Aquò d'Aqui


            partager partager

La Catalonha se convida au Mucem


MARSEILLE. Jusqu'au 4 février cette exposition fait pénétrer le visiteur dans l'univers des supporters de football. Un univers dans lequel s'invite l'actualité sociétale.



Au Mucem le débat sur la République catalane n'est pas interdit par le Tribunal Constitutionnel Espagnol  (photo Manu T)
Au Mucem le débat sur la République catalane n'est pas interdit par le Tribunal Constitutionnel Espagnol (photo Manu T)
A la mòstra dau Mucem « Nous sommes foot », que prepausa a l’ora d’ara lo musèu marselhès d’etnografia, l’actualitat catalana se convida .

Una bandièra que demanda au monde de votar « Sí » au referendom per la Republica dau 1er d’octòbre l’i es expausat, a costat d’autreis òbras consacradas ais afogats e ultras amators de football. Sembla a sa justa plaça, au mitan d’aquelei que batalhan per faire ausir sa votz.

Lo visitaire atentiu sotalinharà que dins una autra sala, consacrada ais Hooligans, lei comissàris de la mòstra an chausit de far vèire un camisòt de la Falanja (franquista) a costat d’una cherpa dau Real Madrid, lo concurent dau Barça.

Sembla tot un simbòle.

Jeudi 28 Décembre 2017
Manu T.




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
En octobre Aquò d'Aquí ôte le masque
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.
L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.