Aquò d'Aqui


            partager partager

La Pujada occitano-catalane d'août est annulée


SALAU. La rencontre fraternelle occitano catalane, une jeune tradition de 33 ans, est annulée par mesure de sûreté en raison de la covid 19



La Pujada 2018. Cet été pas de montée (photo XDR)
La Pujada 2018. Cet été pas de montée (photo XDR)

« Depuis vingt trois ans nous partageons le pain, le fromage et les aspirations » déclare l’Aspic, l’association de Salau, en Ariège, qui avec d’autres propose depuis près d’un quart de siècle une rencontre à 2000 mètres d’altitude, la Pujada du premier dimanche d’août, dans les Pyrénées.

 

La rencontre, une fête en altitude au terme d’une randonnée qui voit deux groupes monter aux prés d’altitude de Salau, un du sud catalan, l’autre du nord occitan.

 

Bien entendu la crainte de favoriser un rassemblement potentiellement risqué en temps de pandémie explique la décision des organisateurs, le Cercle d’Agermament Occitano-Català (Caoc) de Barcelona, l’association Aspic de Salau, l’EMD d’Isil i Alòs, l’Associació dels Falaires d’Isil, et le Parc Natural de l’Alt Pirineu.

 

Enric Garriga, Jordi Carrera e d’autres Catalans e Occitans ont créé cette « trobada » en 1987, et leurs successeurs espèrent renouer avec cette jeune tradition dès l’été 2021.


Jeudi 9 Juillet 2020
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
En octobre Aquò d'Aquí ôte le masque
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.
L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.