Soutenez Aquò d'Aquí

Durer! Pour vous assurer cette information d'actualité dans notre langue malmenée, garder solide le fil qui nous relie à la génération montante, que nous ne voulons pas acculturée. C'est le sens de nos appels au soutien, chers lecteurs.


Nous ne sommes pas optimistes.

Vous le voyez, nous vivons dans un monde de plus en plus univoque. Une seule parole politique, une seule solution, une seule voie...Les alternatives en politique se racornissent. La pensée unique est ultralibérale et franco-française.

Quelle place pour nos langues régionales dans ce retrécissement de la pensée, du futur?


 
Soutenez Aquò d'Aquí






            partager partager

« Je rêve ! Ils préfèrent cette Monarchie à la République ?»

Lors d'un concert du Massilia Sound System, la Catalogne au micro...


Tatou (Massilia Sound System) n’a pas voulu botter en touche sur scène, vendredi dernier : « j’ai évoqué les entorses à la démocratie en Espagne » nous rapporte-t-il, sur notre sollicitation. Les bras lui en tombent, « les élites démocrates ici font silence sur le recyclage du franquisme là-bas ». Entretien.



Vendredi 3 novembre aux Docks de Marseille,"la démocratie n'emprisonne pas des élus pour leurs idées" (Photo : Alexis Lambert DR)
Vendredi 3 novembre aux Docks de Marseille,"la démocratie n'emprisonne pas des élus pour leurs idées" (Photo : Alexis Lambert DR)

Vendredi dernier, aux Docks de Marseille, le Massilia Sound System au grand complet joue et chante devant environ 3000 personnes. A un moment sur scène, Tatou, le compositeur et chanteur évoque la situation en Catalogne. « J’ai dit qu’à Marseille on était bien placé pour savoir ce que c’est la solidarité » répond-il à notre question.  « Et bien placé aussi pour comprendre ce que c’est d’être confronté à un centre, une capitale toute puissante ». Applaudissements dans la salle !

 

« Attention ! Un concert, ce n’est pas un meeting. Les gens ne viennent pas nous voir pour ça. Ceci-dit, la situation là-bas est grave, on enferme des gens qui ont des idées, et l’Europe regarde sans rien dire ni faire. Moi les bras m’en tombent. J’ai réagi ».

 

Peu avant, sur la même scène marseillaise, le groupe occitan des Valadas d’Italie, Lou Seriol, avait aussi évoqué la drôle de démocratie espagnole. Avec le même résultat dans le public.

 

« Si les Catalans doivent être indépendants, ça c’est à eux de le dire, pas à moi » poursuit Tatou. « En revanche, le respect de la démocratie, en Europe, ça nous regarde tous ». Et l’emprisonnement d’opposants politiques n’est ni conforme à la démocratie, ni compatible avec les valeurs européennes.


"Sans réfléchir ils préfèrent la logique d'Etat et ses entorses à la démocratie"

"Nos démocrates toujours prompts à défendre les droits de l'Homme, au loin...trouvent normal l'emprisonnement de démocrates catalans, à 500 km de chez eux" (photo MN)
"Nos démocrates toujours prompts à défendre les droits de l'Homme, au loin...trouvent normal l'emprisonnement de démocrates catalans, à 500 km de chez eux" (photo MN)

L’artiste occitaniste n’est pas un fan des frontières, et ce n’est pas la création éventuelle d’un nouvel Etat qui motive ses dires. Par contre, la défense « républicaine française » du revival franquiste outre Pyrénées, ça, ça l’énerve. «Tous ces gens de gauche que je vois défendre sans ciller les restes du Franquisme ; qui préfèrent une monarchie à une République, au prétexte que cette dernière ne serait pas parfaite !… »

 

