Aquò d'Aqui


            partager partager

La Carta se'n parla au Ceucle Occitan de La Seina : « levarà un pauc la vergonha de parlar »




LA SEYNE. Le 28 janvier l’Assemblée Nationale a adopté à une large majorité une Loi autorisant la France à ratifier la Charte Européenne des Langues Régionales. Qu’en attendre pour une embellie du provençal ici ? Plusieurs membres du Cercle Occitan de La Seyne ont évoqué pour Le Seynois leurs craintes et espoirs.



« Serà pas lo paradis de la lenga occitana, mai au mens aquelei que la parlan saupràn que lo drech de parlar una lenga regionala es reconeissut en França coma v'es pertot per l’Europa, e seràn mens vergonhós de la parlar » que nos ditz Patricia Jouve.
 
La cantairitz dau grope Trelutz s’es acampada ambe d’amics dau Ceucle Occitan de la Seina per evocar la Lèi parlementària que votèron lei deputats quauquei jorns aperavans.
 
« Segur, mai fau dire qu’aquò serà pas grand causa se desvolopèsse pas l’ensenhament de nòstra lenga, ara que passa plus per la transmission familiala » qu’ajusta Esteve Berrus, un autre cepon dau Ceucle seinenc.
 
Dau temps que l’aiga trombèja au defòra dau Restau rotier en aqueu començametn de fébrier,  lo cafè afavorisa la paraula conviviala d’aquelei afogats , Patricia repren : « òc, e mai que lo Parlament ne’n debate , aquò pòt conscientisar mai que d’un ; que de parlar la lenga de son país es una forma de libertat ».
J.Jaque Murat, Patricia Jouve, Patrick Bobbio, Esteve Berrus : "La Charte européenne est une avancée, mais limitée" (photo MN)
J.Jaque Murat, Patricia Jouve, Patrick Bobbio, Esteve Berrus : "La Charte européenne est une avancée, mais limitée" (photo MN)

"Encara d'etapas de ganhar"

De son costat Joan Jaque Murat i vòu veire d'ara en davans un espèr, que d’escòlas consentiràn a d’animacions escolàrias se quadre legau i a. Pantaia pas ni mai : « la Carta es un començament, en veritat lei directors d’establiments escolàris esperaràn lei decrets e lei circulàrias d'una reglamentacion novèla, çò qu'es encara una etapa de ganhar! …»

 

Es ben aquò finalament que sentan, aquelei partejaires de cultura nòstra, la necessitat de veire la lenga occitana totjorn que mai ensenhada.

E per aquò faire pas pron de la Carta, faudrá encara una lèi quadre. Mai a La Seina « La demanda locala es coma trobar de professors d’occitan. Fau faire legir au monde lo preambule de la lèi de modificacion constitucionala. Li durbirà la vista » qu’ajusta Patric Bobbio, un autre sòci.

 

Ensenhar, sariá lo mejan de « partejar la lenga », un leitmotiv per Esteve Berrus, que se reconéis pas dins lo biais de considerar loccitan coma un « patrimòni ».

Per eu, « un patrimòni es bòn per lo musèu, e una lenga, ela, es facha per escambiar ».


d'Apondons limitatius que contradison leis objectius de la Carta

A La Seyne, le Cercle Occitan attend de la Charte Européenne "que les gens auront moins honte de parler leur langue, si elle jouit d'une reconnaissance" (photo MN)
A La Seyne, le Cercle Occitan attend de la Charte Européenne "que les gens auront moins honte de parler leur langue, si elle jouit d'une reconnaissance" (photo MN)

Una paraula que fa assentir totei. Fau pasmens rementar que la prepausicion d'una lèi que permetrà a la França de ratifiar la Carta Europenca dei Lengas Minoritàrias, s'acompanha de dos apondons que limitan lei possibilitats d'emplegar la lenga dins la vida publica.

Ben talament que mai que d’un i veson una contradicion d'ambe lei quite objectius de la Carta.

 

« Es necite de far saupre dins lei carrieras que loccitan, o se volètz lo provençau, es ben une lenga… que mai que d’un pensa ara ques un patoès… o una marca », dirà Esteve.

"Sensa reconeissença oficiala e garentidas legalas coma volètz que cambie ?"


Mercredi 12 Mars 2014
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
En octobre Aquò d'Aquí ôte le masque
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.
L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.