu plus, est-ce une mauvaise façon d’optimiser l’argent public ?
 

Dimanche 22 Décembre 2013
Renat Mine





1.Posté par Joan-Pèire le 22/12/2013 19:37
Siau completament de pacti embé l'article de Renat Mine. Per lo niçard que sieu, auguèri minga dificultat a capir/comprendre li 4 oras e subla d'emission lo 20 de decembre. en mai agachèri lo documentari "Imalàia" e "gladiators" que podetz veire fins au 31 de decembre. L'IEO-06 escriguèt un article per dire la sieu satisfaccion davant lo professionalisme d'ÒC TELE. Convidi toi aquelu que son pas'ncara anats veire cen que l'i si fa, de l'i anar sensa tardar. Podètz tanben legir un pichin rendut còmpte sus lo site de l'IEO-06 : http://ieo06.free.fr/spip.php?article2613

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Laisser la ville aux aménageurs ou donner le pouvoir aux habitants ?
Dison que...

"Des gens qui décident de ne plus suivre"

LA CIOTAT. Frédéric est occitaniste, acteur engagé de la vie locale, pas chômeur, pas retraité dans la gêne, mais impliqué dans la société. Le voici revêtant le fameux gilet, et il nous livre en vrac son ressenti.

Le FN, ou son prolongement le Rassemblement National noyautait-il et récupèrerait-il vraiment ce mouvement des Gilets Jaunes ? Moi je soutenais l’idée de justice sociale qui s’affirmait dans cette protestation de terrain. Le mieux était donc d’aller voir sur place. Et me voici au péage, sortie de La Ciotat.


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.