Aquò d'Aqui

Journée historique pour les langues régionales

La loi dite Molac donnera des droits à l'enseignement des langues minoritaires en France, enfin ! ça ne s'est pas fait tout seul.

Bien des lecteurs d'Aquò d'Aquí ont été surpris, le 8 avril, du vote écrasant des députés en faveur de la loi de Protection des langues régionales, avancées par le groupe parlementaire Libertés et Territoires. Pourtant une observation un peu fine des évènements qui ont conduits à cette issue aurait rassurée plus d'un.

















            partager partager

La musica trad d’Auta Provença se fa entendre druda


DIGNE. Le Balèti multicolore Balkans-Occitanie de Digne, ce samedi 17 décembre, sera l’occasion de montrer le savoir-jouer des ateliers de musique trad du Conservatoire, à Digne et Manosque. Ce dernier bénéficie d’un travail ancien et continu de collecteurs musiciens, nous explique le « baile », Patrice Gabet.



Le quatuor Drailles, Patrice Gabet est le second à g. (photo XDR)
Le quatuor Drailles, Patrice Gabet est le second à g. (photo XDR)
Aquelei que dansaràn disabte 17 de decembre au Palais dei Congrès de Dinha auràn la bèla escasença de descubrir un ensems de musicas trads que bailèja Patrici Gabet. Sei classas de Dinha e Manòsca acampan chascuna una desena de musicians. « Mai que d’un es violonista, mai  s'i tròban tanben còntrabassa, oud, flaüta e mandolinas… Fau dire que tot aquò s’es endraïat am’un atalhier de danças dei Balkans que nos a creat una anciana dansairitz bulgara, Maya Nihneva. »
 
Es benleu la reson que farà d’aqueu balèti dinhenc, donat dins l’encastre dau Telethon lo 17 decembre, un « Balèti multicolora dei Balkans e d’Occitània » coma va ditz l’aficha.
 
Patrici Gabet, eu, es Provençau d’adopcion. Nos vèn de Normandia e es arribat en Provença Auta après un bestorn per lei còlas d’Aveiron, ont’a començat per faire pastre. Es coma aquò qu'a perseguit lo mestier amé lei fedas a Carmejanas, pròche de Dinha. « A trenta ans ai repres lo violon e descubèrt la musica dau país ». Ne’n deven afogat , e treva la musica deis ancians, aquelei qu’animavan de balètis sensa se faire conéisser delà d’un ceucle locau, coma Emili Escale, de Molinas en Champsaur, urosament enregistrat. « Ai fòrça escotat Michèu Favre, qu’a collectat aquela memòria, que resta païsan dins la vau de Jabron, e qu’a creat de grops coma Drailles. »

Una tradicion de collectatge per faire entendre la musica aupenca

Aquelei musicas, fa temps que de monde lei fan entendre, amé sei particularitats. De còlas coma Les Beaux Alpins, ou lo Rigodon Sauvage, an rabalhat lei tradicions despuei leis annadas 1970. Aquela òbra se desplega encara a l’ora d’ara, e lo Conservatòri d’Auta Provença li pòrta pèire.
 
Patrici Garbet, après lo « Balèti multicolora », lo podretz retrobar  a La Mota dau Caire, lo 20/12 (entrada liura), per acompanhar lo cantaire Renat Sette, que deja mai que d’un aurà entendut, lo 3 a Manòsca, per chantar de Novès aupencs. « N’i a de contemporanèus pereu, coma aquelei dau poèta Gui Matieu, mes en musicas ».
 
Una musica de liames entre passat e creacion d’uei.

Mardi 13 Décembre 2016
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
Dans ce numéro d'avril du mensuel Aquò d'Aquí

Dison que...

Nos villes avec leur nom historique et sans enquiquineur procédurier

Un aspect de la loi Molac, votée le 8 avril, est resté à tort dans l'ombre : le droit de nommer ses rues et ses entrées de ville sans être harcelé par un obsédé de la langue unique.

De la loi loi nº 2548 relative à la protection patrimoniale des langues régionales et à leur promotion, désormais connue sous le nom de son promoteur, Paul Molac, nous avons surtout retenu les articles permettant de renforcer l’enseignement bilingue dans les établissements publics.

 

Cependant il est un aspect de la promotion des langues minoritaires qui a été négligé par les commentateurs, c’est celui de la signalétique bilingue. C’est un tort car cette possiblité, enfin débarassée des attaques imbéciles de soi-disant libres penseurs, fera évoluer les mentalités de nos concitoyens, à qui sera rappelée aisément la fierté de leur terroir.




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.