Aquò d'Aqui


            partager partager

L’espermatozoïde seriá mai valent en ivèrn


La fécondation aurait plus de succès en hiver selon les chercheurs de l'Université du Néguev. En cause, la bonne santé des spermatozoïdes quand il fait plus froid. Avec le réchauffement climatique ça promet.



Ils sont plus véloces en hiver selon une étude israélienne (photo XDR)
Ils sont plus véloces en hiver selon une étude israélienne (photo XDR)
De cercaires de l’Universitat israeliana dau Neguev vènon de menar un estudi sus la bòna forma deis espermatozoïdes. Amb mai de 6000 mòstras  vengudas d’òmes vivent en pareu e qu’arriban pas de faire de nistons, an poscut metre en evidéncia que seis espermatozoïdes èran pas tant valents d’estiu que d’ivèrn.
 
An poscut trobar, lei cercaires, que dins la sason freja 5% d’entre aquelei gametas èran mobils, mentre que lo rèsta dau temps n’i aviá solament 3% que bolegavan pron.
 
Aquelei resultats se pòdon pas observar, pasmens, sus lei subjèctes non fertils. Per aquelei l’epòca pus favorabla a la procreacion seriá puslèu l’autona o la prima segon l’estudi.
 
Lei cercaires israélians rejonhon lei recèrcas menadas per de zoologistas, que dison que l’exposicion au soleu alentiriá la mobilitat deis espermatozoïdes.

De rasons religiosas tanben

Coma degun a jamai arremarcat que lei Inuïts o lei Tibetencs avián una fertilitat pus granda que leis òmes dei tropics, la comunautat scientifica pensa que lei causas de la fertilitat mens o mai granda segon la sason son divèrsas.
 
Lo cimèu dei naissenças en França, lòngtemps foguèt la prima. Mai que d’un ditz qu’èra per de rasons d’abstinéncia religiosa. A l’ora d’ara es entre mai e setembre qu’en França naisson lo pus grand nombre de ninets.



Mercredi 20 Mars 2013
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

On vous parle des poétesses d'oc ?
Dison que...

L'autre pandémie...à perpétuité ?

L'air pollué tue plus surement et plus massivement que la covid 19. Or, cette dernière, en forçant à la cessation d'activités, a révélé les responsables des pollutions les plus prégnantes sinon les plus connues.

L'autre pandémie...à perpétuité ?

Avec près de trente mille morts, la crise de la covid 19, dont on n’ose encore parler au passé, a marqué le premier trimestre de 2020. Elle nous a paru à juste titre terrible. Ces morts sont dues en fait aux affections respirtatoires qui souvent suivaient l’infection virale. Or, il nous faut remettre, toute traumatisante qu’elle soit, cette maladie planétaire dans un contexte plus large.

 

Entre trois et quatr millions de personnes décèdent chaque année d’affections respiratoires dans le monde. La bronchopneumopathie chronique obstructive, autrement dit la bronchite chronique, est un fléau.

 

Et pour partie ce que nous respirons au quotidien aggrave tous les symptômes. Encore ne sait-on pas tout, loin de là, sur  l'air qui est sensé nous faire vivre.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.