Aquò d'Aqui



Pour votre journal c’est l’heure de vérité !

Assurer la succession de notre journaliste, faire plus et mieux pour vous proposer en occitan des contenus d’actualité de qualité, cela ne peut se faire sans votre aide. Et nous nous refusons à l’alternative de sa disparition. Nous pouvons compter sur vous ?

La langue occitane pour dire la société, c’est indispensable et les lecteurs d’Aquò d’Aquí en sont persuadés qui, non seulement s’abonnent à notre revue désormais bimensuelle, mais qui encore lui donnent le coup de pouce financier nécessaire quand nous le leur demandons.

 

Ils savent pourquoi ! Le prix de la revue ainsi reste bas, aussi grâce à eux retraités comme étudiants peuvent avoir accès à nos contenus, s’imprégner des valeurs occitanes, celles du respect réel de la diversité. Avec eux, la langue dira tout cela publiquement à une nouvelle génération.

 

Notre langue supposée morte par les croque morts hexagonaux respire encore grâce à vous.

 















            partager partager

L’occitan enseigné “dans le cadre de l’horaire normal”


Ne rêvons pas, loi Molac ou pas, l’emploi du temps continuera à proposer le choix à l’élève : occitan ou repas de midi ? Il convient de préparer la réaction dès maintenant, question d’égalité.



Bien qu’elle fut amputée par le Conseil Constitutionnel de dispositions majeures, la Loi Molac enfin promulguée autorise quelques avancées pour l’enseignement des langues régionales. Ainsi, théoriquement les “heures poivre” auront vécues et l’occitan devrait rejoindre les matières qui ont droit à des horaires “normaux”.

 

Mais théoriquement et pas plus… il est donc temps pour les défenseurs de se mobiliser. La rentrée scolaire doit être préparée.


La loi Molac est promulguée mais ne comptez pas sur les rectorats pour en parler aux principaux des collèges et lycées, ne comptez que sur vous mêmes

L’article 4 de la loi Molac permettait son enseignement en immersion au sein même de l’Education Nationale, mais le Conseil Constitutionnel l’a censuré. Toutefois, allons un peu plus loin et dans le titre II de la loi, depuis promulguée, on lira que “la langue régionale est une matière enseignée dans le cadre de l’horaire normal des écoles maternelles et élémentaires, des collèges et des lycées sur tout ou partie des territoires concernés, dans le but de proposer l’enseignement de la langue régionale à tous les élèves”.

 

"Dans le cadre horaire normal”, autrement dit, hors de la détestable habitude prise de pousser l’élève au choix : occitan, breton, basque… ou repas à la cantine ? Catalan, arpitan, flamand … ou partir avec les collègues à 17 h ?

 

Enseignants vous nous le dites si souvent, et tous nos reportages, toutes nos enquêtes vous le disent depuis vingt ans dans Aquò d’Aquí, apprendre une langue régionale, en particulier au collège et au lycée, suppose qu’on soit prêt à en payer le prix, celui de l’inégalité. Quand mathématiques, ou même enseignement artistique, sont prodigués entre 8 h et 12 h, 14 h et 17 h, l’occitan lui est imposé à 13 h, ou après 17 h. Les amis quittent l’établissement, mais vous, vous êtes puni, ils vont manger, vous non.

 

Ne nous cachons pas les yeux, les chefs d’établissements qui estiment que nos langues n’ont rien à faire dans leur collège, nous en connaissons, et ils ne sont pas des cas uniques, loin de là. Si nous n’en citons aucun c’est pour ne pas mettre en mauvaise situation les profs qui nous alertent. Et ceux là même qui n’auraient rien contre l’enseignement des langues régionales sont mis devant un casse tête, la formation des emplois du temps. A s’arracher les cheveux, reconnaissons le. Alors, comme elles sont embêtantes ces matières qui ressemblent tant à des options dont on pourrait se passer, comme il est tentant de les placer là où elles n’embêtent que celles et ceux qui les ont choisies.

 

L’article L.312-11-2 met en principe fin à ce scandale de l’inégalité des élèves devant les conditions d’enseignement proposées. Mais soyons réalistes, en l’état, nos chefs d’établissement, dont l’opinion et les obligations n’auront pas changé, ne formeront pas leurs emplois du temps avec l’article de loi dûment plastifié et scotché sur leur bureau.

 

Il faudra une aimable pression dans la plupart des cas.

 

Aussi, aux enseignants comme aux parents d’élèves impliqués, nous le disons : les vacances ne changeront rien à l’affaire, et dès la loi publiée au JO de la République Française, il vous faut aiguiser votre plume (enfin, votre clavier AZERTY…) et préparer le courrier qui rappellera au principal ses obligations. Ainsi vous aurez pris date ; toute action ultérieure ne sera pas un étonnement naïf pour votre interlocuteur.

 

N’hésitez pas à solliciter votre association de parents d’élèves. Quelle qu’elle soit. Bien sur, la Felco et ses déclinaisons régionales planchent sur la question, bien entendu Oc bi y pense, mais vous devez les informer de votre situation où que vous soyez, afin de faciliter leur travail.

 

Coups de fil à l’administration, plaintes à l’Inspection d’Académie, conscientisation, information aux parents, il faut que tout soit prêt à la rentrée de septembre, afin que nulle part on ne puisse sans réaction, imposer à nos enfants des conditions inégalitaires qui joueront contre leur intérêt pour l’apprentissage de l’occitan.

 

Et, svp, n’oubliez pas le moment venu de nous informer, et des résistances locales, et de vos démarches.

 

 


Jeudi 1 Juillet 2021
Aquò d'Aquí


Tags : Loi Molac


Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Notre numéro de février mars

Aquò d'Aquí c'est d'abord un magazine d'actualité sociétale sur 28 pages sans publicités, et s'y abonner c'est disposer d'un média engagé pour la langue occitane dans sa diversité dialectale pour dire la société.

Ce numéro d'hiver vous propose bien entendu une évocation du poète et globe trotter Roland Pécout, de son histoire personnelle et de cette originalité qui a consisté pour l'essentiel à aller à la rencontre de l'autre (Afghanistan, Scandinavie, Amérique latine...) pour comprendre qui l'on était. L'homme et l'intellectuel avait plusieurs dimensions, dont l'analyse historique et littéraire d'oc n'était pas la moindre. Mais nous avons choisi de l'évoquer avec l'écrivaine et chercheuse Danielle Julien.

 

03/02/2024

Dison que...

Robert Lafont cet intellectuel qui occupa le terrain social pour une renaissance occitane

A ne pas manquer !

AIX-EN-PROVENCE. Le colloque du 14 octobre ouvre large l'éventail des domaines d'intervention d'un humaniste dont l'œuvre incontournable a généré et accompagné le second risorgimento de la conscience d'oc.


Robert Lafont fut l'artisan principal du second risorgimento de la langue d'oc. Mistral avait lié le premier à la production d'œuvres littéraires prestigieuses et à l'unité latine, Lafont, avant et après 1968 associa ce second regain à la critique coloniale et à la situation sociale comme à une relecture de l'histoire. Pour autant son œuvre littéraire et théorique, riche et diverse, marque encore tous les domaines de la création d'òc. 

 



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.