Vos dons sont notre carburant

Depuis un an, 138 de nos abonnés, qu’ils viennent à Aquò d’Aquí, ou qu’ils y reviennent, nous gratifient d’un don. Modeste ou moins modeste, celui-ci contribue à nous éviter des déboires financiers…Et donc à assurer notre indépendance, pour vous, lecteurs.

En septembre dernier vingt parmi les abonnés qui nous ont renouvelé leur confiance, ont apporté à Aquò d’Aqui 395€ qui n’étaient tout simplement pas prévus. Un don de 5€, un chèque de 75€, et entre les deux une majorité de nos lecteurs qui ajoutent quelques 15 à 30€ au moment de libeller leur chèque ou – depuis quelques mois – d’ajouter une somme dont ils choisissent le montant aux 25€ de notre abonnement en ligne.






            partager partager

La Setmana naufragée ?


L'unique média papier entièrement en occitan dépose son bilan. Les soutiens publics "naturels" de La Setmana lui ont fait défaut. Le drame interroge tout le régionalisme. Mais trouvera-t-il les réponses ?



Acteur majeur et porte-voix de la préoccupation occitaniste depuis 1994, date de sa création sous forme coopérative, la société Vistedit et sa figure de proue, l’hebdomadaire La Setmana, tirent le rideau.

Ce qui compte c'est qu'une équipe compétente ne disparaisse pas

Le caractère « border line » de la presse régionaliste est bien connu : elle dépend de ses abonnés, qui souvent font défaut, minorant leur propre importance, mais notre type de presse fait aussi appel à d’indispensables subventions publiques.
 
Il semble que le défaussement du jeune Office Public de la Langue Occitane ait été l’élément déterminant pour le dépôt de bilan que vient d’annoncer l’équipe de La Setmana.

La Région Occitanie, pas plus que sa voisine Aquitaine,  n'a pas non plus brillé par son soutien bien que toutes deux adhèrent à l'Oplo..
 
Le naufrage entraîne celui des publications pour la jeunesse de cet éditeur coopératif et régionaliste. Autrement dit le vide touche tout autant le service pédagogique qu’informatif.
 
Plusieurs questions se posent après ce désastre.
 
Comment les collectivités publiques sollicitées ont-elles pu laisser couler Vistedit, sachant qu’au moins en Région Occitanie et Aquitaine, ce naufrage aurait des conséquences gravissimes, et à long terme, sur l’ensemble des manifestations de la culture dite Occitane ?
 
Comment les occitanistes eux-mêmes, supposés mieux structurés, mieux aidés, et plus nombreux qu’ailleurs en Occitanie, ont-ils pu laisser couler sans réaction collective suffisante l’entreprise de Pau ?
 
Enfin, et c’est ce qui semble compter actuellement, tout ce monde associatif et public saura-t-il réagir positivement avant que les compétences acquises par l’équipe de Vistedit ne disparaissent ?
 
Pour notre journal Aquò d’Aquí, il s’agit tout simplement d’un drame majeur. Avec notre confrère La Setmana et le journal web de Barcelona Lo Jornalet, nous vivons dans le même écosystème. La concurrence n’a jamais été de mise, et la coopération la règle. Or, l’unique média d’information d’actualité entièrement en occitan vient de disparaître. Nous voici comme la berge d'une rivière qui n'existe plus!
 
Si toutefois l’équipe de la société défunte subsiste et souhaite continuer sous d’autres formes, nous appelons l’ensemble du monde régionaliste à appuyer leur projet, et à l’enrichir.
 
Un dépôt de bilan signe en effet la fin d’une période dans une société, souvent la fin de la société elle-même, mais pas la fin du projet.
 
Car une équipe et ses savoir-faire conservés, cela reste le plus important. A savoir s’il se trouvera assez de soutiens conséquents pour donner la main.

Jeudi 19 Juillet 2018
Aquò d'Aquí





1.Posté par daniel charlier le 09/09/2018 13:40
a leu........acarel !

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Laisser la ville aux aménageurs ou donner le pouvoir aux habitants ?
Dison que...

"Des gens qui décident de ne plus suivre"

LA CIOTAT. Frédéric est occitaniste, acteur engagé de la vie locale, pas chômeur, pas retraité dans la gêne, mais impliqué dans la société. Le voici revêtant le fameux gilet, et il nous livre en vrac son ressenti.

Le FN, ou son prolongement le Rassemblement National noyautait-il et récupèrerait-il vraiment ce mouvement des Gilets Jaunes ? Moi je soutenais l’idée de justice sociale qui s’affirmait dans cette protestation de terrain. Le mieux était donc d’aller voir sur place. Et me voici au péage, sortie de La Ciotat.


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.