Vos dons sont notre carburant

Depuis un an, 138 de nos abonnés, qu’ils viennent à Aquò d’Aquí, ou qu’ils y reviennent, nous gratifient d’un don. Modeste ou moins modeste, celui-ci contribue à nous éviter des déboires financiers…Et donc à assurer notre indépendance, pour vous, lecteurs.

En septembre dernier vingt parmi les abonnés qui nous ont renouvelé leur confiance, ont apporté à Aquò d’Aqui 395€ qui n’étaient tout simplement pas prévus. Un don de 5€, un chèque de 75€, et entre les deux une majorité de nos lecteurs qui ajoutent quelques 15 à 30€ au moment de libeller leur chèque ou – depuis quelques mois – d’ajouter une somme dont ils choisissent le montant aux 25€ de notre abonnement en ligne.






            partager partager

Graveson : un colloque de « résistance » qui préfigure un second acte




Le Credd’O n’a pas fait salle pleine à Graveson pour l’unique colloque axé sur la langue d’Oc de Marseille Provence 2013. Mais le concept très bien pensé laisse augurer un second évènement public, prévu à la rentrée.

« Nous ne retrouverons pas une société de plein emploi, c’est donc plutôt dans le partage et la confiance que nous ferons la société de demain ». Au terme d’un brillant exposé sur la relation entre région, culture et économie, Philippe Langevin a rappelé que les valeurs de la société occitane, au premier chef le Paratge et la Convivéncia, sont à préserver et à amplifier pour un avenir qui ne sera plus un « paradis » de consommation.
 
Le Centre de Rencontres, d’Etudes, de Documentation et de Diffusion d’Oc avait choisi de donner en quelque sorte un prolongement au « Génie d’Oc ». Le titre de son colloque des 13-14 avril 2013 à Graveson, était un beau clin d’œil au célèbre Cahier du Sud de 1943. La référence est sérieuse : la revue de Jean Ballard prétendait sauvegarder « l’esprit » malgré la défaite, l’occupation et Vichy ; ce colloque, le seul que Marseille Provence Capitale Européenne Culturelle 2013 ait supporté faisant référence à la langue d’oc, est aussi une sorte d’acte de résistance culturel et sociétal, en temps de crise, d’une société déstructurée, qui perd sa langue, et avec celle-ci ses chances de s’affirmer à elle-même.
 
Ce n’était donc pas fortuit si les organisateurs du Credd’O avaient demandé à l’historien Jean-Marie Guillon, de rappeler à la fois quels furent les liens profonds de Jean Moulin avec la Provence (il avait de fortes attaches à Saint-Andiol, et venait d’une sacrée lignée de rouges du Midi) et qu’on trouva des agents de la 5è colonne allemande parlant provençal, et recrutés pour infiltrer la Résistance. Ne trouve-t-on pas en Provence en 2013 des Provençaux qui résistent à l’uniformisation de la société, et d’autres qui appellent de leurs vœux la fin rapide d’une langue qu’ils considèrent comme un boulet ?
 
Disons aussi que le socio linguiste Jean-Claude Bouvier a rappelé avec brio que la langue d’Oc était à la fois une et diverse. Quant à l’émouvant témoignage de Jean Saubrement, il a bien montré à quel point l’intégration régionale par l’apprentissage de l’occitan pouvait participer du bonheur d’une vie.
 
Un grand nombre de stands, de libraires notamment, avait accompagné la manifestation accueillie par la ville de Graveson, à un jet de pierre de la maison où finit ses jours Frédéric Mistral.
 
Si le 25 mai prochain, le Credd’O participera d’une journée du projet Transhumances à Chateaurenard, en septembre un second colloque sur la langue d’oc sera à nouveau organisé à Graveson. L’association et ses soutiens ont donc quelques mois pour engager une véritable action de communication afin d’assurer le succès public de ce second round.

Mardi 16 Avril 2013
La rédaction



Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Laisser la ville aux aménageurs ou donner le pouvoir aux habitants ?
Dison que...

"Des gens qui décident de ne plus suivre"

LA CIOTAT. Frédéric est occitaniste, acteur engagé de la vie locale, pas chômeur, pas retraité dans la gêne, mais impliqué dans la société. Le voici revêtant le fameux gilet, et il nous livre en vrac son ressenti.

Le FN, ou son prolongement le Rassemblement National noyautait-il et récupèrerait-il vraiment ce mouvement des Gilets Jaunes ? Moi je soutenais l’idée de justice sociale qui s’affirmait dans cette protestation de terrain. Le mieux était donc d’aller voir sur place. Et me voici au péage, sortie de La Ciotat.


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.