Vos dons sont notre carburant

Depuis un an, 138 de nos abonnés, qu’ils viennent à Aquò d’Aquí, ou qu’ils y reviennent, nous gratifient d’un don. Modeste ou moins modeste, celui-ci contribue à nous éviter des déboires financiers…Et donc à assurer notre indépendance, pour vous, lecteurs.

En septembre dernier vingt parmi les abonnés qui nous ont renouvelé leur confiance, ont apporté à Aquò d’Aqui 395€ qui n’étaient tout simplement pas prévus. Un don de 5€, un chèque de 75€, et entre les deux une majorité de nos lecteurs qui ajoutent quelques 15 à 30€ au moment de libeller leur chèque ou – depuis quelques mois – d’ajouter une somme dont ils choisissent le montant aux 25€ de notre abonnement en ligne.






            partager partager

Intégrer les Roms Intelligemment


Au 1er janvier 2014 les Roms pourront travailler en France. En attendant on empêche encore toute scolarisation de leurs enfants. Est-ce raisonnable, à défaut d'être humain ?



On a vu dimanche 8 septembre 2013 environ 300 personnes se donner la main autour de la grande fontaine aixoise de la Rotonde. Dans cette chaîne de solidarité, on comptait quelques Roms.

C’est pour leur permettre de s’établir avec tranquillité que diverses associations s’étaient réunies à l’appel du Caddris (la coordination associative de défense des Roms en Provence) pour dénoncer la demande d’expulsion que formule à nouveau la Communauté d’agglomération du pays d’Aix à l'encontre d'un campement à Vitrolles.

L'insituteur plutôt que le policier

Policiers et bulldozers, c’est avec eux que les autorités déclinent leur politique vis-à-vis de ces Européens à la culture particulière et mal connue, tenus au large de la société en Roumanie, tenus à l’écart de tout en France.
 
Il vaudrait mieux que ce diptyque politique fasse place à l’instituteur et au service social.
 
Parce que le cœur le commande certes. Alors que des millions de jeunes français entrent à l’école depuis une semaine, les enfants Roms, dans l'impossibilité de rester quelques temps dans la même commune, sont renvoyés à leur illettrisme, à leur méconnaissance de la langue française.
 
Et c’est un journal web dédié à la défense de la langue occitane qui le regrette !
 
Mais aussi parce que la raison l’exige. Pourquoi chasser de ville en village, de champs en terrains vagues, ces petits groupes venus de Roumanie ou de Bulgarie, pays dont les citoyens jouissent des prérogatives des ressortissants de pays de l’Union Européenne ?
 
On interdit aux Roms de travailler, hormis quelques emplois particuliers, en les condamnant à la mendicité, et certains d’entre eux prennent ainsi l’habitude de la rapine et du trafic illicite.
 
Mais cette interdiction prendra fin règlementairement au 31 décembre 2014. Les Roms pourront alors chercher un emploi comme n’importe qui d’autre.
 
Pourquoi ne pas l’anticiper plutôt que de continuer à les pourchasser ?
 
Leur entrée, théorique, dans le marché du travail, ils la feront avec une connaissance trop sommaire de la langue française, et après des années d’inoccupation forcée.
 
Il est plus que temps de préparer enfin positivement ce moment, afin, pour une fois, de réussir une immigration, d’en faire une force plutôt qu’une source de problèmes et de frustrations.
 
Or, mis à part le seul exemple de la commune provençale de Gardanne, nous n’avons vu partout que référés, cars de police, élus locaux tonitruants.
 
Que se passe-t-il dans la commune ouvrière proche d’Aix-en-Provence ?
 
Un matin, onze familles Roms étaient là. Il a fallu improviser ; mais à la base une volonté politique a permis de tracer une voie vertueuse. Le maire a demandé qu’on organise la vie de ces familles, au lieu de demander au préfet de les faire chasser.
 
Donc, on a vu qu’avec l’eau et l’électricité, les colis des Restaus du Cœur, le suivi des assistantes sociales, les enfants ont pris le chemin de l’école. Les filles comme les garçons, ce qui n’était pas la règle chez les Roms.
 
Ces enfants européens, dont les parents pourront travailler dans six mois en France, auront pris une avance sur les autres, et la commune aura permis à d’autres villes de gagner du temps, si celles-ci protient de l'expérience. Ce qui a été mis en place à Gardanne fera probablement florès.
 
Ils auront bénéficié d’une politique du cœur, d’une politique de la raison. Car si des droits ont été accordés aux nouveaux arrivants, ils se sont aussi engagés sur leurs devoirs. C’est ce qu’on voudrait dès maintenant voir mettre en place dans d’autres communes. Voici cinq ans que cette population est pourchassée, en vain.
 
Il est plus que temps qu’on cherche à l’intégrer intelligemment.
A Aix, dimanche 8 septembre 2013 (photo MN)
A Aix, dimanche 8 septembre 2013 (photo MN)

Mardi 10 Septembre 2013
Aquò d'Aquí




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Laisser la ville aux aménageurs ou donner le pouvoir aux habitants ?
Dison que...

"Des gens qui décident de ne plus suivre"

LA CIOTAT. Frédéric est occitaniste, acteur engagé de la vie locale, pas chômeur, pas retraité dans la gêne, mais impliqué dans la société. Le voici revêtant le fameux gilet, et il nous livre en vrac son ressenti.

Le FN, ou son prolongement le Rassemblement National noyautait-il et récupèrerait-il vraiment ce mouvement des Gilets Jaunes ? Moi je soutenais l’idée de justice sociale qui s’affirmait dans cette protestation de terrain. Le mieux était donc d’aller voir sur place. Et me voici au péage, sortie de La Ciotat.


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.