Avec l’affaire de l’indépendance catalane, on touche là où ça fait mal, explique-t-il ; ici les fantasmes français ressurgissent immédiatement : « des gens défendent la démocratie en Catalogne, et tout de suite on veut voir la Corse atteinte de poussée indépendantiste, on imagine le Roussillon tout d’un coup séparatiste, l’Alsace quitter la France…A croire que, y compris dans ma « famille politique », si peu étatique, on préfère sans réfléchir l’Etat et ses entorses à la démocratie. Très révélateur. »

 

Mais révélateur de quoi ? «  Félix Castan disait que le centralisme est une maladie mentale. A voir combien ce réflexe revient immédiatement, et comment on réfléchit, cette idée s’impose. Comme si on ignorait ce qu’est la Catalogne ! Je me rends compte combien le centralisme à la Louis XIV est ancré chez nos élites. Pas de réflexion, rejet immédiat, réaction négative, silence…Et ça ne se passe pas en France. Imaginez l’an prochain, le référendum pour l’indépendance de la Nouvelle Calédonie ! Ça promet ».


"Aucun drapeau républicain dans les cortèges espagnolistes"

"L'indépendance ? C'est aux Catalans d'en décider. En revanche les droits de l'Homme, ça nous regarde tous!" Manifestation après les violences policières, le 2 octobre à Barcelona (photo MN)
"L'indépendance ? C'est aux Catalans d'en décider. En revanche les droits de l'Homme, ça nous regarde tous!" Manifestation après les violences policières, le 2 octobre à Barcelona (photo MN)
Et Tatou de continuer : « Nos élites sont toujours promptes à nous rappeler que nous sommes le pays des droits de l'homme... Et pourtant, à 500 km de chez nous, les recycleurs du Franquisme enferment des élus pour leurs idées ; et là ça n’émeut plus nos démocrates. Ils trouvent cette attitude normale ».
 
A Barcelona on voit fleurir tout d’un coup la bannière rouge et jaune à l'aigle noir. Le drapeau espagnol en somme. « Mais pas du tout ! C’est le drapeau imposé par le Franquisme à l’Espagne. Le savent-ils les nouveaux défenseurs français des beaux restes de ce régime ? Aucun drapeau républicain dans les cortèges espagnolistes »
 
L’auteur-compositeur occitan préfère, quant à lui, se souvenir que le chant emblématique provençal, le Coupo Santo, fait deux fois référence à la fraternité avec les Catalans. A tout prendre ce réflexe-là lui semble plus en accord avec l’idée de solidarité qui ne transcende plus les gens de gauche en France.
 
A Tatou, on pourra rappeler des paroles qu’il reconnaitrait : « discute avec les pébrons et si jamais tu les convaincs / Alors là c’est pour de bon que ton commando (fada, ndrl) marque un point ».
 
 


Mercredi 8 Novembre 2017
Michel Neumuller





1.Posté par Joan Marc le 09/11/2017 08:04 (depuis mobile)
Malheureusement ce n''est pas une surprise. L''Europe n''est qu''un club d''états. Les chefs d''état préfèrent une injustice qu''un désordre. Quant à la France, il ne faut jamais oublier que c''est une monarchie républicaine. Visca Catalunya lliure !

2.Posté par bruno le 09/11/2017 16:59
Le commando fada jamais decevant.
Toujours la peche et toujours a la pointe du combat.

Vive la Republique de Catalogne!

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Abonnez vous à Aquò d'Aquí avant d'avoir soif !

Dison que...

1851 : defendre la Republica en provençau

L’historien Renat Merle nous rappelle que la résistance au coup d’Etat du 2 décembre 1851, fut le fait de ruraux qui parlaient occitan. Les meilleurs défenseurs de la République française. Avis aux Républicains amnésiques de 2017.

1851 : defendre la Republica en provençau
A la fin de l’an 1848, un aventurier politic, Louis Napoléon Bonaparte, es estat elegit president de la Republica, amb lo prestigi de son nom e l’adesion de l’immense monde rurau, que portava seis esperanças de dignitat e de progrès.

Mais dins lei fachs, lo President bailejava la Republica dau partit de l’Òrdre, valent a dire la Republica conservatriça, aquela dei Gròs.
 


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.