Aquò d'Aqui

Journée historique pour les langues régionales

La loi dite Molac donnera des droits à l'enseignement des langues minoritaires en France, enfin ! ça ne s'est pas fait tout seul.

Bien des lecteurs d'Aquò d'Aquí ont été surpris, le 8 avril, du vote écrasant des députés en faveur de la loi de Protection des langues régionales, avancées par le groupe parlementaire Libertés et Territoires. Pourtant une observation un peu fine des évènements qui ont conduits à cette issue aurait rassurée plus d'un.

















            partager partager

Kalila wa Dimna, una opèra arabi a z-Ais


AIX. L’œuvre de Moneim Adwan traite de la paranoïa du pouvoir et des jeux cruels de cour. Pour cela il utilise les maqâms, des agencements de notes propres à exprimer une large palette d’émotions.



Moneim Adwan, à d. joue des maqâms pour ouvrir l'éventail des émotions (photo DR)
Moneim Adwan, à d. joue des maqâms pour ouvrir l'éventail des émotions (photo DR)
Aqueu de Dimna es una bèla lenga de puta ! A segur sei rasons. Vengut de la paurilha , a poscut s’auçar fins qu’a l’entorn dau Rèi. E vòu ara restancar tóteis aquélei que lo podrián faire cabussar. Aqueu de Rèi, coma tótei lei gents de poder, se fai un pauc de paranòia. Qu’es aqueu, aqueu cantaire de blues, Chatraba, que canta la misèria dau pòple, e demanda la justícia. Que folastràs ! Kalila l’avisa pasmens que seriá pas mau de s’entendre am’eu.
 
Mai après lo rescòntre, vaquí lo Rèi e lo trobador grands amics. Alora Kalila desvolopa una gelosia dei grandas, e debana tot un art de la manipòla per faire tombar son rivau en amistat reiala. Fins a estirassar lo Rèi a faire tuar Chatraba.
 
D’aquel tròç d’un recuelh de còntes animaliers indian adoptat per la cultura aràbia, Moneim Adwan, un Palestinian de Gaza naissut en 1970 e, ara, franc és de z’Ais, n’a fach una opèra fòrça presat per lo public dau Festivau sestian.
 
A escafat tota referéncia au bestium per s’interessar au mecanisme mentau dau poder. Segur qu’aqueu Palestinian escapat d’un  ghetto es sensible an aquélei problematicas.
 
« Avans, lo perilh veniá dau defòra. Ara creba l’uòu au nòstre. Es adonc aquí que fau faire quauqua ren » que ditz. « En plaça de fargar d’armas per atacar lo sistèma, fau donar un libre o cantar una cançon, o donar la man per estirassar l’autre dins la farandòla ».
 
Sa musica, l’a basada sus lo sistèma arabi dei maqâms. S’agisse de gropes de tres a quatre nòtas que díson un sentiment : aqueu, ajam, per lo gaug, l’autre, saba, per dire lo tristum, o sika per exprimir l’encanhament…e d’àutreis encara mai subtius. « Mon pretzfach èra adonc de durbir lo ventalh dei maqâms per traduire tótei leis esmogudas ».
 
Ailàs sus lo pontin, la pèça se debana sensa gròs talent, que lei possibilitats dei cantaires semblan limitadas. Reem Talhami, que juega la maire dau Rèi, sembla s’en tirar mai que leis autres.
 
Après l’ultima sesilha sestiana, l’opèra d’ aperaquí una ora e mièja, deu virar dins mai que d’un país.

Ecrit avec les suggestions lexicales de Reinat Toscano. 
 

Vendredi 8 Juillet 2016
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Dison que...

Nos villes avec leur nom historique et sans enquiquineur procédurier

Un aspect de la loi Molac, votée le 8 avril, est resté à tort dans l'ombre : le droit de nommer ses rues et ses entrées de ville sans être harcelé par un obsédé de la langue unique.

De la loi loi nº 2548 relative à la protection patrimoniale des langues régionales et à leur promotion, désormais connue sous le nom de son promoteur, Paul Molac, nous avons surtout retenu les articles permettant de renforcer l’enseignement bilingue dans les établissements publics.

 

Cependant il est un aspect de la promotion des langues minoritaires qui a été négligé par les commentateurs, c’est celui de la signalétique bilingue. C’est un tort car cette possiblité, enfin débarassée des attaques imbéciles de soi-disant libres penseurs, fera évoluer les mentalités de nos concitoyens, à qui sera rappelée aisément la fierté de leur terroir.




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.